1 1 1 1 1 Rating 5.00 (5 Votes)

Alors que la violence à Hong Kong s'intensifie chaque semaine, culminant vendredi avec l'adoption de la loi martiale lorsque le gouvernement local a interdit le port du masque lors des assemblées publiques, une loi de l'ère coloniale destinée à donner le feu vert aux autorités pour finalement réprimer les manifestants à volonté, un aspect de la vie à Hong Kong semblait étonnamment stable : non, pas l'économie locale, car les ventes de HK viennent de subir leurs plus fortes chutes historiques, les manifestations de violence continues faisaient cesser presque toutes activités, car faisant fermer la plupart des commerces :

Retails Hk Intro 07 10 2019

Il s'agit des banques locales, qui ont fait preuve d'une résistance remarquable face à la poursuite des protestations de masse et à la menace sans cesse croissante de représailles violentes de la part de la Chine, qui pourraient détruire en un clin d'œil le statut de capitale financière de Hong Kong dans la région du Pacifique et écraser le système bancaire local. Bref : malgré les conditions parfaites pour une panique bancaire, les habitants ont continué à se comporter comme s'ils n'avaient pas de soucis dans le monde.

Mais cela est en train de changer, car un jour après qu'un jeune banquier de JPMorgan a été battu en plein jour par la foule protestataire, un rapport du SCMP confirme que le bouleversement social a finalement débordé sur le monde financier : selon la publication HK, la banque centrale locale, la Hong Kong Monetary Authority, a dû émettre un avertissement contre une "tentative malveillante de panique du public" après la diffusion sur le net de la possibilité pour le gouvernement d'imposer un contrôle des changes en recourant au pouvoir d'exception.

Hong Kong Bank Protest 07 10 2019

Et si la banque centrale de facto a souligné que le système bancaire restait solide et bien placé pour résister à la volatilité des marchés, certaines statistiques qu'elle a fournies ont donné une impression plutôt troublante : l'autorité monétaire a déclaré que non seulement plus de 10% des 3300 distributeurs automatiques étaient endommagés et ne pouvaient fonctionner, mais que les banques négociaient avec les entreprises logistiques pour remplir les distributeurs automatiques, car 5% d'entre elles étaient à cours de monnaie, et que la distribution des billets était affectée par la fermeture de centres commerciaux et de centres MTR.

Cela suffira-t-il à empêcher l'exécution d'une opération bancaire sur les autres guichets automatiques ? La réponse dépendra en grande partie de ce qui se passera dans les prochaines 24-48 heures à Hong Kong, bien que les signes soient sombres.

Plus tôt samedi, la chef de la direction de Hong Kong, Carrie Lam Cheng Yuet-ngor, a appelé le public à condamner la violence protestataire et à se dissocier des émeutiers, affirmant que le chaos qu'ils avaient provoqué dans la ville la nuit précédente, après l'annonce de l'interdiction du port du masque lors des assemblées publiques était la raison pour laquelle une telle restriction controversée avait été imposée dès l'origine.

Dans une vidéo de cinq minutes diffusée samedi après-midi, une Lam au visage sombre, flanquée de 14 de ses plus hauts responsables, a claqué la porte à ceux qui étaient responsables de ce déchaînement "scandaleux". Après les émeutes qui ont saccagé les gares du MTR, incendié un train et agressé le personnel ferroviaire vendredi soir, l'ensemble du réseau est resté fermé le samedi, privant ainsi les citoyens de leur principal mode de transport public. On ne savait toujours pas s'il ouvrirait ses portes dimanche.

"Des incidents horriblement violents ont eu lieu dans divers districts de Hong Kong hier soir. Les actes extrêmes des émeutiers masqués ont été choquants et le niveau de vandalisme était sans précédent", a dit M. Lam.

"Les actes extrêmes des émeutiers ont apporté des heures sombres à Hong Kong hier soir et une société à demi-paralysée aujourd'hui. Tout le monde est inquiet, anxieux et même dans la peur."

Lams 14 07 10 2019
Carrie Lam, flanquée de 14 de ses ministres, a dénoncé les actes des émeutiers vendredi soir et les a qualifiés
de "choquants et scandaleux".

Pendant ce temps, Hong Kong est sur le point de connaître une paralysie socio-économique totale, car des dizaines de centres commerciaux, de magasins de détail, d'épiceries et de banques n'ont pas ouvert leurs portes par crainte de nouvelles manifestations violentes et de vandalisme.

Lam a mentionné le cas d'un officier en civil qui a été battu et brûlé à coups de bombes à essence par une foule à Yuen Long, disant qu'il "n'avait d'autre choix que de tirer en légitime défense", blessant un adolescent qui a ensuite été arrêté pour avoir pris part à une émeute et avoir agressé des policiers. La violence a fourni des bases solides pour imposer la loi anti-masque, a-t-elle dit, défendant la décision du gouvernement de l'introduire en invoquant pour la première fois en plus d'un demi-siècle l'Ordonnance d'urgence de l'ère coloniale, très sévère.

"Le gouvernement luttera contre la violence avec la plus grande détermination, a-t-elle dit." "Condamnons la violence ensemble et dissocions-nous résolument des émeutiers."

Hélas, si elle avait espéré que son discours apaiserait les tensions, elle avait tort : alors même que le message vidéo de Lam était diffusé à la télévision et partagé sur Internet, des centaines de Hongkongers, dont beaucoup étaient masqués, ont commencé à marcher de Causeway Bay à Central pour protester contre cette interdiction.

L'un des manifestants, un jeune homme de 22 ans nommé Louie, a déclaré qu'il était injuste de la part de Lam de demander au public d'éviter les émeutiers masqués.

    "Elle fait de nous une cible même si c'est nous qui luttons pour notre liberté en tant que Hongkongers ", a-t-elle dit. "Les masques ont un symbole important à Hong Kong. Nous avons utilisé des masques lors de l'épidémie de Sars [syndrome respiratoire aigu sévère] en 2003 et pour nous protéger contre les gaz lacrymogènes. C'est un symbole de résistance et vous ne pouvez pas nous l'enlever."

Plus tôt samedi, le secrétaire à la sécurité, John Lee Ka-chiu, a lancé un appel similaire au public pour qu'il cesse de soutenir les émeutiers, tout en rejetant les accusations selon lesquelles le gouvernement aurait ajouté de l'huile sur le feu avec l'interdiction des masques.

    "L'introduction du règlement anti-masque vise à faire en sorte que ceux qui commettent des crimes et des actes de violence soient traduits en justice, afin qu'ils ne puissent pas se cacher derrière leur masque pour échapper à leurs responsabilités" , a dit M. Lee.

    "Ce qui ajoute du poids à la violence, c'est le soutien des gens à ces actes ou leur consentement à trouver des raisons pour que cette violence continue. Ce qui est important, c'est que tout le monde dise : "Non, la société n'acceptera pas la violence."

    Lee a noté que personne n'avait encore été arrêté en vertu de la nouvelle loi qui est entrée en vigueur samedi.

La secrétaire à la Justice, Teresa Cheng Yeuk-wah, a déclaré que le gouvernement n'exclurait pas l'adoption de mesures plus sévères au moyen de pouvoirs d'urgence si les manifestations continuaient de dégénérer. Il pourrait s'agir notamment de prolonger les heures de détention des personnes arrêtées et de financer directement la police sans examen préalable par le législateur.

Mais en fin de compte, ce sera à la Chine de décider : Pékin permettra-t-il aux protestations de gagner toujours plus d'élan et de soutien international avant d'intervenir, ou l'Armée populaire de libération fera-t-elle enfin une grande entrée et commencera la répression qui marque le début de la fin pour Hong Kong, perle financière de l'Orient.

Pour avoir une idée de ce qui se passera ensuite, gardez un œil sur bitcoin : comme nous l'avons indiqué précédemment, LocalBitcoins, une plateforme populaire pour la négociation directe de bitcoin peer-to-peer, a affiché la semaine dernière à Hong Kong son volume de transactions le plus élevé jamais atteint.

Coin Dance Localbitcoins Hkd Volume 07 10 2019

Et si les distributeurs automatiques de billets locaux viennent à manquer d'argent, regardez la demande de Hong Kong en bitcoin et autres altcoins - sans parler de l'or - envoyer des ondes de choc à travers le monde... et les prix sont nettement plus élevés.

Hong Kong Bitcoins 07 10 2019

 

Source : Zerohedge

 

Informations complémentaires :

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Alors que les distributeurs automatiques de billets de Hong Kong sont à court d'argent, la Banque centrale intervient pour prévenir la « panique du public » (Zerohedge)