5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (8 Votes)

L'encadrement médiatique de cette offensive semble faire partie intégrante de sa couverture globale de la guerre syrienne depuis 2011.

Darius Shahtahmasebi

(TMU Op-Ed) - L'offensive de la Turquie en Syrie présente toutes les caractéristiques d'un crime potentiel. Elle comporte également des éléments d'incertitude supplémentaires, à savoir le regroupement potentiel des vestiges du califat de l'État islamique, car des milliers de prisonniers pourraient finir par être libérés une fois que des postes clés auront été abandonnés par les forces kurdes ou envahis par la Turquie.

Pourtant, personne ne semble se demander s'il s'agit là d'un des objectifs cachés de l'offensive, étant donné que la Turquie est depuis des années l'un des principaux commanditaires des forces de l'ISIS en Syrie. Cela semble absurde, mais il s'agit d'un régime qui a été pris en flagrant délit de fourniture de soins médicaux aux combattants de l'ISIS.

Pourtant, l'encadrement de cette offensive par les médias semble faire partie intégrante de la couverture globale de la guerre syrienne depuis 2011. Nous devrions nous préoccuper des droits de l'homme des Kurdes face à une attaque turque qui progresse rapidement, mais lorsque le président américain Donald Trump a systématiquement provoqué la mort de 9000 à 11.000 civils à Mossoul, nous sommes censés fermer les yeux. (11.000 est encore une estimation prudente).

Nous devrions nous préoccuper du fait que la Turquie viole le droit international, mais nous ne devrions même pas remettre en question le fait que les États-Unis violent également le droit international sur tout l'échiquier géopolitique. Nous devrions accuser Donald Trump d'avoir abandonné nos alliés kurdes en retirant ses forces de la région, mais nous ne devrions pas nous demander pourquoi et comment les Etats-Unis ont fini par occuper le territoire souverain syrien.

Sous l'administration Trump, l'armée américaine est arrivée à occuper près d'un tiers du territoire syrien, y compris sa région la plus riche en pétrole. Ce faisant, les États-Unis ont rasé 80% de la ville syrienne de Raqqa, causant la mort d'innombrables civils. Même pendant cette offensive, la BBC et Reuters ont signalé que les États-Unis avaient conclu un accord secret avec ISIS pour permettre à des centaines (sinon des milliers) de ses commandants de haut niveau de s'échapper de Raqqa en toute sécurité.

C'est facilement l'un des plus grands scandales de l'héritage de Trump, mais personne n'en parle. Comment se fait-il que les médias grand public s'inquiètent d'une réémergence potentielle d'ISIS, sans même discuter de ces rapports accablants ?

De même, comment se peut-il que le seul scandale qui vaille la peine d'envisager la mise en accusation de cette administration violemment violente soit un appel téléphonique avec les dirigeants ukrainiens ?

D'aussi loin que la plupart d'entre nous s'en souvienne, les États-Unis ont fait un nombre monumental de victimes civiles dans un certain nombre de guerres mal engagées à travers la planète. Que ce soit au Vietnam, en Corée, en Irak, en Afghanistan, en Libye, en Somalie ou au Yémen, les États-Unis ont tué des millions de civils innocents. Au cours de cette période, non seulement les pertes civiles ont été normalisées, mais elles se sont accélérées sous le règne de Trump, en particulier en Syrie. Il est facile de pointer du doigt l'Erdogan turc, mais nous pourrions également pointer du doigt Trump pour avoir commis des massacres à gauche, à droite et au centre.

Si l'on en croit le nombre croissant de morts, il semble que les Etats-Unis aient effectivement abandonné leurs alliés kurdes après s'être appuyés sur eux pour aider à vaincre les forces de l'ISIS. La haine systémique d'Ankara à l'égard du mouvement indépendantiste kurde signifie que nous ne pouvons pas rester indifférents aux souffrances et à la violence qu'ils seront contraints de subir.

Mais si nous voulons nous préoccuper des droits de l'homme, nous devons nous préoccuper des droits de l'homme dans tous les domaines, y compris et surtout lorsque ce sont les États-Unis qui lancent les offensives et lancent les missiles. Peut-être que si nous le faisions, la Turquie et d'autres parties impliquées en Syrie pourraient prendre nos préoccupations humanitaires au sérieux.

Le Yémen serait l'endroit idéal pour commencer (qui, comme vous le remarquerez, ne reçoit pas les manchettes que l'offensive Turquie-Syrie semble recevoir).

 

Source : Themindunleashed

 

Informations complémentaires :

Syrie Kurdes 11 10 2019 

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow La vérité brutale sur l'attaque de la Turquie contre les Kurdes soutenus par les États-Unis en Syrie (Themindunleashed)