1 1 1 1 1 Rating 4.75 (8 Votes)

L'Irak avait proposé de juger les djihadistes étrangers de l'EI contre 2 milliards de dollars, l'info n'a été relayée par personne, et maintenant la France demande à l'Irak de juger gratuitement ces terroristes, franchement la diplomatie française fait pitié....

À ce tarif-là ils vont tout gagner, enfin c'est peut-être ce qu'ils cherchent....

Syrie Intro 17 10 2019
Des soldats turcs et des combattants syriens soutenus par la Turquie se rassemblent à la périphérie nord de la ville
syrienne de Manbij, près de la frontière turque, le 14 octobre 2019. Photo : Zein Al Rifai/AFP via Getty Images

Malgré toutes les conséquences désastreuses de la politique syrienne de Donald Trump, le président américain a eu raison sur un point : Le monde a fait beaucoup trop peu pour trouver une solution pour les individus qui constituaient autrefois l'État islamique.

En retirant les troupes américaines de Syrie, M. Trump a déclaré que la Turquie est maintenant responsable du sort de milliers de combattants de l'ISIS dans les zones qu'elle saisit, et il a menacé d'imposer des sanctions contre Ankara pour son incursion en Syrie. Des responsables turcs ont déclaré qu'ils travaillaient à l'élaboration d'un plan de traitement des détenus de l'ISIS - que les combattants ne seront pas autorisés à sortir librement - mais, compte tenu de l'expérience passée de la Turquie, il est peu probable que ces combattants passent beaucoup de temps en prison.

Les forces démocratiques syriennes, soutenues par les États-Unis jusqu'à il y a quelques jours, détiennent plus de 70.000 membres présumés de l'ISIS dans des camps dispersés dans le nord-est du pays. Au moins 10.000 d'entre eux sont décrits par le Pentagone comme des combattants, dont environ 2000 qui ne sont ni irakiens ni syriens ; 800 viennent de pays européens. Nombre d'entre eux se sont rendus dans ces camps - dont le plus grand n'est qu'une collection de tentes dans des conditions sordides qui ont entraîné la mort de centaines d'enfants - sans qu'aucun processus officiel n'ait été mis en place pour éliminer ceux qui pourraient être traduits en justice de ceux qui pourraient être réhabilités.

"Les démocraties occidentales n'ont pratiquement rien fait d'autre que de retarder les rapatriements, n'acceptant le retour que d'une poignée symbolique de jeunes enfants, généralement orphelins", a déclaré Letta Taylor, chercheuse principale en terrorisme et contre-terrorisme à Human Rights Watch, qui a visité des camps de détention ISIS en Syrie.

Les États-Unis ont ramené 16 ressortissants de Syrie au pays. La Turquie, le Kazakhstan, l'Ouzbékistan, le Tadjikistan, la Russie et le Kosovo ont ramené environ 1250 ressortissants, pour la plupart des enfants. Les cas les plus difficiles concernent les ressortissants européens : Moins de 50 personnes, tous des enfants, ont été renvoyés en France, en Allemagne, en Australie, en Suède et en Norvège. Au moins 30 autres combattants de l'extérieur de l'Irak et de la Syrie ont été emmenés en Irak, où ils seront probablement condamnés à mort à l'issue de procès rapides qui, selon les groupes de défense des droits humains, sont lamentablement inadéquats pour cette situation. Il s'agit probablement d'une tentative de la part des nations européennes de décharger certains de leurs ressortissants sur le système judiciaire irakien.

"C'est vraiment une décision politique de la part des États européens", a déclaré Tanya Mehra, chercheuse principale au Centre international de lutte contre le terrorisme à La Haye. "Il vaudrait mieux, du point de vue de la sécurité à long terme, rapatrier ces combattants et leurs familles d'une manière contrôlée, mais si vous les laissez là-bas, ils pourraient se radicaliser davantage, ou s'échapper, comme certains l'ont déjà fait." Mehra a fait remarquer que si les combattants de l'ISIS s'échappent des camps, "vous ne savez pas où ils sont ni ce qu'ils font".

Au cours des dernières semaines, les responsables européens se sont réunis pour discuter de la manière de faire face à la disparition de plus en plus répandue des forces kurdes qui gardaient les combattants de l'ISIS depuis la défaite du califat, il y a plus d'un an. Ils n'ont pas encore annoncé de politique sur ce qui devrait être fait.

L'idée d'un tribunal international, qui avait été proposée dans le passé, n'est plus à l'ordre du jour. Un tel tribunal ne serait pas approuvé par des puissances comme la Russie et la Chine au Conseil de sécurité de l'ONU, étant donné qu'elles ont opposé leur veto à une proposition en 2014 qui aurait pu mener à la poursuite des groupes alignés par le gouvernement syrien accusés de crimes de guerre. Trump a fait pression pour que les combattants soient poursuivis dans leur propre pays.

Il y a plusieurs destins possibles pour les combattants de l'ISIS en Syrie.

En vertu d'un accord entre le SDF et le régime syrien, Damas est censé prendre le contrôle de la frontière avec la Turquie, et peut-être aussi la garde des prisonniers ISIS. Les États-Unis ou une autre puissance pourraient emmener les combattants en Irak et les remettre aux autorités irakiennes. Les États-Unis auraient eu l'intention d'emmener au moins 50 d'entre eux en Irak, mais les responsables américains n'ont confirmé que deux d'entre eux ont été transférés sous contrôle américain.

Les gouvernements syrien et irakien seraient normalement les autorités les plus sensées pour poursuivre les suspects. Ils pourraient les condamner pour des crimes majeurs commis par l'ISIS sur leur propre sol, et leurs systèmes juridiques pourraient les condamner à de longues peines de prison ou même à la peine capitale. Mais ces procès ne seraient guère plus que des impostures : Les tribunaux syriens voudraient certainement punir rapidement l'ISIS étant donné que le groupe s'est opposé à l'État et que les juges irakiens ont déjà démontré qu'ils étaient prêts à prononcer des peines sévères dans les procès de masse. "Les procès en Irak ne durent parfois que 10 minutes", a fait remarquer Mehra. "Les conditions de détention y sont médiocres et les condamnations à mort y sont prononcées."

Le régime syrien pourrait également s'accrocher aux combattants comme levier pour conclure un accord sur la guerre elle-même, en les libérant aux gouvernements qui veulent leurs ressortissants en échange d'un territoire sur le terrain. Ou, comme on l'a accusé de l'avoir fait au début de la guerre, le régime de Bachar al-Assad pourrait libérer les djihadistes les plus radicaux dans l'espoir qu'ils continuent à alimenter le récit que Damas lutte contre des groupes terroristes dangereux. Les combattants libérés pourraient, par exemple, se rendre à Idlib, fournissant d'autres excuses au régime pour attaquer ce dernier bastion de l'opposition.

Le scénario le plus prudent serait que la Turquie prenne la garde des combattants détenus, mais cela aussi pose de nombreux problèmes. La Turquie n'a pas les lois nécessaires pour condamner les combattants à de longues peines d'emprisonnement. Et le système judiciaire du pays est déjà encombré de dizaines de milliers de cas découlant d'une tentative de coup d'État ratée en 2016. Les partisans présumés de Fethullah Gülen, accusés de tentative de coup d'État, sont poursuivis pour terrorisme, tout comme des milliers de travailleurs politiques kurdes pour leurs liens présumés avec le Parti des travailleurs du Kurdistan, qui est interdit.

Environ 1500 combattants terroristes étrangers sont sous la garde d'Ankara, selon les chiffres du ministère des Affaires étrangères, ce qui fait d'Ankara le plus grand gardien des combattants de l'ISIS après l'Irak. Mais les poursuivre n'a pas été une tâche facile, a déclaré Dogu Eroglu, auteur de "ISIS Networks : Radicalisation, organisation et logistique en Turquie." Plus de 75.480 personnes provenant de plus de 151 pays figurent sur une liste de personnes interdites d'entrée en Turquie sur la base de renseignements communiqués à d'autres gouvernements, et plus de 7 445 personnes ont été expulsées ou refoulées parce qu'elles étaient soupçonnées d'appartenir à ISIS ou à Al Qaeda. Mais pour les suspects que la Turquie décide de poursuivre, prouver qu'ils ont commis un crime qui les condamnerait à une longue peine de prison n'est pas une tâche facile.

GettyImages 1175871302 1571238059
Une porte ouverte d'une prison où des combattants de l'ISIS auraient été libérés par la milice kurde syrienne
YPG le 14 octobre 2019 à Tel Abyad, en Syrie. Photo : Anadolu Agency via Getty Images

Les suspects sont le plus souvent accusés d'appartenir à une organisation terroriste ou de soutenir une organisation terroriste, et aucun d'entre eux n'encourt une peine supérieure à sept ans de prison. Alors que la loi turque permet de poursuivre les suspects pour "crimes contre l'humanité", aucune accusation de ce type n'a été portée contre les membres de l'ISIS jusqu'à présent, car la Turquie n'a pas la capacité de rassembler les preuves nécessaires. La poignée de membres de l'ISIS qui ont été condamnés à de longues peines ont été impliqués dans des attaques en Turquie, comme Abdulkadir Masharipov, un citoyen ouzbek condamné pour avoir tué 39 personnes dans une boîte de nuit à Istanbul en 2017.

Après l'échec du coup d'État, la Turquie a également purgé des dizaines de milliers de procureurs et de juges - qui se sont avérés être les fonctionnaires les plus expérimentés en matière de lutte contre le terrorisme dans le pays. Les juges se sont révélés d'une incompétence flagrante en conséquence. En avril dernier, par exemple, un juge a décidé d'acquitter une femme soupçonnée d'appartenir à l'ISIS alors qu'on avait trouvé ses empreintes digitales sur du matériel servant à fabriquer des bombes et qu'elle était mariée à un homme condamné pour avoir participé à un attentat en Turquie.  La femme ne pouvait pas être membre de l'ISIS, a jugé le juge, parce que l'idéologie du groupe enseignait que "le seul travail des femmes est l'entretien ménager, l'éducation des enfants et le service de leurs maris".

Dans d'autres cas, des suspects ont été libérés pour la durée de leur détention, ce qui a parfois, mais pas toujours, incité leur pays d'origine à se démener pour obtenir leur retour afin de pouvoir les maintenir en détention. Par exemple, en juillet, un tribunal néerlandais a condamné deux hommes ramenés de Turquie après que les tribunaux turcs les aient libérés.

L'un de ces hommes était Reda Nidalha, libéré par un juge à Gaziantep fin 2018 parce qu'il y avait peu de preuves directes contre lui à part des photos de lui posant avec des armes. Nidalha s'est retrouvé sans passeport ou autres documents d'identité dans les rues de Gaziantep avant de se rendre à la police. Il a été emmené dans un centre d'expulsion, où il a passé deux semaines avant d'être renvoyé aux Pays-Bas. Un tribunal l'a reconnu coupable d'appartenance à une organisation terroriste et l'a condamné à quatre ans et demi de prison.

L'autre homme envoyé aux Pays-Bas était Oussama Achraf Akhlafa, libéré par un tribunal turc à peu près à la même époque que Nidalha, mais quelques jours plus tard, il a été amené dans un centre de déportation et renvoyé chez lui. Le tribunal néerlandais l'a reconnu coupable de crimes de guerre, sur la base de photos de lui posant avec un corps crucifié, le condamnant à 7 ans et demi de prison. Il est le premier combattant européen de l'ISIS à être condamné pour un crime de guerre par son propre pays.

Mais les cas Nidalha et Akhlafa sont exceptionnels : Environ la moitié des suspects ISIS détenus par les Turcs languissent dans des centres d'expulsion, où ils ne peuvent être légalement détenus que pendant 12 mois.

Les preuves contre eux sont trop faibles pour mériter une peine de prison, et Ankara a eu du mal à convaincre son pays d'origine de les reprendre. En décembre, par exemple, Neil Prakash, né en Australie, a été dépouillé de sa citoyenneté australienne après que le gouvernement de Canberra eut déclaré qu'il ne voulait pas qu'il retourne sur son sol. Prakash, qui figurait en bonne place dans la propagande de l'ISIS au fil des ans, a été condamné à 7 ans et demi de prison par un tribunal turc pour appartenance à ce groupe, mais pourrait finir par purger seulement 2 ans et demi de prison.

Dans la foulée du chaos qui règne dans le nord-est de la Syrie, si la communauté internationale veut que les combattants de l'ISIS soient emprisonnés pour de longues périodes, il est clair qu'ils devront faire un effort plus concerté pour le faire.

 

 

Source : Theintercept

Informations complémentaires :

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Personne n'a de plan pour les milliers de combattants de l'ISIS détenus par les Kurdes en Syrie (Theintercept)