5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (1 Vote)

Après les propos plutôt clairs du sénateur Lieberman, la NSA lui emboîte le pas, la politique des Etats-Unis d'Amérique en matière d'internet est maintenant on ne peut plus explicite...

La NSA construit un système massif 'd'espionnage' pour monitorer les infrastructures nationales. Les entrepreneurs qui la construisent l’appelle "Big Brother".

Un email interne Raytheon nomme le système «Big Brother»

La National Security Agency a commencé à travailler sur un  «système d'espionnage expansif» qui permettra de surveiller les infrastructures essentielles à l'intérieur des États-Unis pour les cyber-attaques, dans un mouvement que les détracteurs disent qu'elle pourrait finir par violer les droits de la vie privée et étendre à la NSA des capacités domestiques d'espionnage.

Le Wall Street Journal cite des sources anonymes, disant que la NSA a publié un contrat de 100 millions de US$ à l'entrepreneur de défense Raytheon, pour qu'il construise un système baptisé "Perfect Citizen». Il consistera à installer des «capteurs» à des endroits critiques dans les réseaux informatiques du privé et des organismes publics qui hébergent des infrastructures, des organisations, telles que les centrales nucléaires ou des exploitants de réseaux électriques.

Dans un courriel obtenu par le Journal, un employé anonyme de Raytheon décrit le système comme un «Big Brother».

"L'objectif global du programme [programme] est que notre gouvernement sente qu'il fait tout ce dont ils ont besoin pour rassurer le secteur public, et qu'il fait tout son possible pour maintenir l'infrastructure essentielle à notre sécurité nationale». Le Courriel indique : "Perfect Citizen is Big Brother", "Perfect Citizen est Big Brother"

"Raytheon a refusé de commenter ce message," rapporte le Journal.

Le Journal dit : Certains fonctionnaires familiarisés avec Perfect Citizen voient cela «comme une intrusion par la NSA dans les affaires intérieures », tandis que d'autres disent que « c'est un programme important pour lutter contre une menace à la sécurité émergente que seule la NSA est équipée pour fournir», indique le Journal.

Le programme serait actuellement financé dans le cadre national de la cybersécurité initiative globale. Un programme lancé par l'administration Bush en Janvier 2008, et qui a continué sous l'administration Obama.

Nsa Servers
Serveurs NSA


L'initiative est inscrite au budget pour un coût de 40 milliards de dollars sur plusieurs années.

Une AUTRE GUERRE sans définition ?

Des informations du système d'espionnage, venant à la suite de plusieurs mois de bulletins de nouvelles et de déclarations gouvernementales, sur la menace de cyber-attaques.

L'année dernière, les États-Unis montraient du doigt la Corée du Nord pour une "large" attaque sur les États-Unis et les ordinateurs gouvernementaux de la Corée du Sud.
Plus tôt cette année, une attaque coordonnée sur les serveurs de Google a été identifiée comme provenant de la Chine.

Mais de nombreux observateurs disent que la menace de la cyberguerre est exagérée, et ils suggèrent que le bénéfice peut être un motif à l'origine des efforts pour construire des systèmes de cyber-défense.
«Il est important de savoir qui est en charge de la cyber-sécurité, et combien de contrôles le gouvernement exercera sur les réseaux civils", écrit l'expert en sécurité, Bruce Scheiner, au site Web de CNN.

"Et en battant les tambours de la guerre, l'armée vient en tête." Scheiner voit le danger dans les médias et les « erreurs d'étiquetage » des activités comme le piratage informatique et de « cyber-activisme » et comme la « cyberguerre ».

« Un des problèmes est qu'il n'y a pas de définition claire de la « cyberguerre ».

A quoi est-ce que ça ressemble ? Comment ça commence ? Quand est-ce que ça fini ? Même les experts sur la cybersécurité ne connaissent pas les réponses à ces questions, et il est dangereux, de manière générale, d’appliquer le terme de «guerre». A moins que nous sachions qu'une guerre se passe.

L'argent pour faire

Dans un rapport publié le mois dernier, Cecilia Kang au Washington Post décrit la cyber-sécurité « croissance de l'industrie de Washington comme étant de choix », et les entreprises dans le secteur sont « en ligne pour une injection de plusieurs milliards de dollars de fonds de recherche fédéraux ».

Kang a dit :

Assurant le discours-programme lors d'un récent sommet sur la cybersécurité commandité par Defense Daily, Dawn Meyerriecks, directeur adjoint du renseignement national pour l'acquisition de la technologie, a déclaré, avec le Bureau de la Maison Blanche de la science et la technologie, que son bureau va parrainer des recherches majeures, « où le gouvernement s'apprête à dépenser des milliards de dollars multiples ».

Tom Burghardt, à la Pacific Free Press, note que la conférence, où a parlé Meyerricks, a été parrainée par quelques entreprises, entre autres par Raytheon.


Source :
BlackListedNews, Traduction : Folamour, Correction : Chalouette

Informations complémentaires :

Crashdebug: Les sénateurs américains proposent l'octroi d'un bouton d'arrêt d'urgence d'Internet au président
Crashdebug:
Devinez qui veut tuer Internet ?


Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow La NSA construit un système massif 'd'espionnage' pour monitorer les infrastructures nationales. Les entrepreneurs qui la construisent l’appelle "Big Brother".