1 1 1 1 1 Rating 5.00 (4 Votes)

Possible emprisonnement à vie pour avoir dit la vérité, ça en dit long sur notre monde quand même...

Assange 15 02 2020

Le juge qui était précédemment en charge de l'affaire d'extradition de Julian Assange a de nouveau fait la une des journaux pour une autre affaire d'extradition, refusant cette fois d'extrader un couple britannique parce qu'il risquait une condamnation à vie pour meurtre, sans aucune perspective de libération.

Le juge principal de district Emma Arbuthnot a décidé qu'un couple londonien ne pouvait pas être extradé vers l'Inde pour y être jugé pour un double meurtre car, s'il était reconnu coupable, il risquait la prison à vie sans perspective de libération - elle a déclaré qu'une "peine irréductible" et l'absence de révision seraient "inhumaines et dégradantes", selon la loi britannique sur les droits de l'homme, qui intègre la Convention européenne des droits de l'homme dans le droit britannique.

Au lieu de cela, le couple sera désormais autorisé à être libéré et à ne pas être jugé du tout, malgré les preuves prima facie acceptées les impliquant dans un double meurtre brutal.

En revanche, cette même juge, Emma Arbuthnot, ne prévoyait pas de tels problèmes en extradant Julian Assange vers les États-Unis, pour qu'il soit condamné à une peine de 175 ans de prison. En réalité, Assange n'aurait aucune perspective de libération, quelles que soient les circonstances.

Aux États-Unis, des peines d'emprisonnement à vie sans possibilité de libération conditionnelle sont fréquemment imposées, souvent pour des délits mineurs, en vertu des lois des "trois fautes" - ces prisonniers sont fréquemment maintenus en détention jusqu'à leur mort, sans possibilité de libération pour des raisons humanitaires. Si ces délinquants mineurs n'ont aucune chance d'obtenir une libération conditionnelle, quelle chance a Assange ? Une libération conditionnelle après 1/3 de sa peine - c'est-à-dire après 58 ans ?

Ou la simple existence d'un processus de révision nominal, indépendamment du fait que cela ait une signification réelle, suffit-elle à satisfaire à la loi sur les droits de l'homme ? Est-ce là l'essence même des droits de l'homme en Grande-Bretagne - une simple mesure de protection plutôt qu'une véritable protection ?

Les États-Unis sont-ils une nation qui applique les normes de traitement des prisonniers requises par la loi sur les droits de l'homme et la CEDH ? Qu'en est-il des autres abus appliqués aux prisonniers politiques, tels que les conditions dans lesquelles Bradley/Chelsea Manning était détenu, en isolement, réveillé toutes les 20 minutes pendant la nuit, comme prétendue "protection contre le suicide" ?

Qu'en est-il des autres prisonniers détenus pendant des décennies en isolement, tels qu'Albert Woodfox, détenu en isolement pendant 40 ans ? Qu'en est-il des mauvais traitements généralisés, souvent systémiques, infligés aux prisonniers ordinaires, qui ont conduit à des protestations, à d'énormes manifestations de prisonniers et à des soulèvements ?

Avant même de se demander si une nation qui veut poursuivre un journaliste pour le crime politique de dire la vérité dispose d'un système judiciaire digne de ce nom ou si ses tribunaux se contentent de tenir des procès à grand spectacle.

Que requiert la loi sur les droits de l'homme, en termes de traitement des prisonniers, aux yeux de la juge Emma Arbuthnot et de la justice britannique en général ?

 

Source : Off-guardian.org

 

 Informations complémentaires :

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Extradition d'Assange : Deux poids deux mesures flagrants dans le domaine judiciaire (Off-guardian.org)