1 1 1 1 1 Rating 5.00 (8 Votes)

À la lumière des spéculations croissantes, pour la plupart dans des cercles moins officiels, que la théorie officielle de la propagation de l’épidémie de Coronavirus, notamment parce que quelqu’un a mangé une soupe de chauves-souris dans un marché de fruits de mer et d’animaux de Wuhan…

Update 24.03.2020 : Analyse : Non, le coronavirus n'a pas fait l'objet d'une bio-ingénierie. Les rumeurs sont fausses (Intelnews.org)

Covid19 Origin 12 03 2020

… est une diversion fabriquée de toutes pièces, et que la véritable raison de la propagation du virus est qu’une version militarisée du coronavirus (qui pourrait avoir été obtenue à l’origine au Canada) a été mise sur le marché par l’Institut de virologie de Wuhan (accidentellement ou non), un laboratoire de biosécurité, niveau 4, spécialisé dans les risques biologiques qui étudiait « les agents pathogènes les plus dangereux du monde ». Il serait peut-être bon que le même Institut de virologie de Wuhan retire l’avis de recherche suivant, publié le 18 novembre 2019, selon lequel l’institut cherche à engager un ou deux boursiers post-doctoraux, qui utiliseront « des chauves-souris pour faire des recherches sur le mécanisme moléculaire qui permet aux coronavirus associés à Ebola et au SRAS de rester longtemps en sommeil sans causer de maladies ».

Le bon candidat :

– A obtenu ou est sur le point d’obtenir un doctorat en sciences du vivant ou dans un domaine lié à la biomédecine ;
– A un style de travail fiable et rigoureux, avec une forte capacité de recherche scientifique indépendante et un esprit d’équipe ;
– A de solides compétences en communication et en rédaction en anglais, avoir des articles de recherche publiés dans les principales revues universitaires internationales ;
– A une expérience en biologie cellulaire, immunologie, génomique et autres domaines pertinents est préférable ;

L’offre d’emploi complète, qui se trouve toujours sur le site web de l’Institut de virologie de Wuhan (Archive), est disponible ici (avec une capture d’écran ci-dessous car elle disparaîtra dans quelques heures).

Pandemie Mondiale 2

Et la traduction :

Pandemie Mondiale 4

Pourquoi cela est-il remarquable ? Parce qu’il s’agit en fait d’une offre d’emploi pour le laboratoire du Dr Peng Zhou, docteur en médecine, chercheur à l’Institut de virologie de Wuhan et chef du groupe d’infection et d’immunisation contre les virus de la chauve-souris. Pour en savoir plus sur le parcours de M. Zhou à l’Institut (traduction Google) :

Il a obtenu son doctorat à l’Institut de recherche sur les virus de Wuhan en 2010 et a travaillé sur le virus des chauves-souris et l’immunologie en Australie et à Singapour. En 2009, il a pris la tête des recherches sur le mécanisme immunitaire des chauves-souris qui portent et transmettent des virus à long terme dans le monde. À ce jour, il a publié plus de 30 articles dans le SCI, dont le premier et le correspondant de l’auteur, Nature, Cell Host Microbe et PNAS. Actuellement, la recherche sur le virus des chauves-souris et l’immunologie se poursuit et a reçu le soutien du Fonds national « You Qing », du projet pilote de l’Académie chinoise des sciences et du projet majeur du ministère des sciences et des technologies.

Vous trouverez ci-dessous une liste de plusieurs articles récents publiés par le Dr Zhou :

Dampened STING-Dependent Interferon Activation in Bats
Fatal swine acute diarrhoea syndrome caused by an HKU2-related coronavirus of bat origin
IFNAR2-dependent gene expression profile induced by IFN-α in Pteropus alecto bat cells and impact of IFNAR2 knockout on virus infection
Immunogenicity of the spike glycoprotein of Bat SARS-like coronavirus
Bat severe acute respiratory syndrome-like coronavirus ORF3b homologues display different interferon antagonist activities

Ce qui nous amène à la chute : grâce à l’institut de virologie de Wuhan, voici un communiqué de presse du laboratoire du Dr Zhou intitulé « Comment les chauves-souris sont porteuses de virus sans tomber malades » :

Les chauves-souris sont connues pour être porteuses de virus hautement pathogènes comme Ebola, Marburg, Hendra, Nipah, et le SRAS-CoV, et pourtant elles ne montrent pas de signes cliniques de maladie. Dans un article publié dans la revue Cell Host & Microbe le 22 février, des scientifiques de l’Institut de virologie de Wuhan en Chine ont découvert que chez les chauves-souris, une voie immunitaire antivirale appelée voie de l’interféron STING est atténuée, et que les chauves-souris peuvent maintenir juste assez de défense contre la maladie sans déclencher une réaction immunitaire accrue.

« Nous pensons qu’il existe un équilibre entre les chauves-souris et les agents pathogènes qu’elles transportent » , déclare l’auteur principal Peng Zhou. « Ce travail a démontré que pour maintenir un équilibre avec les virus, les chauves-souris peuvent avoir évolué pour amortir certaines voies. »

Chez l’homme et d’autres mammifères, une réaction immunitaire excessive à l’un de ces virus et à d’autres virus pathogènes peut déclencher une maladie grave. Par exemple, chez l’homme, une voie STING activée est liée à des maladies auto-immunes graves.

« Dans l’histoire de l’humanité, nous avons poursuivi les maladies infectieuses les unes après les autres », déclare Zhou, « mais les chauves-souris semblent être un ‘super-mammifère’ à ces virus mortels ». En identifiant une voie d’infection affaiblie mais non défunte, les chercheurs ont un nouvel aperçu de la façon dont les chauves-souris ajustent leurs défenses antivirales pour équilibrer une réponse efficace, mais non manifeste, contre les virus.

Les auteurs émettent l’hypothèse que cette stratégie de défense a évolué dans le cadre de trois caractéristiques interconnectées de la biologie des chauves-souris : elles sont des mammifères volants, ont une longue durée de vie et abritent un grand réservoir viral.

« L’adaptation au vol a probablement provoqué une sélection positive de plusieurs gènes innés d’immunité et de réparation des dommages à l’ADN des chauves-souris », explique M. Zhou. Ces adaptations ont peut-être façonné certaines voies antivirales (STING, interféron, et autres) pour en faire de bons hôtes réservoirs viraux et atteindre un équilibre tolérable. »

Et juste au cas où, voici un communiqué de presse traduit avec Google du 18 janvier 2019 décrivant les réalisations du Dr Peng Zhou :

Wuhan possède la première personne dans la recherche mondiale sur l’immunité des chauves-souris : « Je me suis précipité en avant avec une épée. »

Changjiang Daily, Rong media, 4 mai, en tant que co-premier auteur, a publié un autre article « Nature » le mois dernier. Ces dernières années, Peng Zhou, un jeune chercheur des années 80 à l’Institut de virologie de Wuhan, Académie chinoise des sciences, a publié. » Et d’autres magazines internationaux faisant autorité ont publié 28 articles, devenant des stars académiques. Dans une interview accordée récemment à des journalistes, il a expliqué que les jeunes scientifiques ne comptent pas sur le génie pour tenir, mais sur « super confiant ».

Il est entendu que Peng Zhou est le pionnier de la recherche mondiale sur le système immunitaire des chauves-souris. « Les chauves-souris sont porteuses de virus mais ne tombent pas malades. Elles n’ont pas été étudiées par des scientifiques auparavant et ont certainement une spécificité différente des autres espèces, mais c’est comme si vous connaissiez le début et Fin sans savoir comment l’histoire s’est produite. » Après plus de 10 ans de recherche, Peng Zhou a découvert qu’un canal immunitaire antiviral appelé « interféron protéine stimulant le gène-interféron » dans le corps de la chauve-souris était inhibé, de sorte que la chauve-souris pouvait simplement résister à la maladie sans déclencher une forte réponse immunitaire. Les résultats ont été publiés dans Cells, Hosts and Microorganisms, ce qui a attiré l’attention de la communauté universitaire.

Peng Zhou, un étudiant en bio-ingénierie de premier cycle, a connu le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) au cours de sa première année, ce qui l’a rendu intéressé par le virus : « Un petit virus bouleverse le monde. » Il a été admis à l’Institut de virologie de Wuhan de l’Académie chinoise des sciences au niveau du troisième cycle et a étudié avec Shi Zhengli, un expert en chauve-souris. En me concentrant sur le virus véhiculé par la chauve-souris, je me demandais si le système immunitaire de la chauve-souris était spécial. »

Après avoir obtenu son doctorat, il est entré au Australian Animal Health Laboratory et il est devenu la première personne dans la recherche mondiale sur l’immunité des chauves-souris. « J’ai traversé 4 ans d’essais et d’erreurs, tâtonné dans le noir et frappé le mur sud à plusieurs reprises. Je me souviens encore d’un « moment le plus sombre » « Dans l’hiver froid local, je tenais le genou d’engelure, assis à la plage, et je me demandais pourquoi c’était le cas. »

Il a commencé à apprendre des blagues australiennes et s’est inspiré. En 2016, lors d’études postdoctorales à la Duke University-National University of Singapore Medical School, il était préoccupé par le fait qu’un certain interféron chez les chauves-souris est toujours maintenu à un niveau élevé. Ce document est devenu l’article de couverture des Actes de la National Academy of Sciences, « Bat Immunity « Cette porte a été ouverte, et de plus en plus de gens dans le monde prêtent attention à ce domaine. » Notre génération, quand nous étions à l’université, regardait « The Forrest Gump » et « Redemption of Shawshank » et nous a appris la bêtise et la persévérance. J’ai l’impression de porter une épée et de me précipiter. »

Après son retour en Chine en 2016, Zhou Peng est retourné chez son alma mater pour devenir un jeune chercheur peu connu. « À long terme, les chauves-souris sont porteuses du virus sans tomber malades. On espère que les humains pourront apprendre à lutter contre le virus, mais cela est encore loin de l’industrialisation. De loin, le chemin à parcourir est long et nous devons rester « super confiants » et continuer à avancer. » (« Le correspondant de Li Jia, Chen, a taquiné la stagiaire de Li Li, Luo Yameng »)

Et voici l’homme, le mythe, le dieu des chauves-souris lui-même : Peng Zhou.

Peng Zhou
Peng Zhou

Sa biographie (source) :

Peng Zhou, Ph.D., chercheur, chef d’équipe sur l’infection et l’immunité du virus de la chauve-souris. Il a obtenu successivement une licence et un doctorat de l’Université du Henan (2004) et de l’Institut de virologie de Wuhan, Académie des sciences de Chine (2010). Au cours de son doctorat, il a été envoyé au laboratoire australien de santé animale pour étudier. Il a ensuite effectué des travaux de recherche au Duke-Nus Medical College en Australie et à Singapour. Il est depuis longtemps engagé dans la recherche sur l’épidémiologie des nouveaux virus et l’immunité antivirale des chauves-souris, révélant que les chauves-souris sont porteuses du SRAS, du MERS et du virus Ebola depuis longtemps, mais qu’elles ne possèdent pas leurs propres mécanismes immunitaires.

Actuellement, il accueille et entreprend 3 projets de la Fondation nationale des sciences naturelles de Chine, ainsi que le projet spécial de l’Académie des sciences de Chine et un grand projet national de science et de technologie – un projet majeur pour la prévention et le contrôle des maladies infectieuses. Actuellement, il a publié 28 articles du SCI, dont Nature, Cell Host Microbe, PNAS et d’autres articles Les articles du SCI, dont Nature, Cell Host Microbe, PNAS et d’autres articles publiés par le premier auteur ou l’auteur correspondant. Il est à la pointe du monde dans le domaine de la recherche sur les chauves-souris et les virus.

Donc, pour résumer :

1/ L’un des meilleurs experts chinois en virologie et en immunologie travaillait et travaille toujours dans le laboratoire chinois le mieux classé en matière de risques biologiques, l’Institut de virologie de Wuhan, que certains ont affectueusement qualifié de vraie Umbrella Corp.
2/ Depuis 2009, Peng est le principal scientifique chinois à mener des recherches sur le mécanisme immunitaire des chauves-souris porteuses et transmetteuses de virus mortels dans le monde.
3/ Son principal domaine d’étude est la recherche sur la façon dont, et les raisons pour lesquelles, les chauves-souris peuvent être infectées par certains des virus les plus cauchemardesques au monde, notamment le virus Ebola, le SRAS et le coronavirus, et ne pas tomber malades.
4/ Il a mis au point génétiquement diverses voies immunitaires (comme la voie STING chez les chauves-souris) pour rendre les chauves-souris plus ou moins sensibles à l’infection, créant ainsi potentiellement un insecte super résistant.
5/ Dans le cadre de ses études, Peng a également fait des recherches sur des souches mutantes de Coronavirus qui ont vaincu l’immunité naturelle de certaines chauves-souris ; il s’agit de souches de Coronavirus « super-résistantes », qui ne résistent à aucune voie immunitaire naturelle, et qui semblent maintenant se balader à l’air libre dans le monde.
6/ À la mi-novembre, son laboratoire recrutait activement des post-docs inexpérimentés pour l’aider à mener ses recherches sur les super-Coronavirus et les infections de chauves-souris.
7/ Les travaux de Peng sur la virologie et l’immunologie des chauves-souris ont reçu le soutien du Fonds national « You Qing », du projet pilote de l’Académie chinoise des sciences et du projet majeur du ministère de la Science et de la Technologie.

 

Source(s) : Zerohedge.com via Aubedigitale.com sur la piste de Taker Aligato Handeo sur Facebook

 

Informations complémentaires :

 

 

 

 

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Cet homme est-il à l’origine de la pandémie mondiale de coronavirus ? (Zerohedge)