1 1 1 1 1 Rating 5.00 (4 Votes)

On a passé plusieurs billets qui tentent à démontrer le contraire (informations complémentaires), mais là aussi, comme ailleurs, on ne prétend pas détenir la vérité, mais on vous donne des informations, et en fonction de ces informations (et d'autres) chacun se forgera sont intime conviction.

Coronavirus 24 03 2020

Depuis l'émergence du nouveau coronavirus, en décembre de l'année dernière, d'éminents scientifiques de la santé publique n'ont cessé de condamner les rumeurs selon lesquelles il pourrait être issu de la bio-ingénierie. Les scientifiques ont raison de persister. Les rumeurs selon lesquelles le nouveau coronavirus a été délibérément utilisé comme arme ne sont pas étayées par les preuves scientifiques disponibles.

Les coronavirus ne sont pas nouveaux dans la nature ou pour l'homme. Le SRAS-CoV-2 (SARS-associated coronavirus 2) n'est que le dernier coronavirus que nous avons identifié et qui infecte les humains et provoque des maladies (COVID-19). Comme d'autres coronavirus ont également été isolés, il est possible de séquencer le génome de ces virus. Cela permet d'obtenir des informations détaillées sur leurs origines. Ceci est particulièrement important à la lumière des rumeurs selon lesquelles ce virus aurait été manipulé par différents gouvernements.

Comme la souche du SRAS-CoV, responsable du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), ce nouveau virus se lie également à une protéine, le récepteur de l'enzyme de conversion de l'angiotensine 2 (ACE2), qui se trouve sur les cellules chez l'homme, dans les poumons, les reins, le tube digestif, le cœur et la vessie. Le virus utilise une "protéine de pointe" pour s'attacher à la protéine du récepteur sur les cellules de ces régions, puis perfore la cellule pour injecter les acides nucléiques viraux (matériel génétique). Une fois à l'intérieur de la cellule, les acides nucléiques du virus sont reproduits par la cellule, et de nouveaux virus sont fabriqués.

Lorsque les scientifiques ont analysé la séquence des acides nucléiques responsables de la fixation aux cellules, ils ont constaté que la séquence était optimale, mais pas idéale. Cela signifie que le virus peut reconnaître la protéine du récepteur ACE2 et s'y fixer fermement, mais qu'elle n'est pas parfaite. Cela revient à avoir une vieille clé (protéine de pointe) qui s'insère dans une serrure (récepteur ARE2), mais qui ne fonctionne pas toujours correctement (ouvrir la porte). En bio-ingénierie, le but est d'avoir la clé parfaite pour que tout le virus puisse entrer dans les cellules et se reproduire rapidement. Cette adéquation parfaite ne se retrouve pas dans le SRAS-CoV-2. Cela prouve qu'il s'agit de sélection naturelle et non de bio-ingénierie.

En outre, le génome du SRAS-CoV-2 possède un acide aminé unique dans une région importante de la protéine de pic. Cet acide aminé, une proline, possède une caractéristique structurelle inhabituelle qui provoque un changement de direction (un virage) brutal de la protéine. Cela ne se voit pas dans le SRAS-CoV, le gène le plus proche du SRAS-CoV-2. En outre, lorsque l'on compare la séquence du CoV-2-SARS à celle d'autres coronavirus, la séquence du CoV-2-SARS ne semble pas dérivée de virus séquencés précédemment. Ce fait indique également une sélection naturelle, puisqu'un virus issu de la bio-ingénierie serait basé sur un modèle connu qui pourrait être facilement fabriqué en laboratoire.

Il apparaît plutôt, d'après les analyses génétiques et biochimiques, que le SRAS-CoV-2 a commencé chez les chauves-souris, s'est déplacé vers les pangolins, puis vers les humains. Il n'est pas clair si les changements évolutifs qui ont donné naissance à la variante du SRAS-CoV-2 ont changé une fois qu'elle est entrée dans les pangolins à partir des chauves-souris, ou si elle est entrée dans les humains et a continué à évoluer dans la souche que nous voyons aujourd'hui. Bien que les preuves indiquent qu'il est très peu probable que le virus ait été modifié par génie biologique, il est impossible de déterminer s'il est entré dans l'homme sous sa forme actuelle ou s'il a évolué une fois qu'il a franchi la barrière des espèces.

 

► Auteur : Dr. A.T. | Date : 24 mars 2020 | Lien permanent

Source : Intelnews.org

Informations complémentaires :

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Analyse : Non, le coronavirus n'a pas fait l'objet d'une bio-ingénierie. Les rumeurs sont fausses (Intelnews.org)