1 1 1 1 1 Rating 5.00 (4 Votes)

Un article que j'ai vue cet après midi, et qui vas dans le sens de ce que je vous disait hier, bon ils sont américains, je pense qu'ils sous-estime encore la dangerosité de ce virus, mais même en france ici il y a polémique, après chacun ses opinions pour le reste je suis hélas totalement d'accord.

Nwo 07 04 2020

 6 avril 2020

Ce qui est fou dans la "crise" COVID-19, c'est la facilité avec laquelle l'État et ses médias effraient le public et manipulent des citoyens mal informés pour les amener à embrasser la décapitation économique et sociale.

Aveuglé par des titres effrayants basés sur des spéculations irrationnelles - ensuite révisés à la baisse et publiés en page C-23 des journaux d'entreprise demandant un renflouement - le peuple américain a adopté des mesures autoritaires supposées être imposées pour gagner une bataille contre un ennemi invisible.

Nous avons maintenant dépassé le point de non-retour. Les dommages économiques et sociaux infligés ont déjà fait payer un lourd tribut et cela va s'aggraver à mesure que les bureaucrates de la santé, les gouverneurs d'État et un président remarquablement ignorant et ses apparatchiks exigent que nous restions emprisonnés chez nous, effrayés par un micro que l'État et ses médias ont rendu fictionnellement comme une gorgone insatiable et inéluctable du destin.

Scott C. Tips, président de la Fédération nationale de la santé, écrit

    En février 2020, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) - jamais connue pour son exactitude ou sa cohérence - a déclaré une "pandémie" pour le coronavirus et a affirmé que le taux de mortalité pour la nouvelle maladie à coronavirus maintenant désignée par COVID-19 était de 3,4%, alors que celui de la grippe saisonnière était de 0,1%. Bien sûr, les médias ont publié ces chiffres et ont fait des gros titres effrayants dans le monde entier, affirmant que ce nouveau virus était beaucoup plus mortel que la grippe saisonnière. Le problème avec la déclaration de l'OMS, cependant, c'est qu'elle a appliqué deux formules différentes pour les deux virus. Pour la maladie COVID-19, par exemple, ils n'ont tout simplement pas compté les cas bénins de COVID-19 qui se sont résolus d'eux-mêmes ; en revanche, ils l'ont fait pour la grippe saisonnière. Si l'OMS appliquait la même formule aux cas de grippe saisonnière qu'aux cas de COVID-19, alors la grippe saisonnière se révélerait plus véridique, étant deux fois plus mortelle que le virus COVID-19.

En d'autres termes, l'OMS mondialiste - essentiellement un groupe de relations publiques pour les grandes entreprises pharmaceutiques transnationales et ce qui devrait être considéré comme le complexe industriel de la santé - est engagée dans une fraude massive.

La campagne d'expansion et de propagande de COVID-19 n'est pas simplement un plan de relations publiques pour les grandes entreprises pharmaceutiques et leurs vaccins très douteux et souvent mortels. Elle sert également de couverture aux mesures autoritaires que l'élite dirigeante a mis en place depuis des décennies, des mesures destinées à surveiller et à contrôler tout ce que vous faites. Les hélicoptères d'Orwell scrutant les fenêtres des chambres à coucher à la recherche de délinquants sexuels - ou les drones à la recherche des racailles de la vaccination infectées et suspectées - sont désormais une dure réalité.

Le 11 septembre n'a pas suffi. La portée du quotient de peur et des mesures autoritaires de cet événement sous faux drapeau a été limitée et finalement étouffée. La perspective féerique de terroristes habitant dans des grottes et préparant des attentats à la bombe sale dans des jardins d'enfants et d'autres actes diaboliques avait une efficacité limitée et une durée de vie relativement courte.

Cependant, un virus invisible dépeint comme une pandémie au même titre que la peste noire est bien plus efficace qu'un némésis de dessin animé comme Oussama ben Laden dans l'effort continu de déplacer le bétail - comme nos dirigeants nous considèrent - dans la direction préférée.

En plus d'une surveillance et d'un contrôle "intelligents" de la population, la panique virale est manipulée pour couvrir et rejeter la responsabilité d'une économie saccagée.

"L'économie était déjà en train de vaciller. Le faux boom stimulé par une décennie de méthamphétamine monétaire se transformait probablement en un effondrement avant même le virus", écrit Keith Weiner.

Les vrais coupables qui poussent à l'effondrement économique - la classe financière mondialiste et les fascistes de l'entreprise - veulent attribuer les coups de frein économiques et le renversement d'un château de cartes déjà précaire à un virus qui, jusqu'à présent, n'est guère pire que la grippe saisonnière, si c'est le cas.

Il est maintenant évident qu'une population qui fait l'objet d'une propagande poussée acceptera volontiers ce qui équivaut à une assignation à résidence sans limite de durée et aux exigences autoritaires absurdes de l'État - ne sortez pas, n'allez pas à l'épicerie ou à la pharmacie, ne portez pas de masques de bricolage en t-shirts et de filtres de chaudière, dénoncer vos voisins si vous suspectez une infection, condamner les préparateurs comme des amasseurs égoïstes, etc.

Notre avenir ne fait plus aucun doute. Les monstres psychopathes du contrôle nous guident vers le totalitarisme mondial. Henry Kissinger l'a récemment préconisé dans le War Street Journal, à la suite d'un appel similaire lancé par l'ancien "très honorable" chancelier de l'Échiquier, Gordon Brown.

Un virus a accompli ce que la guerre contre la terreur fabriquée n'a pas pu faire - nous conduisant sans un bêlement de plaintes vers les rochers de la destruction économique et sociale.

 

Source : Kurtnimmo.blog

 

Informations complémentaires :

 

 

  

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow COVID-19 : Un prétexte pour le gouvernement mondial et le totalitarisme (Kurtnimmo.blog)