1 1 1 1 1 Rating 5.00 (5 Votes)

J'espère que vous suivez... Je ne vous dis pas le bordel que ça doit faire aux États-Unis de savoir qu'ils ont financé en partie les recherches sur ce virus... ; )))) Du reste, vous pourrez remarquer de facto, le silence unanime de la presse française, et rien sur le vaccin de la Darpa... Ils ont déjà mis 4 mois (après nous) pour vous informer qu'il y avait des labos de virologie à Wuhan, donc...

Chimere 09 05 2020

(Natural News) Depuis des mois, les autorités chinoises affirment que le coronavirus de Wuhan (COVID-19) est un phénomène naturel, bien que mystérieux et inexpliqué, qui a probablement son origine dans un marché de viande chinois. Mais des preuves contraires continuent de faire surface, suggérant que le virus a en fait pris naissance dans un laboratoire et un centre de recherche chinois.

De nombreux virologistes continuent de le nier, bien sûr, en affirmant qu'il n'y a aucune preuve pour soutenir l'idée que le coronavirus de Wuhan (COVID-19) pourrait être en aucune façon contre-nature. Mais les caractéristiques génétiques qu'ils recherchent comme preuve peuvent ne pas être aussi évidentes qu'on le croyait auparavant, car le génie génétique moderne peut se faire sans laisser de trace.

Croyez-le ou non, une équipe de recherche suisse a réussi à créer un clone synthétique du coronavirus de Wuhan (COVID-19) en moins d'un mois. Et ils l'ont fait en insérant des fragments génétiques de telle sorte que, à moins qu'un scientifique ne sache exactement ce qu'il faut chercher, cela ne serait pas nécessairement apparent.

Au cours des 15 à 20 dernières années, les chercheurs ont activement étudié, disséqué, reconstruit et manipulé de toute autre manière les coronavirus de différents types. Cela inclut le coronavirus de Wuhan (COVID-19), qu'un chercheur scientifique décrit comme une "chimère évidente", ce qui signifie qu'il s'agit d'une combinaison d'au moins deux virus préexistants.

Ce scientifique, qui s'appelle Yuri Deigin et qui édite la revue Open Longevity en russe et en anglais, affirme que le coronavirus de Wuhan (COVID-19) est basé sur une souche de chauve-souris ancestrale du coronavirus connue sous le nom de RaTG13, mais avec un motif de liaison au récepteur remplacé (RBM) dans sa protéine de pointe.

Le coronavirus de Wuhan (COVID-19) contient également un segment supplémentaire de quatre acides aminés différents qui, selon lui, ont été insérés dans le virus, créant un site de clivage de la furine "qui, comme les virologistes l'ont précédemment établi, élargit considérablement le "répertoire" du virus en termes de cellules dans lesquelles il peut pénétrer".

C'est pourquoi, selon Deigin, le coronavirus de Wuhan (COVID-19) a probablement été capable de muter et de sauter d'une espèce à l'autre, quittant son hôte d'origine et infectant l'homme. Et il se trouve que ce type de recherche se déroulait précisément au tristement célèbre Institut de virologie de Wuhan, à Wuhan, en Chine, où le coronavirus de Wuhan (COVID-19) a vu le jour

Des virologistes comme Shi Zhengli, souligne Deigin, ont "fait beaucoup de choses similaires dans le passé", notamment le remplacement du RBM d'un type de virus par celui d'un autre. Ils ont également ajouté de nouveaux sites de furine aux coronavirus, créant ainsi de nouveaux coronavirus artificiels spécifiques aux espèces, qui empruntent à d'autres coronavirus leur capacité à faire de nouvelles choses.

Cela ne signifie pas nécessairement que le coronavirus de Wuhan (COVID-19) était une arme biologique intentionnelle, du moins selon Deigin. Il se pourrait que ce soit une expérience qui a mal tourné plutôt qu'un effort intentionnel pour plonger le monde entier dans une pandémie. En même temps, il semble clair que le virus provenait en fait d'un laboratoire, et probablement de l'Institut de virologie de Wuhan.

Des équipes dirigées par Shi Zhengli ont créé au moins huit coronavirus chimériques artificiels au fil des ans, et ont reçu de l'argent du NIH

Deigin a découvert qu'entre les années 2007 et 2017, Shi Zhengli et ses collègues ont créé au moins huit nouveaux coronavirus chimériques avec une variété de RBM. Et en 2019, les Instituts nationaux de la santé (NIH) des États-Unis ont en fait donné à l'Institut de virologie de Wuhan 3,7 millions de dollars dans le cadre d'une subvention intitulée "Comprendre le risque d'émergence de coronavirus de chauve-souris".

La même année, Shi Zhengli a co-rédigé un article appelant à la poursuite des recherches sur ces virus et d'autres virus synthétiques, à la fois in vitro et in vivo, arguant qu'il n'existe actuellement "aucun traitement clinique ou stratégie de prévention" en ce qui concerne les coronavirus humains.

Tout cela est très suspect, étant donné que 2019 est l'année même où le coronavirus de Wuhan (COVID-19) a fait son apparition en Chine, et dans la même ville où Shi Zhengli et ses collègues travaillaient sur des coronavirus similaires. Il ne fait guère de doute que ce virus chimérique est né dans ce laboratoire, malgré le déni continu du Parti communiste chinois (PCC).

Mais ce que prétend le PCC n'a plus d'importance, car partout dans le monde, les gens découvrent la vérité par eux-mêmes. Il est au moins évident que quelque chose a mal tourné avec le confinement de ce virus, et il est possible que ce qui s'est passé soit intentionnel.

Deigin expose les détails de l'article de Shi Zhengli de 2019 sur la relative facilité avec laquelle même un étudiant diplômé dans ce domaine pourrait créer un tel virus. Il expose également la biologie détaillée du coronavirus de Wuhan (COVID-19) comme preuve qu'il correspond définitivement au type de chose décrit par Shi Zhengli.

Sur la base des preuves qu'il présente, que vous pouvez consulter dans leur intégralité à ce lien, la seule conclusion logique est que le coronavirus de Wuhan (COVID-19) est génétiquement modifié et provient de l'Institut de virologie de Wuhan. Il retrace également les origines de la souche RaTG13 dont est issu le coronavirus de Wuhan (COVID-19).

Étonnamment, Shi Zhengli a admis cette année qu'elle était celle qui avait isolé le RaTG13 en 2013 à partir de chauves-souris en fer à cheval du Yunnan de la variété Rhinolophus affinis. Mais rien de tout cela n'était connu avant janvier 2020, date à laquelle le coronavirus de Wuhan (COVID-19) a commencé à arriver aux États-Unis.

Tout cela implique absolument la Chine communiste dans le déclenchement de cette pandémie mondiale, sans parler du NIH qui a contribué à financer ce type de recherche. Les têtes doivent tomber, et ceux qui ont été victimes de cette chose - y compris tous ceux qui ont été contraints à l'enfermement - méritent une pleine mesure de justice.

Arme biologique ou pas, le coronavirus de Wuhan (COVID-19) est un produit de la Chine, ainsi qu'un produit de notre propre gouvernement fédéral. Et ces deux entités doivent être tenues responsables du rôle qu'elles ont joué dans le fléau de la planète avec cette bête invisible.

D'autre part, si tout cela n'était qu'un accident, comme Deigin le pense probablement, alors les personnes impliquées doivent avouer et reconnaître leur erreur plutôt que de continuer à prétendre que tout cela n'est qu'une théorie de conspiration débridée.

Les dernières nouvelles concernant le coronavirus de Wuhan (COVID-19) sont disponibles sur le site Pandemic.news.

Les sources de cet article sont notamment les suivantes :

Medium.com

NaturalNews.com

Source : Dcclothesline.com

 

Informations complémentaires :

 
Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Les virologistes s'interrogent sur les origines du coronavirus : Oui, le coronavirus contient des séquences de gènes de gain de fonction qui ont été insérées dans le virus (Dcclothesline.com)