1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Comme je vous le disais, je ne pense pas que les Irlandais soient prêts à voir leurs revenus minimal baisser de 12 % pour les beaux yeux de l'Union européene et des Banksters... Ils sont eux aussi, comme les Grecs, impactés directement par la crise, et voient leur économie basée sur la finance et la spéculation s'écrouler, tout comme pour les Américains. Le miracle capitaliste n'est donc plus de mise pour les Irlandais qui étaient montrés en exemple par l'Europe quelques mois plutôt. Il faut maintenant les sauver. Idem pour les Espagnols et les Portugais, qui sont aussi sur la liste des futurs pays qui peuvent être impactés. Redoutant, comme pour la France, une possible rétrogradation de leur note de confiance et un effet domino. Ce qui n’a pas empêché les Portugais de faire une grève générale nationale pour manifester leur mécontentement contre les banquiers et les institutions entre autres financières.

On est pourtant à peine en période de 'mise en bouche' et de nivellement par le bas des budgets, pour être en phase avec les plans de notre cher président européen, Herman Van Rompuy, en vue de l'intégration des états nations et de l'Europe dans un monde globalisé et mondialisé, promulgé conjointement de ses voeux par notre président Nicolas Sarozy... On vous l'avait promis au niveau national, maintenant le cas de figure se présente partout en Europe... Enfin, sachez que la BNP pèse aussi lourd financièrement en actif que l'État francais, donc tirez-en les conclusions qui s'imposent.


Elle a rassemblé plusieurs dizaines de milliers d'Irlandais dans les rues de Dublin. 50 000 selon la police, 150 000 selon les organisateurs. Malgré un froid vif et des chutes intermittentes de neige sur la capitale, les Irlandais se sont mobilisés pour dénoncer le plan du Premier ministre Brian Cowen, qui devrait soumettre le pays à un régime d'austérité sévère afin d'assurer le sauvetage de son secteur bancaire.

Malgré le froid et quelques chutes de neige, la mobilisation était conséquente à l'échelle de ce petit pays. Au son des cornemuses et à l’appel des syndicats tous les secteurs de la société ont défilé dans le centre de Dublin.

Les retraités étaient bien représentés certains avaient autour du cou des affiches sur lesquelles on pouvait lire « Les pauvres et les vieux sont en colère ». Les personnes âgées se sentent injustement visées par ce plan d’austérité « Mettez fin à la guerre contre les pauvres, voilà ce qu’il y a sur ma pancarte », explique Margareth qui reproche au gouvernement de doubler la taxe carbone, ce qui va augmenter sa facture de chauffage cet hiver.

« J’ai déjà une dette je n’en veux plus » ou encore « Fermez les banques, pas les écoles », pouvait-on lire sur les pancartes dans le cortège des professeurs. Près de 25 000 postes vont être supprimés dans la fonction publique.

Face à l’adversité et fort de cette mobilisation les syndicats appellent à la grève générale avant Noël.

Par : RFI

Avec notre envoyée spéciale à Dublin, Béatrice Leveillé

Source : RFI

Informations complémentaires :

TSRInfo.ch : Entre 50'000 et 150'000 Irlandais ont manifesté à Dublin contre le plan d'austérité du gouvernement
Le Point.fr : Les Irlandais protestent à Dublin avant l'annonce du plan
AFP : 50.000 Irlandais dans la rue contre la rigueur, le plan d'aide imminent

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Grande manifestation en Irlande contre le plan de rigueur