1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

On apprenait mercredi qu'à Fukushima les techniciens japonais ont commencé à injecter de l'azote dans le réacteur n° 1 de la centrale, pour tenter d'éviter une explosion d'hydrogène et prévenir une catastrophe nucléaire de grande ampleur.

L'opération a été lancée mercredi soir, plusieurs heures après le colmatage d'une fuite d'eau radioactive qui s'échappait du réacteur n° 2 voisin. Ceci sans que l'on ait vraiment plus de nouvelles ce vendredi matin, car ce qui est sur toutes les lèvres c'est la réplique de 7,4 qui a touché hier soir le Japon.

Alors, c'est grâce (aux seuls sur le coup) journalistes du journal Libération que l'on apprendra la nouvelle rassurante qu'à la centrale  d'Onagawa, un porte-parole de la compagnie d'électricité Tohoku Electric Power, exploitante de la centrale qui comporte 3 réacteurs, a déclaré que c'était « de l'eau contenue dans les piscines de désactivation du combustible usé, qui avait débordé sur les côtés à cause de la secousse ».

Ce n'est donc pas une fuite radioactive comme pour les réacteurs inondés de Fukushima ! Cependant il faut prendre en considération, que des traces d'isotope de césium radioactif -137 et -134 ont été détectées jeudi dans l'air de 22 des 31 régions de niveau provincial de la partie continentale de Chine.

Ceci en corrélation avec les Informations délivrées par Benji des Moutons Enragés, où l'on apprenait qu'en France la CRIIRAD (qui est un organisme de recherche français indépendant sur la radioactivité) avait déclaré jeudi 7 avril qu’ils avaient détecté de l’iode radioactif-131 dans de l’eau de pluie dans le sud-est de la France. On apprend parallèlement que l’IRSN France a indiqué avoir trouvé elle aussi de l’iode-131 dans un échantillon de lait pris lui le 25 mars, ce qui indique que les retombées radioactives ont déjà atteint l'Europe depuis au moins le 23 mars (2 jours pour que les vaches broutent l'herbe et fassent le lait).

Nous vous rappelons que : l’iode-131 est particulièrement toxique lorsqu’il est absorbé par la thyroïde qu’il sature, et conduit à un risque accru de cancer.

Tout de suite la situation en détails à la centrale Onagawa dans l'article ci-dessous du réconfortant Libération :

L'opérateur de la centrale nucléaire d'Onagawa (nord-est du Japon) a déclaré vendredi que le séisme de jeudi soir avait provoqué de petits débordements d'eau faiblement radioactive, mais aucune «fuite».

«De l'eau contenue dans les piscines de désactivation du combustible usé a débordé sur les côtés à cause de la secousse», a indiqué un porte-parole de la compagnie d'électricité Tohoku Electric Power, exploitante de cette centrale qui compte trois réacteurs.

271136

De l'eau a aussi été découverte sur le sol à plusieurs étages des bâtiments des autres unités, mais à chaque fois en très petite quantité.

«Nous avons trouvé certains endroits mouillés et nous enquêtons actuellement pour savoir d'où venait l'eau. Mais ce n'est pas comme s'il y avait une fuite, comme si l'eau suintait continuellement d'une fissure ou d'autre chose», a souligné ce porte-parole.

«Cela n'a rien à voir avec ce qui s'est passé à la centrale nucléaire de Fukushima», a-t-il affirmé.

La radioactivité de cette eau est dans tous les cas très basse comparée à la limite légale, selon les données communiquées à l'AFP par la compagnie, qui s'attend toutefois à relever plusieurs autres incidents en poursuivant l'inspection du site.

La centrale, dont la structure n'a pas été abîmée, est arrêtée depuis le terrible séisme et le tsunami géant qui ont dévasté le nord-est de l'archipel le 11 mars. Toutefois le combustible qu'elle contient doit être en permanence refroidi.

Une réplique de magnitude 7,1 s'est produite dans la nuit de jeudi à vendredi.

Située une bonne centaine de kilomètres au sud d'Onagawa, la centrale Fukushima Daiichi (N°1), fortement endommagée le 11 mars, n'a pas subi de nouveaux dégâts du fait de la réplique de jeudi, d'après l'Agence de sûreté nucléaire et son opérateur, Tokyo Electric Power (Tepco).

(Source AFP)

> Abonnez-vous à Libération en numérique pour feuilleter ou télécharger Libé sur web, iPhone et iPad - 12€ par mois

Source : Libération

Informations complémentaires :

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Japon : des « débordements » mais pas de fuite à Onagawa