1 1 1 1 1 Rating 5.00 (2 Votes)

Si je vous parle de cet incident, c'est pour vous informer que, dixit Marianne, 80 % du secteur nucléaire en France est désormais sous-traité... Et ceci avec jusqu'à 8 niveaux d'exécution. Une belle solution pour dissoudre la responsabilité en cas d'incident... D'ailleurs on a vu le résultat récemment.

LILLE – Une microfissure a été détectée dans le fond d’une cuve à l’arrêt de la centrale nucléaire de Gravelines (Nord) au niveau d’un dispositif permettant d’y introduire des appareils de mesure, a annoncé EDF mercredi dans un communiqué.

Durant la visite décennale de l’unité de production n° 1, des contrôles réalisés sur la cuve ont mis en évidence un défaut de la matière qui constitue une des 50 pénétrations de fond de cuve, selon ce communiqué.

Cette visite pratiquée tous les dix ans est présentée sur le site d’EDF comme un véritable check-up des installations. Elle a nécessité la mise à l’arrêt, pour près de trois mois, de la cuve fin juillet.

A son issue, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) doit se prononcer sur la poursuite d’exploitation pour dix nouvelles années, selon EDF.

La microfissure a été détectée sur une pénétration de fond de cuve, présentée par EDF comme un dispositif permettant d’introduire -lors de l’exploitation du réacteur- des instrumentations qui mesurent à fréquence régulière le flux neutronique dans le coeur du réacteur, et donc son activité.

Ce défaut est en cours d’analyse par une équipe d’experts nationale en liaison avec Areva et sous le contrôle de l’Autorité de sûreté nucléaire, selon EDF.

Le groupe ne précise pas s’il retardera la reprise d’activité de la cuve. L’analyse permettra de déterminer les actions correctives à mettre en oeuvre. Il est encore trop tôt pour dire ce qui sera mis en oeuvre, indique seulement EDF.

Afp

Source : Afp, RealInfo

Informations complémentaires :

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Centrale nucléaire de Gravelines : microfissure dans le fond d’une cuve