5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (1 Vote)

C’est la dernière livraison d’un Think Tank anglais, le « programme » complet et le « mode d’emploi » de la prochaine intervention « huma-militaire » en Syrie pour détruire le régime et remodeler la région selon les critères mondialistes.

La nouvelle est sortie sur Alterinfo, sous le titre « Londres publie son plan pour une invasion de la Syrie », renvoyant au document original de la  Henry Jackson Society. Ce Thinks Tank est bien sûr tout acquis aux thèses classiques du Mondialisme (libre échange, démocratie, droits de l’homme), le tout sous le parapluie des habituelles organisations supranationales (OTAN, OCDE, etc.) et le patron, Max Boot est bien sûr membre éminent du CFR (Council of Foreign Relations). Nous sommes donc bien là en plein terrain mondialiste, aucun doute.

Le document intitulé Intervention in Syria ? An Assessment of Legality, Logistics and Hazards n’est rien d’autre que la feuille de route pour une intervention « réussie » en Syrie en prenant en compte la gestion de tous les aspects et les paramètres. C’est ce genre de documents qui fournit aussi la « substance » qui va servir à alimenter les analyses et les avis des experts habituels qui défileront sur les plateaux de télé.

Dès le début, c’est même la condition sine qua non, le rapport pose comme condition que le SNC (Syrian National Council, organisme fantoche, fabriqué sur le modèle du CNT libyen) « devra absolument et formellement accepter une intervention militaire étrangère comme moyen viable d’accélérer la chute du régime d’Assad ».

Cette « précondition » ne laisse pas de place au doute quant à l’avenir de cette soi-disant « révolution », et cette non moins pseudo « opposition ». En fait un cheval de Troie pour permettre aux forces de l’OTAN de détruire le régime sous faux drapeau.

Prévoyants, les auteurs du rapport indiquent les prétextes qui pourraient être employés pour utiliser la force militaire. Notamment les prétextes « juridiques » en s’appuyant , comme en Libye, sur les failles et le flou du « droit international ». C’est donc encore une fois une manipulation en « contorsionnant » les mots dans tous les sens, de la pure fourberie dialectique, devrais-je dire talmudique.

Qui dans le rôle de BHL ?

Le « scénario » reprenant en substance la trame du Blockbuster de l’été « guerre pour la démocratie en Libye », s’appuie sur les mêmes axes. Tout d'abord une « safe zone » doit être établie en Syrie, les auteurs parlent carrément d’un « Benghazi syrien ». Benghazi, voilà qui doit évoquer aux Français, l’épopée romanesque de Bernard Henry Levy d’Arabie, partit démocratiser les peuples arabes au profit d’Israël comme il le clame fièrement devant le CRIF*.

Ce que les auteurs ne disent pas en revanche c’est qui va jouer le rôle de BHL dans le prochain tournage en Syrie ?

C’est donc une séquelle de ce film qui avait bien marché cet été, après tout pour les Américains, la Syrie cela s’écrit presque pareil que la Libye, et après Rambo I, il y a eu Rambo II…

Tout est donc écrit, stipulé dans ce document. L’architecture de la prochaine guerre est là, elle sera ensuite habillée et enrobée par les médias qui rajouteront une dose d’émotion pour faire oublier ces calculs pourtant depuis longtemps anticipés. Rappelons-nous que le général Wesley Clark a déclaré que l’invasion de la Syrie est prévue depuis 2001

Lire aussi cette interview de Thierry Meyssan sur la Syrie

« Democratic Wars », la saga

Le deuxième volet de cette saga va obligatoirement laisser la place à une suite, c’est la trilogie « Democratic Wars » qui devrait s’achever avec l’annihilation de l’Iran. Troisième épisode en forme de 3e guerre mondiale, car la Chine a déjà annoncé la couleur en cas d’attaque de l’antique pays Perse.

Notre Jedi BHL va-t-il triompher de « Dark Bachar », puis enfin de l’empereur du mal Ahmadinejad ?

C’est en tout cas le film que nos amis mondialistes ont mis en scène, interprété et diffusé sur nos écrans, faisant pleurer dans nos chaumières sur ce « formidable élan démocratique qui s’empare du monde ». Un film de guerre avec de l’émotion, comme dans toute bonne production hollywoodienne, il ne nous reste plus qu’à s’installer confortablement avec des pops corns derrière un beau et grand écran plat.

Bon film.

 

*l’AFP avait signalé - sans être particulièrement relayé par les médias de masse - le propos singulier du philosophe, reconnaissant explicitement s’être engagé « en tant que juif » et avec, en« étendard » , sa « fidélité au sionisme et à Israël ». Et l’homme de surenchérir : « C’est en tant que juif que j’ai participé à cette aventure politique, que j’ai contribué à définir des fronts militants, que j’ai contribué à élaborer pour mon pays et pour un autre pays une stratégie et des tactiques. »

Source : Infoguerilla

Informations complémentaires :

 
Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Le scénario de la « guerre humanitaire » (TM) en Syrie qui vient