5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (4 Votes)

Vous voyez « Quand on veut, on peut ». Les Islandais, eux, étaient motivés, ils avaient compris qu’il en allait de l’avenir de leurs enfants… Cela fait maintenant 3 ans, oui 3 ans … que je vous rabâche les oreilles avec la loi Pompidou/Giscard, et de facto notre dette envers ces Banksters, et ces 1700 milliards sur lesquels nous avons remboursé déjà 1400 milliards (ajusté de tête par rapport à l'article) ... mais d’intérêt Nous avons aussi essayé de vous sensibiliser au piège atlantiste de l’Europe. Sans susciter aucune réaction... Alors n’avez-vous toujours pas compris ? Les Français sont-ils tombés aussi bas ? Alors je m'interroge, serait-ce l’alimentation carencée que nous avons ?, Haarp ?, ou ces fameux chemtrails ?, voire plus proche de nous la psychotronique ?, ou que sais-je d’autres... Mais je crois qu’il y a un sérieux problème…

N.B. Nous venons ce matin de franchir la barre des 400.000 visiteurs sur 3 ans d'existence, je tenais à tous vous remercier de venir nous voir, avec un taux de retour de 46,5 %. C'est gratifiant pour le travail d'éveil que nous tentons d'effectuer sur ce blog, Chalouette et moi-même. Aussi ? si vous aimez nos billets et articles, n'hésitez pas à les faire suivre sur d'autres blogs ou sites pour les faire connaître. Crashdebug est encore très peu connu... Et surtout, n'oubliez pas, c'est notre bébé, mais c'est aussi le vôtre. Alors n'hésitez pas à interagir avec le chat ou en commentaire, j'ai vu qu'il y avait de plus en plus de gens qui participaient, alors cela me va droit au cœur.

Amicalement,

Folamour & Chalouette,

Iceland Building

Le gagnant du prix Nobel d’économie Joe Stiglitz note :

Ce qu’a fait l’Islande était exact. Il aurait été erroné de charger les générations futures des erreurs du système financier.

Le gagnant du Prix Nobel d’économie Paul Krugman écrit :

Ce que [la récupération de l'Islande] a démontré, c’est le cas de laisser les créanciers des banques folles privées éponger les pertes.

Krugman indique également :

Une chose drôle est arrivée sur le chemin à l'Armageddon économique : le désespoir de l'Islande a rendu le comportement conventionnel impossible, libérant la nation et la laissant casser les règles. Là où tous les autres ont sauvé les banquiers et ont laissé le salaire du public payer le prix, l'Islande a laissé les banques faire faillite et a augmenté réellement son filet de protection sociale. Là où tous les autres se sont fixés comme objectif de calmer les investisseurs internationaux, l'Islande a imposé des contrôles provisoires aux mouvements des capitaux pour se donner des marges de manœuvre.

Krugman a raison. Laisser les banques faire faillite - au lieu de les renflouer perpétuellement - est la bonne manière de faire.

Nous avons précédemment noté :

L'Islande a dit aux banques de mordre la poussière. Et l'économie de l'Islande fait bien mieux que pratiquement tous les pays qui ont laissés les banques les pousser au bord du précipice.

Bloomberg rapporte :

Le chef de mission du Fonds monétaire international a dit au pays : « L'Islande tient en mains quelques leçons principales pour des nations essayant de survivre à des renflouements, après que l'approche de l'île à sa délivrance l’ait mené à une « étonnamment » forte récupération ».

L'engagement de l'Islande envers son programme, une décision pour pousser les pertes vers les obligataires au lieu des contribuables, et vers la sauvegarde d'un système d'État providence qui a protégé les chômeurs de la misère et a aidé à propulser la nation de l'effondrement vers la récupération, selon des fonds basés à Washington.

 

    *** 

 

L'Islande a refusé de protéger les créanciers dans ses banques, qui ont échoué en 2008 après que leurs dettes aient enflé jusqu’à 10 fois la taille de leur économie.

Le FMI pointe un sujet important au niveau des obligataires : l’échec de forcer un haircut sur les obligataires fait très peur aux États-Unis et à l'Europe jusqu'à redouter un marasme économique.

Le FMI note :

[] La décision de ne pas rendre des contribuables responsables des pertes des banque était bonne, disent  les économistes.

En d'autres termes, comme le FMI le dit :

La clé de la récupération de l'Islande était le programme [a] [qui] a cherché à s'assurer que la restructuration des banques n'exigerait pas des contribuables islandais à épauler des pertes excessives du secteur privé.

Icenews précise :

Les experts continuent à féliciter le succès de la récupération de l'Islande après les renflouements des banques du pays de 2008.

À la différence des USA et de plusieurs pays dans la zone euro, l'Islande a permis à son système bancaire d'échouer dans le ralentissement de l'activité économique global et de mettre la charge sur les créanciers de l'industrie plutôt que sur les contribuables.

 

    ***

 

Le rebond continu à étonner les officiels, y compris le chef, Christine Lagarde, du Fonds monétaire international, qui s'est récemment référé à la récupération islandaise comme « impressionnante ». Et les experts continuent à réitérer que les fonctionnaires européens devraient regarder en Islande pour des leçons concernant des mesures d'austérité et des questions semblables.

Barry Ritholtz remarqua l'année dernière :

Plutôt que de renflouer les banques – l’Islande n’aurait pas pu faire de même s’ils l’avaient  voulu - ils garantissent les dépôts (de la manière que fait notre FDIC), et ont laissé le processus capitaliste normal de l'échec suivre son cours.

Ils sont maintenant beaucoup mieux que les pays comme les USA et l'Irlande qui ne l’ont pas fait.

Bloomberg a précisé en février 2011 :

À la différence d'autres nations, y compris les États-Unis et l'Irlande, qui ont injecté des milliards de dollars de capital dans leurs institutions financières pour les maintenir à flot, l'Islande a placé ses plus grands prêteurs sous administration judiciaire. Et a choisi de ne pas protéger les créanciers des banques du pays, dont les capitaux avaient monté en bulles à $209 milliards, soit 11 fois le produit intérieur brut.

 

      ***

 

L’« Islande a fait la bonne chose…, les créanciers pas les contribuables, ont épaulé les pertes des banques » a dit le Prix Nobel Joseph Stiglitz, un professeur de sciences économiques à l'Université de Columbia à New York. D’autre part l’« Irlande a fait toutes les mauvaise, c'est probablement le plus mauvais modèle ».

L'Irlande a garanti toutes les responsabilités de ses banques quand elles ont rencontré des problèmes et avait injecté 46 milliards d'euros ($64 milliards) de capital jusqu'ici - pour les étayer. Cela a mis le pays au bord de la ruine, et a accepter un pack de sauvetage de l'Union européenne en décembre.

 

    ***

 

Des pays avec de plus grands systèmes bancaires peuvent suivre l'exemple de l'Islande, dit Adriaan Van der Knaap, un directeur général de UBS AG.

 « Il ne dérangerait pas le système financier, » dit Van der Knaap, qui a conseillé les comités de résolution de la banque de l’Islande.

 

    ***

 

 Arni Pal Arnason, 44, le ministre des affaires économiques de l'Islande, indique que la décision de faire supporter la dette par les porteurs d’action a sauvé l'avenir du pays.

Arnason a dit : « Si nous avions garanti toutes les responsabilités des banques, nous serions dans la même situation que l'Irlande », dont l'Alliance sociale-démocrate était associée à une coalition junior dans le gouvernement de Haarde.

 

    ***

 

Einarsdottir a dit : « Au début, les banques et d'autres institutions financières en Europe nous indiquaient que, jamais plus elles ne nous prêteraient », « C’était il y a 10, ans, maintenant 5, alors que maintenant ils disent qu’ils pourraient bientôt être prêts à nous prêter encore. »

Et la poursuite par l'Islande de la fraude intellectuelle a joué un grand rôle dans sa récupération :

[Les États-Unis et l'Europe ont contrecarré les poursuites d'investigations de fraude intellectuelle … Laissant aller les accusations...] d'autre part, l'Islande a poursuivi les chefs de banque fraudeurs (et ici et ici) et leur ancien Premier ministre, et leur économie récupère bien…  Parce que la confiance est reconstituée dans le système financier.

 

Source : washingtonsblog.com, Blacklistednews

Traduction Folamour, Reproduction libre à condition de citer la source ainsi que celle de la traduction.

Informations complémentaires :


La psychotronique soviéto-US S/T par hussardelamort

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Économistes supérieurs : l'Islande s’est redressée… Et tous les autres ont fait ce qu’il ne fallait pas…