5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Hum… Je suis sûr que cette dernière tentative de traduction ne vous laissera pas indifférent : (, Bon, moi ce que j’en conclus, c’est que l’Oncle Sam envoie patiemment tout ses jouets (et ses déchets) là-bas depuis plus d'un an, il a étalé ses armes favorites et il a furieusement envie de polluer une autre région du monde… Owned.... : (((((((

Bonne lecture,

F.

Le détroit d’Ormuz est seulement large de 21 milles à son point le plus étroit Photo : ALAMY
 

Rayment 60 1771076jPar Sean Rayment, correspondant de la défense

 

Les cuirassés, les porte-avions, les dragueurs de mines et les sous-marins de 25 nations convergents vers le stratégiquement important détroit d’Ormuz dans une exposition sans précédente de force alors qu’Israël et l’Iran font mouvement au bord de la guerre.

Des chefs occidentaux sont convaincus que l'Iran exercera des représailles à n'importe quelle attaque en essayant de miner ou bloquer la voie de navigation par laquelle passe environ 18 millions de barils de pétrole chaque jour, soit approximativement 35 pour cent du pétrole du monde commercé par la mer.

Un blocus exercerait un effet catastrophique sur les économies fragiles de la Grande-Bretagne, de l'Europe, des Etats-Unis et par extension du Japon, qui comptent fortement sur le pétrole et les approvisionnements en gaz du Golfe.

Le détroit d’Ormuz est l'une des voies d'eau internationales les plus encombrées du monde. Elle est  large de seulement 21 milles à son point le plus étroit et est encadré par la côte iranienne au nord et les Emirats Arabes Unis aux sud.

En vue de n'importe quelle action de préemption ou de représailles par l'Iran, les navires de guerre de plus de 25 pays, y compris les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, l'Arabie Saoudite et les EAU, commenceront aujourd'hui un exercice annuel de 12 jours.

Ces jeux de guerre sont les plus grands jamais entrepris dans la région.

Ils pratiqueront  des tactiques visant à ouvrir une brèche dans un blocus iranien du détroit, et la force entreprendra également des exercices de déminage.

La force navale multinationale dans le Golfe inclut trois groupes de transporteurs de classe américaine Nimitz, qui a chacun plus d'avions que le complément entier de l'Armée de l'Air iranienne.

Les transporteurs sont soutenus par au moins 12 cuirassés, y compris des croiseurs de missiles balistiques, des frégates, des destroyers et des bateaux d'assaut portant des millier de marines des États-Unis et des forces spéciales.

La partie britannique se compose de quatre dragueurs de mines anglais et de la baie auxiliaire de la flotte royale Cardigan, un navire de logistique. Le HMS Diamant, un destroyer tout neuf de type 45 de 1 Milliard de £, les bateaux les plus puissants de la flotte britannique fonctionneront également dans la région.

En outre, les commandants simuleront également les jets iraniens de combat, les bateaux et les batteries côtières de missiles.

En cas de guerre, la menace principale pour la force multinationale viendra des corps de gardes de la marine révolutionnaire islamique, qui est attendue pour adopter une stratégie « d’interdiction-d’accès » en se réveillant d'une attaque, en visant directement les navires de guerre des USA, des navires de commerce, et minant les points d’étranglement maritimes essentiels dans le golfe Persique.

Les sources de la défense indiquent que bien que les capacités de l'Iran ne puissent être technologiquement sophistiquée, elle pourrait livrer une série de coups mortels contre les Anglais et les USA à l’aide de mini-sous-marins, de bateaux d'attaque rapide, de mines et de batteries côtière équipées de missile antinavire.

Le mois prochain, l'Iran présentera ses propres manœuvres militaires massives avec ses  moyens, pour prouver qu'il est préparé à défendre ses installations nucléaires contre les menaces de bombardement aérien.

L'exercice est présenté comme le plus grand jeu de guerre de défense aérienne dans l'histoire de la République islamique, et sera sa réponse la plus évidente à la perspective d'une frappe militaire israélienne.

Utilisant des missiles sol-air, des drones téléguidés et des radars de pointe, les gardiens de la révolution de l'Iran et l'Armée de l'Air vont se combiner pour examiner les défenses de 3600 emplacements sensibles dans tout le pays, y compris des équipements de raffineries de pétrole et d'enrichissement d’uranium.

Le brigadier général Farzad Esmaili, commandant la base de défense aérienne d'Al-Anbiya de Khatam, a dit à une conférence ce mois que les manœuvres « identifieraient les vulnérabilités, et essaieraient de nouvelles tactiques tout en pratiquant les vieilles ».

En même temps que les manœuvres occidentales dans le Golfe, le groupe de réponse de travail britannique - qui inclut le transporteur HMS Illustrious, qui est équipé des hélicoptères de combat Apache, avec le porte-avions français Charles De Gaulle – conduiront un exercice naval dans la méditerranéen orientale. Le groupe de travail pourrait facilement être détourné vers la région du Golfe par l'intermédiaire du canal de Suez en une semaine, ou pourrait en être ordonné.

L'exercice naval principal s’annonce alors que le Président Barack Obama doit rencontrer Benjamin Netanyahu, le premier ministre israélien, pour discuter aujourd'hui de la crise iranienne.

Beaucoup au sein de l'administration Obama croient qu’Israël lancera une attaque préventive contre les installations nucléaires iraniennes avant les élections présidentielles américaines, un acte qui signalerait l'échec des objectifs principaux de la politique étrangère de Washington.

Le Downing Street et Washington espèrent que l'exposition de la force démontrera en Iran que l'OTAN et l'ouest ne permettront pas au Président Mahmoud Ahmadinejad, le chef iranien, de développer une armurerie nucléaire ou de bloquer le détroit d’Ormuz.

Monsieur John Sawers, le chef du MI6, le Service des Renseignements secrets, a, semble-t-il, rencontré le premier ministre israélien et Ehud Barak, son secrétaire de défense, il y a deux semaines afin d'essayer d'éviter l'action militaire contre l'Iran.

Mais juste la semaine dernière M. Netanyahu a signalé que l'heure pour un arrangement négocié s'épuisait quand il a dit : « Le monde indiquait à Israël d’attendre, qu’il reste du temps. » Et je dis : « Attendre pourquoi ? Attendre jusqu'à quand ? »

« Ceux dans la communauté internationale qui refusent de mettre des lignes rouges devant l'Iran n'ont pas de droit moral de placer une lumière rouge devant Israël. »

La crise s'articule sur le programme de l'enrichissement nucléaire de l'Iran, qu'Israël croit conçu pour construire une arme atomique. Téhéran a longtemps argué du fait que le programme est pour l'usage civil seulement et indique qu'il n'a aucun plan pour la construction d’une bombe nucléaire, mais la réclamation a été contestée par l'ouest, avec même le chef du MI6 déclarant que la République islamique est en train de développer des armes atomiques qui seront viables d'ici 2014.

Le détroit d’Ormuz a longtemps été un territoire contesté, avec les Iraniens réclamant le contrôle de la région ainsi que du golfe Persique en entier.

L’Amiral arrière des corps de gardes révolutionnaires iraniens Ali Fadavi, a récemment revendiqué que « tous les complots des ennemis » seraient déjoués et un prix élevé en sera exigé, ajoutant : « Nous déterminons les règles du conflit militaire dans le golfe Persique et le détroit d’Ormuz. »

Mais Léon Panetta, le secrétaire de défense des USA, a averti que des tentatives iraniennes d'exercer le contrôle sur le détroit d’Ormuz pourraient se régler par la force.

Il a dit : « Les Iraniens doivent comprendre que les Etats-Unis et la communauté internationale vont les juger directement responsables de n'importe quelle rupture des expéditions dans cette région – que ça soit par l'Iran ou, d'ailleurs, par ses substituts. »

M. Panetta a dit que les Etats-Unis « ont été entièrement préparés pour toutes les éventualités » et il a ajouté : « Nous avons investi dans les capacités pour nous assurer que la tentative iranienne de fermer les expéditions dans le Golfe est quelque chose que nous allons pouvoir déjouer si ils prennent cette décision. »

Cette annonce a été soutenue par Philip Hammond, secrétaire de défense, qui a ajouté : « Nous sommes déterminés pour travailler en tant qu'élément de l'effort de la communauté internationale afin d'assurer la liberté de passage dans les eaux internationales du détroit d’Ormuz. »

Une source de la défense a indiqué au Sunday Telegraph la nuit dernière : « Si on en venais  à la guerre, ça serait un carnage. Les pertes iraniennes seraient énormes mais ils pourraient infliger des coups durs aux Américains et aux Anglais. »

« La garde républicaine iranienne est bien versée dans la guerre asymétrique et avait l'habitude des attaques d'essaim pour couler ou endommager sérieusement des bateaux. C'est un conflit que personne ne veut, mais la rhétorique d'Israël est persistante. »

Source(s) : Telegraph.co.uk, Blacklistednews, Conscience du peuple ; )

Traduction Folamour, Reproduction libre à condition de citer la source ainsi que celle de la traduction.

Informations complémentaires :


Surveillez l'USS ENTERPRISE ! S/T par hussardelamort

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Une armada de navires américains et britanniques s’amasse dans le golfe persique dans l'éventualité d'une attaque préventive israélienne contre le programme nucléaire secret iranien