5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Loin des yeux, loin du cœur, alors il est bien de prendre la température in vivo. Pour le reste, encore une fois, la conclusion est amère...

Consul Allemand Grece

Jeudi 15 novembre 2012 à 18h49

Les jeunes Grecs instruits font face à un mur insurmontable de chômage [Merkel a un rêve]. Avec peu de chance de trouver un travail dans leur domaine, ils se font concurrence pour n'importe quel genre de travail. Les salaires sont descendus. Les avantages ont disparu. L'économie s’est ratatinée de 19,4 % depuis le troisième trimestre de 2007. Les promesses que l'éducation ouvrirait des portes à un meilleur avenir se sont évaporées.

Cependant, le Parlement a passé un autre plan d'austérité, que la troïka, la bande de renflouement de l'UE, la BCE, et le FMI, félicite maintenant haut et fort. Elle inclut la disposition de couper les emplois de 80.000 employés du secteur public au cours des prochaines années, commençant par 2000 employés cette année. Ce qui doit satisfaire les Allemands qui paient un gros morceau de la facture.

Dans l'esprit d'aider la Grèce à améliorer la productivité de son service public, Hans-Joachim Fuchtel, le député allemand ministre du travail et l'envoyé spécial vers la Grèce, a partagé quelques pensées teutoniques. Les « études ont montré que 1000 travailleurs en Allemagne effectuent le même montant de travail que 3000 travailleurs en Grèce », a-t-il expliqué. « Les pays partenaires qui financent cette pratique grecque veulent entendre des réponses sur la façon dont l'efficacité des travailleurs du secteur public en Grèce peut être augmentée. »

C'était mercredi. Les travailleurs municipaux étaient déjà furieux ; apparemment, des autorités locales avaient été invitées pour fournir une liste de positions superflues à diminuer. Jeudi, elles étaient prêtes pour Fuchtel.

Une délégation allemande, dans laquelle il était inclus, était censée arriver pour une conférence propice des maires allemands et grecs à Salonique. Commençant au début de la matinée, les protestataires se sont réunis à l'entrée du centre de conférences. Pendant qu'ils attendaient Fuchtel, ils ont crié : « mettez les nazis dehors » ou plus génériquement, les « capitalistes devraient payer la crise. » Ils ont soulevé des pancartes graves se moquant. Le « combat à l'extrémité » était écrit sur quelques bannières.

Mais Fuchtel n'est pas né d’hier. Il est entré par une porte latérale. Ainsi quand Wolfgang Hoelscher-Obermaier, le consul allemand à Salonique, s’est montré au centre de conférences, pensant peut-être que tous les Allemands se ressemblent, les protestataires l'ont poussé et l’ont malmené, arraché ses lunettes, et se sont jetés sur lui, lui lançant des tasses de café et des bouteilles d'eau. Il a pu s'échapper à l'intérieur sous l’escorte de la police, secoué et souillé de café, mais sain et sauf.

La conférence a débuté ainsi. Dehors, la colère bouillait encore plus. Les protestataires ont soulevé et ouvert quelques volets, a fulminé le centre de conférences, et ils ont essayé de forcer leur chemin jusque dans la salle où la réunion avait lieu, bien qu'ils aient été arrêtés par la police anti-émeute.

À l'intérieur de la salle de conférences, l'atmosphère était chaude et amicale, de nouveau pointant le sentiment sous adjacent de tous les « renflouements », partout : les personnes de la rue souffrent des conséquences des décisions prises dans les salles de meeting feutrées, par des participants privilégiés, qui prennent soin de leurs propres intérêts et tendent les ceintures des autres personnes.

Pourtant l'Allemagne est devenue une terre promise pour de jeunes Grecs. La migration nette vers l'Allemagne (ceux se déplaçant vers elle, moins ceux en sortant) pendant la première moitié de 2012 ont augmenté de 35 % par rapport à l'année dernière. Particulièrement forts étaient les mouvements des gens au sud de la ceinture d'austérité où la vision d'un avenir est devenue un mirage : 53 % de Portugais en plus, et 53 % d’Espagnols supplémentaires, ainsi que 78 % de Grecs supplémentaires se sont déplacés en Allemagne.

Avant la crise de la dette de l'euro, il y avait peu de tension entre l'Allemagne et la Grèce. La bonne planque de l'euro et de la dette bon marché a nettement élevé le niveau de vie grec. Mais l'argent s’en est maintenant allé, et une partie de lui dans des comptes bancaires des banque offshore. L'Allemagne, lorsqu’elle était « l'homme malade de l'Europe, » s’est restructurée. Les salaires réels sont descendus, des avantages et des pensions ont été coupés, les logements on stagné. En 2005, dégoûtés, les Allemands ont donné un coup de pied au chancelier allemand Gerhard Schröder, l'architecte de ces réformes.

Mais avec la crise de la dette sont venues les absurdités. Maintenant un groupe d'Allemands autorisés marchent autour de la Grèce, indiquant aux Grecs comment réduire les dépenses de leur pays jusqu’au dernier détail municipal. Et le gouvernement grec exige des centaines de milliards d'euros des contribuables en Allemagne (et ailleurs). Au lieu de pouvoir les dépenser pour l’ensemble de ses habitants, le gouvernement doit renvoyer la plupart de ces sommes à nouveau à la BCE et aux banques centrales nationales, qui avaient acheté la vieille dette de ses banques pour les écoper [les conséquences fortuites des renflouements : la Grèce est donc claquée].

Ceci joue à travers la zone euro. Dans leur effort de maintenir la zone euro intacte, les politiciens, élus ou pas, commencent à sacrifier le tissu de l'Union européenne, la famille colorée des 27 nations qui était censée éviter la guerre de l'un contre l'autre. L'euro crée des problèmes artificiels entre les peuples. En étant « irréversible, » comme le Président Mario Draghi de la BCE l’a déclaré, il est devenu une malédiction - et une maxime religieuse qui ne doit pas être remise en cause, indépendamment de combien de ravages il peut finalement causer.

La France, avec son fiasco des travaux de secteur privé, est devenue le nouveau point d'appui de la crise de la dette. Mais le gouvernement a maintenant cingler les médias de pointer ses résultats misérables de ses politiques économiques. Lire… Les gémissements du Ministre français : « Le French Bashing » est terrible.

 

Source : Testosteronepit.com

Traduction Folamour, Reproduction libre à condition de citer la source ainsi que celle de la traduction.

 

Information complémentaire :

Crashdebug.fr : Athènes 7 novembre 2012 : 100.000 manifestants encerclent le Parlement grec / Suivez le direct

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow La malédiction de l'euro « irréversible »