1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Cela faisait plusieurs jours que je voulais vous traduire cet article, mais hélas on ne fait pas toujours ce que l’on veut. Enfin, le voici, rien de très extraordinaire, mais je vous rappelle que ce que l’on en sait, CE James Holmes ne serait pas le vrai (ce qui pourrait impliquer beaucoup d'autres choses) … Et même si'il faut garder de la distance, comme le rappelle Isabelle, avec la connaissance des programmes MK Ultra et Monarch ceci aurait tendance à le corroborer, rappelez-vous Aurora… (Informations complémentaires)

Amicalement,

F.

Steven Unruh And James Holmes November
Steven Unruh à gauche, « James Holmes… » à droite

Par Alan Prendergast Tue., le 20 novembre 2012 à 6h40 du matin

Steven Unruh a passé un difficile moment, à convaincre n'importe qui, qu'il a passé des heures à parler au suspect des tirs du cinéma d’Aurora, James Holmes, peu de temps après son arrestation en juillet dernier. Les fonctionnaires de prison déclarent qu'il n'y a aucune manière qu'Unruh puissent avoir eu ce genre d'accès. Pourtant certains éléments de l'histoire -- ce qui inclut une description qui ressemble à la danse violente de la routine qui a envoyé Holmes à l'hôpital la semaine dernière -- avaient attiré l'attention de la police et même des familles des victimes de tir.

« Ils vont essayer de critiquer mon histoire, » a dit Unruh à Westword dans une entrevue récente à la prison. « Mais j’ai pu avoir un entretien de quatre heures avec lui. J'ai parlé avec lui de suicide. »

Il y a plein de raisons d'être sceptique sur la fable présentée par Unruh, un détenu de 38 ans avec une longue histoire des faits de drogue et de vol. Pour commencer, son histoire de ce que Holmes lui a censément indiqué est aussi bizarre qu'un rêve de fièvre de William S. Burroughs. En outre, Unruh est juste sorti de la prison en janvier dernier après avoir purgé six ans pour des convictions de fraude de métamphétamine et de carte de crédit

« Il a toujours des amphétamines avec moi, » dit-il. « Si je bois une bière ou quelque chose, j'ai les voix dans ma tête qui me conduisent à prendre plus de drogues. Je suis vraiment faible d’esprit. »

Il devient public qu’avec son conte d'une rencontre avec Holmes, il dit, seulement après avoir essayé d'abord d'intéresser le bureau du Procureur de la République du comté d'Arapahoe à son histoire. Il fait actuellement face aux accusations criminelles habituelles et avait espéré négocier à sa manière dans le traitement de santé mentale plutôt qu'une peine de prison de douze ans. Bien qu'un investigateur lui ait rendu visite, « le DA n'as pas travaillé avec moi, » soupire-t-il.

Tueur Colorado 1
à gauche photo de James Holmes issue de l'université à droite le James Holmes lors de l'interpélation

Ce que Unruh peut avérer c’est qu'il a été enregistré dans l'installation de détention du bureau du shérif du comté d'Arapahoe sur des faits de drogue et de vol à 18h44 le 19 juillet – juste quelques heures seulement avant l'attaque d’Aurora à minuit montrant the Dark knigth Rises qui a laissé douze morts et des douzaines de blessé. Unruh dit qu'il était toujours dans le secteur de réservation quand des dirigeants ont amené Holmes, dont la tête a été au commencement couverte par une capuche. Bien que Holmes ait été mis seul dans une cellule, Unruh dit que les détenus dans le secteur peuvent communiquer par des cris par un petit espace dans les portes de cellules, qui se déplacent dans les deux sens sur des rails.

« Je n'ai pas su qui il était, »explique  Unruh. « Je pouvais entendre quelques types noirs hurler de l'autre côté : « Vous êtes un morceau de merde ! Tuez vous vous-même ! » J'avais été en prison avant, ainsi ils ont dit : « Dites à ce type qu'il ne va pas être aussi arrogant dans la cour de la prison.»

Unruh dit qu'il a commencé à parler à Holmes, expliquant comment les tueurs d'enfants sont mal reçus en prison. Le personnel de prison a rapidement couvert la fenêtre de la porte de cellules de Holmes de bâche, mais Unruh dit qu'il l'a entendu cogner sur le mur avec ses poings -- et alors courant, claquant son corps et sa tête dans le mur. (Unruh a décrit cette action dans une entrevue qui a eu lieu plusieurs jours avant que Holmes se soit, semble-t-il, engagé dans une danse violente avec sa tête semblable la semaine dernière.)

« Il a continué encore dix minutes avant que je ne puisse plus le supporter », a dit Unruh.  Je lui ai dit : « Ne faite pas cela. Vous devez vous repentir sur les personnes pour ce qui s'est produit. » Il m'a demandé de faire une lettre d'excuses pour les enfants.»

Ht Colorado Shooting Theatre Jp 120719 WgLe Capitaine Vince Sauter du bureau du shérif du comté d'Arapahoe dit que la disposition physique de la surveillance de réservation du secteur et le personnel du secteur aurait empêché le genre dialogue que prétend avoir eu Unruh. « Même s'ils étaient dans la réservation en même temps, ils ne pouvaient pas crier d'une cellule à l'autre comme cela, » dit-il. « Pour que quelqu'un dise qu’il communiquait avec cette personne -- cela ne peut pas se produire. »

Le lieutenant J.D. Knight, qui dirige directement des opérations de réservation, convient : « Il serait pratiquement impossible que M. Unruh ait eu une seule des communications qu'il a énoncées » dit-il.

Mais Unruh insiste, la conversation sporadique continue même après que Holmes ait été déplacé dans une autre cellule du secteur. Il dit que Holmes lui a dit qu’il « sentait qu’il était comme dans un jeu vidéo » pendant le tir, qu’il  « n'était pas sous ses médicaments » et que « personne ne l'aiderait. » Holmes a aussi mentionné la NLP - vraisemblablement, la programmation neuro--linguistique, une approche beaucoup-dédaignée et démodée de la psychothérapie -- et a prétendu « avoir été programmé » pour tuer par un mauvais thérapeute.

« Quand il est sorti de sa voiture, il n’était plus programmé » a dit Unruh. « Cela a retenti comme ce genre de chose folle. Il essayait de le faire courir par moi, fondamentalement. »

Unruh a un numéro de téléphone qu'il dit que Holmes lui a demandé d'appeler (le nombre se relie au téléphone portable d'un conseiller de décès, qui dit qu'elle n'a aucune connaissance avec Holmes ou Unruh). Il a un formulaire qui indique que James Holmes a essayé de lui envoyer une lettre, mais elle a été rejetée par les autorités de prison (le lieutenant Knight dit qu'il n'a aucun enregistrement indiquant que n'importe quelle lettre envoyée par Holmes à Unruh, ait été arrêté ou autre). Il prétend avoir reçu des messages de Holmes par l'intermédiaire d'autres détenus depuis cette nuit, mais il admet qu'il ne sait pas si l'expéditeur était réellement Holmes.

Toujours, l'histoire d'Unruh semble avoir dessiné de l'intérêt pour un quart peu probable. Il dit que Holmes lui a dit qu’il a « marché à travers les bas-côtés » du cinéma trois fois avant qu'il ait ouvert le feu, et ce détail, s'il est vrai, pourrait soutenir les litiges en attente des familles des victimes contre la chaîne de cinéma. Unruh a des écritures indiquant qu'il a été en communication avec au moins un membre de la famille sur ce point.

L'histoire d'Unruh peut bien s'avérer être une absurdité. Resteàa savoir si elle est son absurdité propre, ou celle de Holmes. Le manque de réponses dans la tragédie d’Aurora pousse certains à rechercher les réponses qui peuvent être trouvées.

Plus de nos archives sur le tir du cinéma d’Aurora : « Les fonds d'aide aux victimes d’Aurora : 38 victimes partageront $5,3 millions en don d’argent. »

 

Source : Blogs.westword.com, Conscience du peuple

Traduction Folamour, Reproduction libre à condition de citer la source ainsi que celle de la traduction.

 

Informations complémentaires :

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Le témoignage étrange d'un détenu sur la « confession » et les efforts de suicide de James Holmes