1 1 1 1 1 Rating 5.00 (2 Votes)

Avec la détermination de nouvelles cartes d’identités biométriques, Isabelle nous rappelle par mail ce qui ce passe actuellement en Inde, et les implications de certaines multinationales françaises de la sécurité qui, avec cette expérience, pourraient bien se rappeler aimablement à notre gouvernement.

De plus, je tenais à vous rappeler l’existence de ces machines qui peuvent séquencer un ADN humain en 2 heures et viendraient bien compléter votre « fiche » (pour votre santé bien sûr).

Biometrie Inde 19 02 2013
Biométrie. Les empreintes digitales et l'iris de travailleurs sans-abri sont scannés dans un marché aux légumes de
New Delhi, en mars. | RUTH FREMSON/NYT-REDUX-REA/RUTH FREMSON/The New York Times-REDUX-REA

Une filiale du groupe français Safran va fournir le système biométrique qui permettra au gouvernement indien d’identifier chacun de ses citoyens.

C’est une petite révolution qui se prépare en Inde. Le Premier ministre, Manmohan Singh, a lancé la semaine dernière une vaste opération d’identification de chacun des habitants du sous-continent. Concrètement, une série d’empreintes biométriques (iris de l’œil, empreintes digitales…) doit permettre d’attribuer un numéro personnel à chacun des 1,2 milliard d’Indiens.

85 % des aides sont détournées

Pour le gouvernement, ce projet doit remplir un objectif crucial : permettre une meilleure redistribution des aides publiques. Dans ce pays frappé par une pauvreté endémique (400 millions de personnes vivent avec moins de 30 centimes d’euro par jour), les aides à destination des plus démunis engloutissent chaque année des dizaines de milliards d’euros. Or 85 % de ces sommes destinées aux intouchables sont détournées par les fonctionnaires avant d’atteindre leur destination ! « Les pauvres n’avaient pas de preuve d’identité. Ils ne pouvaient pas bénéficier des programmes d’aide du gouvernement et, bien souvent, ces aides étaient empochées par d’autres », soulignait il y a quelques jours le Premier ministre indien.

Propre à chaque citoyen du pays et infalsifiable, un numéro d’identification unique devrait garantir que les allocations ne soient pas captées avant d’avoir trouvé leur cible. Mais ce système pourrait avoir d’autres avantages, notamment pour les entreprises privées : comme aux Etats-Unis (où le numéro de sécurité sociale sert de moyen d’identification), le système indien pourrait être utilisé par les banques pour identifier leurs clients, par les services de téléphonie mobile…

Technologie française

Pour accomplir cette tâche, le gouvernement a fait appel à plusieurs consortiums, parmi lesquels une société française, Morpho. Cette filiale du groupe Safran, déjà numéro 1 mondial dans l’identification biométrique, touche là à un marché d’une ampleur sans précédent, qui nécessitera de mettre au point de nouvelles technologies. Car, jusqu’à présent, aucune base de données biométriques n’a jamais rassemblé plus de 100 millions de références.

Cette fois, il en faudra dix fois plus ! Pour l’entreprise, ce contrat sera aussi l’occasion de s’implanter durablement en Inde. Car une fois le processus d’identification mis en place, il faudra encore fournir les terminaux, les systèmes de vérification et les infrastructures logicielles nécessaires au bon fonctionnement des bases de données. En clair, une manne économique comme on en trouve peu dans le monde : d’après une étude du cabinet asiatique CLSA, le marché pourrait représenter 20 milliards de dollars pour les 5 à 7 ans à venir…

 
Par Thomas Morel
 
 
Source : Francesoir.fr Via Isabelle

Informations complémentaires :

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow La France va participer au fichage de 1,2 milliard d’Indiens