1 1 1 1 1 Rating 5.00 (2 Votes)

De temps en temps, il est bon d’écouter ce que l’on dit en dehors de notre pays. Je n’ai pas dit que je cautionnais tout le propos (notamment depardiou), mais je pense que c’est riche d’enseignements que de s’ouvrir à l'avis des autres.

Merci à Chalouette ; )

Amicalement,

F.

Hollande Russie 02 03 2013
Photo : EPA

Alexandre Artamonov

Unable to embed Rapid1Pixelout audio player. Please double check that:  1)You have the latest version of Adobe Flash Player.  2)This web page does not have any fatal Javascript errors.  3)The audio-player.js file of Rapid1Pixelout has been included.

La France est un drôle de pays dans un monde en pleine mutation. Ainsi donc la visite de François Hollande à Moscou s’inscrit dans une nouvelle donne stratégique des relations internationales. Il est bien vrai que la France officielle ne porte pas les Russes dans son cœur. Cette pensée est tellement généraliste qu’il n’y a que les touristes et étudiantes niaises russes qui s’en étonnent. Tout d’abord on reprochait à la Russie sa force, ensuite ses égarements communistes (quoi que la France, elle, soit passée d’abord par un entichement profasciste pendant la période Vichy et ensuite par un stade marqué du grand amour envers les communistes) et, finalement, on n’aime pas les Russes pour leur « barbarie exhibitionniste ». Vous pensez bien, filles trop belles pour être sages, diamants, voitures de luxe ou autre. La Russie feint de ne pas l’apercevoir et affiche à tort et à travers, une ouverture d’esprit qui a de quoi étonner. Je ne comprends pas très bien les intellectuels russes qui se plaisent à flageller les plaies de leur propre société se réjouissant à chaque fois qu’un journaleux ou politi-chien d’un périodique étranger se met à critiquer les côtés obscurs de l’existence russe. A ne citer que la levée des boucliers contre un Depardieu qui… a osé ! Depardieu laisse les chiens aboyer en écumant joyeusement la Mordovie et le Caucase, mais j’ai comme l’impression que la mentalité du Président normal s’est formée au contact des tristes personnages comme BHL. Je ne saurais expliquer autrement la visite de François Hollande aux locaux de l’Echo de Moscou avec l’interview accordée au Rédacteur en chef de cette radio. l’Echo de Moscou est une grande radio d’obédience occidentale et libérale qui est pour le moins en opposition par rapport au Kremlin. Cette radio est pour le moins peu représentative par rapport aux électeurs russes mais très proche des milieux internationaux. Il revient à Hollande de choisir ses pôles d’attraction mais un chef d’Etat doit-il afficher son attitude à l’égard du pays qu’il visite ? Ne pourrait-on pas y voir une sorte d’ingérence dans le contexte local tout comme la malheureuse idée qu’a eue le Président de tous les Français d’instruire le Président russe sur les droits de l’Homme ? Non, il est vrai que l’interview exceptionnelle accordée à l’Echo de Moscou a été chaudement accueillie par tout le beau monde que d’aucuns appellent la racaille mondaine et qui finissent très souvent dans la banlieue londonienne y cherchant refuge à la suite des procès qui leur sont intentés par le fisc russe. Cette « élite » acclame la démarche « hollandaise » mais la vraie Russie a parfaitement compris le message qui lui a été adressée : d’abord on soutient les Pussy Riot au grand dam des croyants russes parce qu’on aime en France les garces à poil qui scient les croix à la tronçonneuse et maintenant on arbore fièrement les couleurs d’une mentalité hautainement occidentale en foulant pour la première fois le sol russe. Bref, à chacun son choix ! Mais comme Vladimir Poutine est un homme sage et intelligent, il ne faut pas trop s’étonner qu’il accuse réception et prenne acte d’une telle attitude du chef de l’Etat français. J’espère qu’à son prochain passage à Paris, il ignorera les demandes d’interview de la part des grands masses média comme Le Monde ou Le Figaro pour en accorder une au Journal Télé visé ProRussia-Voix de la Russie.

Yvan Blot, homme politique et grand universitaire qui semble incarner cette France silencieuse qui se recueille et semble fourbir ses armes, nous a accordé ces réflexions en répondant à nos questions sur le passage-éclair à Moscou de F. Hollande.

La Voix de la Russie. Cher Monsieur Blot, merci d’être avec nous sur les ondes de La Voix de la Russie. François Hollande est à Moscou. Du point de vue médiatique, il a entamé sa visite par un passage sur les fréquences de l’Echo de Moscou, une chaîne de radio privée qui se donne pour mission la diffusion du message libéral avec un point de vue souvent critique sur les initiatives des autorités kremlinoises. Lors de son entretien avec le rédacteur en chef de la radio le président normal s’est arrêté notamment sur les droits de l’Homme en Russie dont il entend débattre avec Vladimir Poutine, le droit français à l’ingérence au Mali au nom du mandat international et « parce que le Président malien est un ami de la France » aussi bien que sur la question syrienne. Croyez-vous, comme Jacques Sapir, qu’à l’heure qu’il est, François Hollande apprend à connaître la Russie ? Est-ce que cette visite est un peu forcée parce que la résolution des certains problèmes internationaux transitent par Moscou ou c’est juste une première prise de contact pour « se jauger entre politiques», J .Sapir dixit ?

Yvan Blot. Moi, ma première impression, c’est que pour voir la dimension de cette visite de François Hollande chez le Président Poutine, il faut voir qui entoure le Président Hollande dans la délégation. Moi, ce qui me frappe beaucoup dans cette délégation, c’est qu’il y a 15 grands chefs d’entreprise français autour de lui et il y a 4 ministres seulement. C’est très révélateur : c’est-à-dire que la France aujourd’hui est prise à la gorge et la situation économique est très mauvaise. Je pense que nos experts depuis longtemps poussent le gouvernement français à étendre les relations économiques vers la Russie, vers la Chine, vers l’Inde, vers l’Est ! Parce que c’est là que se trouvent les potentiels de croissance. Donc je me félicite qu’il ait visiblement écouté ses experts parce qu’il est allé à Moscou pour essayer de développer les relations économiques avec la Russie qui sont certainement beaucoup trop faibles par rapport au potentiel des deux pays. Je crois que l’essentiel c’est ça et c’est le côté positif : c’est la présence de tous ces chefs d’entreprise français qui sont autour du Président Hollande.

Maintenant sur les droits de l’Homme vous savez, c’est un sujet sur lequel le Président Hollande ne peut pas dire grand-chose, à mon avis, parce qu’il faudrait qu’il regarde d’abord chez lui ce qui se passe ! La situation dans les prisons françaises est catastrophique : on n’a pas assez de places, il se passe beaucoup de violences dans les prisons françaises ! Et je crois qu’on devrait déjà commencer à balayer un peu chez soi ! Je vous signale que la Cour Européenne des Droits de l’Homme condamne la France pour l’absence de liberté de parole dans notre pays. On est le deuxième pays que l’on a mis après la Turquie ! Il n’y a pas de quoi être fier non plus ! Si l’on n’assure pas la sécurité des Français, eh bien ! avec 4 Millions et demi de crimes commis à titre annuel ! En matière des Droits de l’Homme je pense qu’il faut d’abord balayer chez nous avant de vouloir donner des leçons aux autres ! Et enfin sur les questions de politique étrangère, je me félicité qu’il y a un dialogue, bien sûr, entre les deux présidents ! Cela dit, malheureusement, pour la France il est quand même vrai qu’on peut se poser la question si la France agit de façon indépendante ou si elle n’agit pas tout simplement comme le bras diplomatique d’une superpuissance beaucoup plus importante qu’elle à laquelle elle est aujourd’hui très soumise.

LVdlR. Qu’est-ce que la France attend de la Russie ? La Russie peut-elle apporter quelque chose à la France et si oui, F. Hollande est-il l’homme de la situation pour convaincre la Russie à coopérer ?

Yvan Blot. Je pense que la France peut attendre deux choses de la Russie : d’une part, des relations économiques, encore une fois, beaucoup plus développées. Là je crois que le Président Hollande… que ce soit lui ou que ce soit quelqu’un d’autre cela n’est pas très import ant parce que c’est surtout une affaire entre les chefs d’entreprise. Mais il est très bien que les chefs d’entreprise l’aient accompagné ! Ça c’est mon premier point.

En ce qui concerne les affaires culturelles je crois que là il y a beaucoup de choses à faire parce que la Russie n’a jamais été aussi peu représentée dans le monde culturel français, dans les médias français, dans les librairies françaises comme aujourd’hui ! Il y a 20 ans vous pouviez acheter en France facilement des disques, par exemple de musique russe. Aujourd’hui je suis passé chez la Fnac des Champs-Elysées, il n’y avait rien ! Comme si la musique russe n’existait pas ! Si ! J’exagère un peu ! Il y avait quelques disques de musique classique russe du XIXe siècle mais il n’y avait strictement rien d’autre.

Donc dans le domaine culturel, je pense, il y a encore beaucoup de choses à faire pour que la France soit plus orientée vers la Russie. Le tropisme du monde culturel, comme vous le savez, c’est le monde anglo-saxon. Et la France n’est pas très tournée vers l’Est. D’une façon générale, c’est aussi vrai pour l’Allemagne. Ce n’est pas vrai que pour la Russie ! Je pense que la France a tout intérêt à développer ses relations culturelles dans l’Est de sa zone géographique c’est-à-dire notamment avec les Russes et notamment avec les Allemands.

LVdlR. Existe-t-il un moyen de combler le gouffre culturel qui sépare la France e la Russie : la France semble tabler obstinément sur une civilisation laïque à cors et à cris au nom d’une idéologie libérale, la Russie se rattache de plus en plus à ses racines orthodoxes et à son rôle de centre spirituel misant sur l’autosuffisance économique et la création d’un monde multipolaire sans expansionnisme militaire. Qu’en dites-vous ?

Yvan Blot. Je crois que le socle d’une civilisation est dans la spiritualité parce que l’être humain n’est pas qu’un animal. Il a une dimension spirituelle quelles que soient les croyances des uns ou des autres… Dans ce domaine, malheureusement, la France est dans une situation très archaïque c’est-à-dire que les milieux dirigeants français reste, en général, dominés par une vision mécaniste de l’homme qui était celle du XIX siècle : l’homme comme un animal en oubliant complètement la dimension spirituelle. Se rajoute à cela une tradition française des nombreuses années d’être hostile au christianisme au nom de la Raison alors que la dictature de la Raison nous a amenés au XXe siècle, à la dictature particulièrement totalitaire qui se voulait scientifique si ma mémoire est bonne. Donc je me méfie beaucoup de la Raison. Je pense que la raison chez un homme est quelque chose de très important mais il y aussi l’affectivité ! Il y a le cœur autrement dit ! Et la civilisation française actuelle est une civilisation froide ! Essayez de voir comment sont traitées les personnes âgées en France ! Essayez de voir comment sont traités les pauvres dans la rue ! On est une civilisation froide, individualiste et matérialiste ! Alors on pourrait peut-être s’inspirer effectivement du renouveau religieux, spirituel et moral en Russie. Ce n’est pas du tout l’orientation qui est prise par les médias. Mais là je ne suis pas sûr que M. Hollande soit le mieux placé pour faire ça ! Je crois qu’il a eu même les convictions extrêmement archaïques. Enfin, le vieux laïcisme français de la Troisième République ! Je crains qu’il soit comme ça ! Mais on ne sait jamais, on verra bien ! »

Décidément François Hollande semble se trouver à la croisée des chemins mais il y a très peu de chances, à mon sens, qu’il choisisse la voie salutaire.

 

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

 

Source : French.ruvr.ru

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow À propos → Les confidences dangereuses de François Hollande