4.8 1 1 1 1 1 Rating 4.80 (5 Votes)

Ne vous y trompez pas, si je publie cette tentative de traduction de l’article de Zero Hedge pointé par P. Jovanovic, ce n’est certainement pas pour cautionner la technologie « offshore ». Je vous rappelle simplement que je m’étais étonné des premières révélations des offshores leaks, qui n’impliquait qu’un proche de François Hollande.

Aussi comme le relate Jovanovic, il est possible que tout ceci ne soit pas « fortuit ».

Mais vu le séisme provoqué en France, ce que je me demande, c’est s’ils ont bien calculé leur coup.

Et si ça ne risque pas plutôt de leur péter à la figure…

Bien à vous…

L’Amourfou…

Delaware Offshore 10 04 2013

Une cachette de 2,5 millions de dossiers de transferts d'argent liquide, des dates d’incorporation, et les liens entre les sociétés et les personnes a fissuré ouvertement les secrets de plus de 120.000 trusts et sociétés offshores. Les enregistrements secrets obtenus par le consortium international des journalistes investigateurs (ICIJ) a mis à nu les noms derrière les sociétés secrètes employées par des personnes, allant des médecins américains aux cadres russes, et jusqu’aux marchands d’armes internationaux, et ce dans plus de 170 pays (suivant les indications de la carte ci-dessous). On se demande comment et pourquoi cette fuite soudaine (et opportune) des documents s'est produite (qui se sont juste avérés apparaître à la maison d'une source). Si nous étions un théoricien du complot portant un chapeau de fine feuilles d’aluminium, nous pourrions suspecter que ce soit un coup monté pour créer une chasse aux sorcières contre tout le capital offshore (légitime ou illégitime) - et une tentative, comme avec Chypre, de pousser l'argent hors des banques pour le remettre en circulation (augmentant sa vitesse), comme toute autre politique monétaire les « astuces  » ont échoué. Tandis que « offshore » est synonyme de « fraude d'impôts », il n'y a rien d’illégal dans le fait de mettre ses capitaux en « offshore ». En fait, comme le note Simon Black, il viendra un temps, peut-être bientôt, où l'épargne des retraites sera visée ; la diversification à l'étranger est l'une des choses les plus raisonnables que vous puissiez faire pour vous protéger contre les vrais criminels.

Qui sont toutes ces personnes qui ont du capital en offshore ?

20130404 Off1 0

Et un exemple du genre de réseau offshore qui est entrepris…

Résultats principaux d'ICIJ :

  • Les fonctionnaires de gouvernement et leurs familles et associés en Azerbaïdjan, en Russie, au Canada, au Pakistan, aux Philippines, en Thaïlande, en Mongolie et dans d'autres pays, ont embrassé l'utilisation des sociétés et des comptes bancaires secrets.
  • Les super riches utilisent des installation offshores complexes pour posséder des manoirs, des yachts, et des chefs-d'œuvre d'art et d’autres éléments d'actif, gagnant de fait des avantages fiscaux ainsi que l'anonymat qui n’est pas disponibles pour les individus moyens.
  • Plusieurs des meilleures banques du monde - ceci comprenant UBS, Clariden et Deutsche Bank - ont fonctionné agressivement pour fournir à leurs clients des sociétés secrètes masquées aux Îles Vierges britanniques et dans d'autres cachettes offshores.
  • Une industrie bien payée de comptables et d’intermédiaires, ainsi que d'autres employés, a aidé les patrons offshores à abriter leurs identités et intérêts commerciaux, fournissant dans de nombreux cas l'opacité nécessaire au blanchiment d'argent ou à toute autre mauvaise conduite.
  • Les concepteurs de Ponzi, et d'autres fraudeurs à grande échelle, emploient par habitude les paradis fiscaux pour réussir leurs escroqueries et pour déplacer leurs gains mal acquis.

L'impact du capital offshore…

Le vaste flux de l'argent offshore - légal et illégal, personnel et d'entreprise - peut troubler des économies et des nations, les poussant les unes contre les autres. La crise financière continue de l'Europe a été alimentée par une catastrophe fiscale grecque exacerbée par des fraudeurs à l'impôt utilisant l’offshore, et par un effondrement des opérations bancaires dans le paradis fiscal minuscule de Chypre, où les actifs bancaires locaux ont été gonflés par des vagues d'argent liquide de Russie.

Les militants anti-corruption arguent du fait que le secret offshore sape secrètement l'ordre public et force les citoyens à payer des impôts plus élevés pour compenser les revenus qui disparaissent en offshore. Les études ont estimé que les écoulements frontaliers du montant global des crimes financiers se montent entre $1 trillion et $1,6 trillions par année.

Légal et illégal…

Les documents obtenus par l’ICIJ jettent la lumière sur la tactique au jour le jour, que les firmes de services offshores et leurs clients emploient pour maintenir en place les trusts et sociétés offshores, et mettre ainsi leur propriétaire sous couverture.

L'enquête de 15 mois de l'ICIJ a constaté que, à côté des transactions parfaitement légales, le secret et la supervision relâchée offerts par le monde offshore, permette aux fraudeurs d’esquiver l’impôt, et à la corruption politique de prospérer.

Et la prise la moins inflammatoire que Simon Black prend sur cette débâcle :

Secret. Sale. Feinte. Ombragé. Illicite. Faux. Secret. Incertain. Ce sont typiquement les mots employés par les médias de courant principal pour décrire la protection des actifs dans le monde offshore.

La présomption classique est que si vous allez en offshore - compte bancaire étranger, compartiment de coffre-fort dans les paradis fiscaux, trust étranger, société étrangère, etc.- alors c’est que vous DEVEZ faire quelque chose de mal.

C'est une conclusion absurde qui indique seulement à quel point la plupart des gens sont devenus une victime du lavage de cerveau.

Le monde est devenu une colonie financière gigantesque de nudistes, pleine des agents de gouvernement qui fouillent toujours plus profond dans nos régions basses recherchant le changement entre les coussins du sofa. Pourtant les gens sont bien trop disposés à se conformer. Et n'importe qui se montre avec une serviette de bain est stigmatisé comme un terroriste criminel ou financier.

Clairement, il y a les gens qui emploient des juridictions offshores pour cacher des magouilles ou des activités frauduleuses. Mais ce n'est pas unique au monde offshore.

Le paradis fiscal n° 1 dans le monde, en fait, n’est rien d'autre que les Etats-Unis d'Amérique. Une richesse mal acquise est plus cachée dans les banques de Wall Street par des sociétés du Delaware que dans n'importe quel autre endroit sur la planète.

Pourtant l'attention est toujours concentrée sur des endroits comme les Îles Vierges britanniques, les Îles Anglo-Normandes, le Liechtenstein, la Suisse, les îles Cook, le Panama, les Seychelles, Hong Kong, etc.

Juste hier, le Centre pour l'intégrité publique (si absurdement nommé) a publié une étude de quinze mois basée sur les documents « fuités » de diverses places financières internationales. Les données ont braqué le projecteur sur les rapports d'affaires financières de presque 130.000 personnes dans diverses juridictions autour du monde.

L'évaluation du groupe est n’importe quoi mais flattant : « Cette enquête soulève le voile sur le système offshore et fournit un regard transparent sur le monde secret des paradis fiscaux et les personnes et sociétés qui les utilisent et en tirent bénéfice. »

Pensez juste aux implications. Ils disent essentiellement que personne n'a le droit à l'intimité financière… et que les « avantages » en dérivant est d'une certaine manière mauvaise et erronée.

Le fait est que bouger des capitaux en offshore n’est pas illégal. C’est parfaitement légal, tant que vous payez l'impôt sur le revenu et faites les déclarations appropriées.

Et en dépit de l'exagération des médias, ce n'est pas quelque chose qui est juste pour la classe des criminels terroristes. En fait, aller offshore est une des meilleures tactiques pour se protéger contre la classe des vrais criminels terroristes… et par cela, je veux dire les banquiers centraux et les politiciens.

Les gouvernements insolvables à travers l'histoire ont toujours recouru à un plan d'action très limité. Le contrôle sur les capitaux, sur le salaire, et le contrôle des prix, voire la confiscation directe des capitaux… Ces tactiques sont presque toujours des conclusions prévisibles dans les pays fortement endettés.

Regardez juste ce qui s'est produit à Chypre. Regardez ce qui se produit en Argentine. Les preuves sont primordialement évidentes. La prétention que « cela ne peut pas se produire ici » est une pensée dangereuse.

Là va venir un moment, probablement bientôt, où l'épargne des retraites sera visée. Le contrôle sur les capitaux est déjà en œuvre, encouragé tout le long par des « lumières économiques » comme Paul Krugman. Les banquiers centraux continueront à voler le pouvoir d'achat de notre épargne durement gagnée. Cela se produit maintenant.

Le déplacement d'une partie de vos capitaux à l'étranger n'est pas criminel. Ce n'est pas fou. Si c’est correctement déclaré, c’est l'une des choses les plus raisonnables que vous pouvez faire pour vous protéger contre les vrais criminels.

 

Source : Zerohedge.com via Le blog de l'apocalypse

Traduction Folamour, Reproduction libre à condition de citer la source ainsi que celle de la traduction.

Si cet article vous a plus sachez que Crashdebug.fr a ponctuellement besoin de votre soutien pour évoluer et s’adapter aux besoins du futur...

Informations complémentaires :

 

 

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Cartographie de la chasse aux sorcières des détenteurs de compte dans des banques offshores