5 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Comme je m’en aperçois de plus en plus, et je vous le relaie, je pense que la Suisse est vraiment un pays à suivre de très près, que ce soit au niveau fiscal, social, ou informatique. De ce que j’en ai compris, leur modèle de démocratie directe leur assure que la population sera toujours consultée sur les décisions importantes. Ce qui est aux antipodes de certains pays européens, qui ne sont d’ores et déjà plus souverains sur leurs territoires (bon, on m'a quand même fait part de dossiers noirs en Suisse, mais je n’ai pas assez d’éléments pour me prononcer). Quoi qu’il en soit, avec les avancées sociales citées précédemment, ils semblent avoir définitivement compris les enjeux qui nous attendent.

Que vous le vouliez ou pas, nous sommes à la veille d’un tournant majeur pour l’humanité, la vraie question à se poser :

Qui en bénéficiera ?…  Les peuples ou les divers lobbies et organes politiques traditionnels ou d’apparat.

Apparemment les Suisses, eux, ont fait leur choix et ils s'y préparent…

Amicalement,

F.

Suisse 09 02 2014
ILLUSTRATION. Les Suisses vont se prononcer dimanche sur un référendum intitulé «contre l'immigration de
masse», notamment de ressortissants de l'UE, ce qui pourrait aboutir à un clash avec Bruxelles. | AFP

Les Suisses se prononçaient ce dimanche dans un référendum intitulé «Contre l'immigration de masse». Le résultat s'annonçait serré et, selon les résultats officiels, 50,3% des électeurs ont voté «oui». Le résultat aura de lourdes conséquences dans leurs relations avec l'Union Européenne.

Demandé par le parti UDC (droite populiste), ce référendum a obtenu la double majorité requise, soit celle des cantons et celle de la majorité des électeurs. La participation à cette votation a été très élevée, a encore relevé l'institut GfS, avec un taux de 56% environ, soit 12 points de plus que la moyenne de 44% constatée généralement lors des consultations du peuple en Suisse.

«Il s'agit d'un tournant dans notre politique d'immigration», a déclaré le président de l'UDC Toni Brunner. De son côté, Christian Levrat, du parti socialiste suisse, a indiqué que son parti «avait perdu, et cela fait mal». La quasi majorité des partis politiques suisses ainsi que le patronat avaient appelé à voter «non» à ce texte.

80.000 nouveaux arrivants chaque année

La Suisse, petit pays de 8 millions d'habitants, est cernée par des pays membres de l'UE, dont elle ne fait pas partie. Liée par des accords bilatéraux avec l'UE, négociés âprement pendant 5 ans, elle a accepté d'ouvrir son marché du travail aux 500 millions d'actifs des pays membres. Au moment de l'entrée en vigueur de la libre-circulation, progressive depuis 2002, les autorités avaient indiqué qu'il n'y aurait que 8000 arrivants par an maximum.

En fait, avec son insolente bonne santé économique, qui tranche avec la crise dans la zone euro, la Suisse accueille bon an mal an 80.000 nouveaux arrivants sur son marché du travail, ce qui a provoqué la colère du parti UDC (droite populiste). Ce parti, le plus important du Parlement suisse, était à l'origine du référendum : il a réussi à collecter assez de signatures pour l'organisation d'une telle consultation. Avec cette victoire du oui», la Suisse rétablira des quotas et contingents selon ses besoins pour les immigrés.

Gouvernement et patronat favorables au «Non»

Le gouvernement suisse, la plupart des partis politiques ainsi que le patronat s'étaient prononcés de manière catégorique pour le «non» à ce référendum. Bruxelles avait d'ores et déjà indiqué que, si la Suisse met fin à l'accord de libre-circulation, tous les autres accords liant Berne à l'UE seraient dénoncés ipso facto.

En 2013, les étrangers représentaient 23,5% (1,88 million de personnes) de la population en Suisse. Avant les accords de libre-circulation avec l'UE, il y avait environ 20% d'étrangers en Suisse. Actuellement, sur ces étrangers, 1,25 million sont issus de l'UE-27 ou de l'AELE. Les Italiens et les Allemands sont les plus nombreux, avec respectivement 291.000 et 284.000 ressortissants. Ils sont suivis par les Portugais (237.000) et les Français (104.000).

BgA3DWOIcAEhuFj

 

Source : Leparisien.fr

Informations complémentaires :

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Les Suisses ont voté « contre l'immigration de masse »