1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Rappelez-vous, l'épidémie a commencé début janvier 2014.

- Le 25 juillet, ils avaient promis de « mettre les moyens », et l'on comptait déjà 1000 cas et 660 morts. À ce stade l'OMS n'avait déployé que 125 personnes dans les trois pays d'Afrique de l'Ouest.

- Le 28 août, on recense 3069 cas d'Ebola, dont 1552 décès, et l'épidémie s'étend maintenant sur 5 pays. L'OMS table alors sur 20.000 cas potentiels, mais pense enrayer l'épidémie en 3 mois.

- Le 2 septembre, on apprend que le virus serait peut-être en mutation, et que l'épidémie double exponentiellement tous les 34,8 jours.

Et aujourd'hui l'on apprend que l'OMS table sur 1,4 millions de cas d’Ebola en janvier 2015 (soit 7 mois après), et qu'en plus le virus pourrait devenir contagieux, sans contact, par l'air.

Et si ce manque de réactivité initial était volontaire ? Une pandémie mondiale remettrait au second plan une guerre ou une crise financière majeure, et des mesures exceptionnelles au niveau bancaire, saisie, faillite, etc. ?

J'espère sincèrement que ce n'est pas le cas. Mais tout ça semblerait logique, même si cela serait en avance sur le calendrier. Ceci dit, tout dépend à quelle vitesse se propagera l'épidémie.

Ebola 03 10 2014
L’ONU a mis en garde contre le risque de transmission du virus Ebola par les airs. - AFP/Seyllou

Le virus Ebola pourrait muter et devenir contagieux par les airs si l’épidémie n’est pas contrôlée, selon le chef de la mission Ebola de l’ONU.

Il y a une chance que le virus Ebola subissent une mutation et devenir contagieux par l’air. C’est une mise en garde transmise par le chef de la mission de l’ONU pour Ebola, Anthony Banbury, diffusée dans le quotidien The Telegraph. Le virus pourrait s’élever dans les airs si l’épidémie n’est pas maîtrisée assez rapidement.

« C’est un scénario cauchemardesque et peu probable, mais qui ne peut pas être exclu. »

Le responsable onusien a déclaré que les travailleurs humanitaires se battent contre la montre pour parvenir à un stade de contrôle de l’épidémie, dans le cas d’une mutation où elle deviendrait alors encore plus difficile à traiter.

« Plus longtemps le virus se déplace dans des hôtes humains dans le virulent melting pot de l’Afrique de l’ouest, plus il y a de chances de mutation. »

Une progression fulgurante

Le nombre de personnes infectées par Ebola double en moyenne tous les 20 à 30 jours. Le US Center for Disease and Prevention a prévu qu’il pourrait y avoir jusqu’à 1,4 millions de cas d’Ebola an janvier, dans le pire des scénarios. Pour rappel, plus de 3300 personnes infectées par le virus en sont décédées cette année.

Anthony Banbury a admis que la communauté internationale a réagi « un peu tard » à la menace d’Ebola, mais qu’il n’est cependant pas « trop tard ». Travaillant pour les Nations unies depuis 1988, il a déclaré que l’épidémie était la pire catastrophe qu’il ait jamais vue. « Nous n’avons jamais rien vu de tel. Dans une carrière, dans ce genre de situations - les guerres, les catastrophes naturelles - je n’ai jamais rien vu d’aussi grave risque, ou dangereux ou élevé que ceci. J’ai entendu d’autres personnes le dire aussi. »

Source : Lesechos.fr

Informations complémentaires :

 
Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Ebola : le virus pourrait se transmettre par les airs