1 1 1 1 1 Rating 5.00 (2 Votes)

Eh bien, il est drôlement motivé en ce moment le Pape François, et ça ne doit pas lui faire que des amis au sein de l’Église..., à un tel point qu’il anticipe déjà sa propre mort

Pape Francois 18 11 2014
Le pape François devant le colloque international multiconfessionel organisé au Vatican, le 17 novembre 2014.
Crédits photo : AP/AP

Devant les représentants de toutes les religions réunis à Rome, François a ardemment défendu le mariage entre «un homme et une femme».

François s'est livré, lundi à Rome, à un plaidoyer d'une rare vigueur pour défendre le mariage entre «un homme et une femme» et la famille comme «pilier» de la société. Il introduisait un colloque international organisé au Vatican sur la complémentarité homme-femme, et donc sur la question du genre, où l'Église catholique a invité seize autres religions, ce qui est une première.

Le Pape a commencé par fustiger les qualificatifs «de nature idéologique» souvent attribués à la famille : «On ne peut pas parler aujourd'hui de familles conservatrices ou de familles progressistes, a-t-il lancé. La famille est la famille ! Ne vous laissez pas affubler d'appellation de nature idéologique. La famille est une force en soi.»

Ne pas déjouer ce genre de réduction «idéologique» reviendrait, dans l'esprit de François, «à tomber dans un piège» alors que «la famille est un fait anthropologique, social par conséquent, un fait culturel», qu'il importe de défendre.

Il a donc appelé les membres de ce congrès international - toutes religions confondues - à non seulement «soutenir et renforcer l'union de l'homme et de la femme dans le mariage comme un bien unique, naturel, fondamental et beau pour les personnes, la famille, la communauté et la société», mais aussi «à donner de l'importance à une autre vérité concernant le mariage : l'engagement définitif pour la solidarité, la fidélité et l'amour fécond, répond aux désirs les plus profonds du cœur humain».

«Nouvelle écologie humaine»

L'enjeu est pour lui double. Il y a d'abord les jeunes : «Il est important qu'ils ne se laissent pas entraîner dans cette mentalité nuisible du provisoire.» Ils les appellent donc à être «des révolutionnaires qui ont le courage de chercher un amour fort et durable et d'aller à contre-courant».

Le deuxième enjeu est celui de l'avenir de la société. «La nation», explique le Pape, repose sur ses «piliers fondamentaux» qui forment ses «biens immatériels». Dont «la famille, fondement de la convivialité et garantie contre les clivages sociaux». En conséquence, «les enfants ont le droit de vivre dans une famille avec un papa et une maman capables de créer un milieu adapté à leur développement et à leur maturité affective». Et il faut donc insister «sur les bienfaits que le mariage peut apporter aux enfants, aux conjoints et à la société».

Concrètement, le Pape propose de travailler à une «nouvelle écologie humaine». Pour se faire comprendre, il utilise l'image du combat écologique qui veille au climat biologique et à ses conséquences directes sur nos modes de vie. De la même manière, «les milieux sociaux, tout comme les milieux naturels, ont besoin d'être protégés». Mais le problème est que «nous sommes lents dans notre culture - y compris dans notre culture catholique - à reconnaître que nos environnements sociaux sont soumis à des risques». Or, pointe-t-il, «la crise de la famille» est aussi «une crise de l'écologie humaine». Il est donc «indispensable» pour protéger la famille «de promouvoir une nouvelle écologie humaine».

 

Source : Lefigaro.fr

Informations complémentaires :

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Le Pape appelle à une « révolution » pour aider la famille