Israël « regrette » la mort des policiers égyptiens

(Temps de lecture: 2 - 4 minutes)
0.0 of 5 (0 Votes)

Alors que les manifestations grondent en Israël, cette nouvelle affaire risque de faire grincer des dents. Après les attentats et les morts israéliens dans la région d'Eilat, si j'ai bien compris, apparemment les Israéliens ont « effacé » des policiers égyptiens en même temps que les « terroristes » palestiniens à la frontière, c’est ballot… Oui, enfin les armes ça ne réfléchit pas… Qui les leur a vendu d'ailleurs ? (informations complémentaires)

Le ministre israélien de la défense, Ehoud Barak, a "regretté" samedi 20 août la mort de policiers égyptiens lors des attaques anti-israéliennes de jeudi près d'Eilat, à la frontière avec l'Egypte.

M. Barak a "ordonné à l'armée d'ouvrir une enquête, à la suite de laquelle seront examinées les circonstances de cet incident conjointement avec l'armée égyptienne", selon un communiqué.

"Compte tenu des résultats de cette enquête, les conclusions nécessaires seront tirées", a promis le communiqué du ministère de la défense. Cette déclaration intervient après que la télévision d'Etat égyptienne a affirmé que le Caire avait rappelé son ambassadeur en Israël pour protester contre la mort de cinq de ses policiers à la frontière, lors d'attaques qui ont fait huit morts jeudi dans le sud d'Israël. "Israël à aucun moment n'a été officiellement notifié d'un rappel de l'ambassadeur égyptien", a toutefois déclaré le porte-parole du ministère israélien des affaires étrangères.

Les cinq policiers égyptiens ont été tués dans des circonstances non éclaircies après la série d'attaques attribuées par Israël à un groupe radical palestinien de Gaza, qui se serait infiltré dans la péninsule égyptienne du Sinaï. En représailles, l'Etat hébreux a mené plusieurs raids contre la bande de Gaza et près du passage frontalier de Rafah.

NOUVEAUX AFFRONTEMENTS À GAZA

C'est au cours de cette dernière opération, qui visaient des activistes palestiniens en fuite, que les policiers égyptiens auraient été tués. La Force multinationale et Observateurs (FMO), stationnée dans le Sinaï et chargée de surveiller la paix entre Israël et l'Egypte, a d'ailleurs affirmé samedi qu' Israël a commis deux violations en pénétrant en Egypte et en tirant côté égyptien, dans un rapport cité par l'agence Mena.

La confrontation armée entre les groupes radicaux palestiniens de Gaza et Israël s'est poursuivie samedi, avec des tirs de roquettes et des frappes israéliennes. Des activistes de la bande de Gaza ont lancé 23 projectiles contre le sud d'Israël. L'incident le plus sérieux a eu lieu près d'Ashdod, au sud de Tel-Aviv, lorsque trois jeunes travailleurs clandestins palestiniens séjournant en Israël ont été blessés par une roquette. A Ofakim, deux enfants israéliens ont été légèrement blessés par un autre tir de roquette.

MISE EN GARDE DU QUARTETTE POUR LE PROCHE-ORIENT

La branche armée du Hamas dans la bande de Gaza a revendiqué samedi soir, dans un communiqué, le tir de ces roquettes en direction d'Ofakim. "Nous avons tiré quatre roquettes Grad contre la localité sioniste d'Ofakim. C'est notre réponse aux crimes de l'occupation sioniste après la mort de 15 martyrs et des douzaines de blessés", ont affirmé les Brigades Ezzedine Al-Qassam dans un communiqué. A Gaza, trois Palestiniens ont été blessés, dont un gravement, lors de la riposte israélienne, selon des sources médicales locales.

Le ministère égyptien des affaires étrangères a appelé Israël à mettre fin immédiatement à ses raids de représailles à Gaza. "L'Egypte dénonce l'usage de la force contre les civils en toutes circonstances, et conseille fortement à Israël de mettre fin immédiatement à ses opérations militaires contre Gaza", selon un communiqué. Le Quartette pour le Proche-Orient, qui comprend les Etats-Unis, la Russie, l'Union européenne et les Nations unies, a mis en garde samedi contre un "risque d'escalade".

Source : Le Monde

Informations complémentaires :