(Temps de lecture: 8 - 15 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (8 Votes)

Ça bouge aux Etats-Unis. L'article date d'hier, donc on devrait avoir peut-être le résultat aujourd'hui aux USA.

Amitiés,

f.

Trump Court Supreme

Le 9 décembre 2020 par Michael Snyder    

Les grands médias et beaucoup de gens à gauche sous-estiment grandement l'importance de l'affaire des élections qui a été inscrite au registre de la Cour suprême cette semaine, et c'est une erreur tragique de leur part. Tout comme l'affaire Bush contre Gore en 2000, l'affaire Texas contre Pennsylvanie sera "déterminante pour le résultat".  En d'autres termes, la Cour suprême est sur le point de décider si Donald Trump ou Joe Biden sera président pour les quatre prochaines années. Très tard lundi, le procureur général du Texas, Ken Paxton, a déposé une plainte alléguant que les procédures de vote dans les États de Géorgie, du Michigan, de Pennsylvanie et du Wisconsin violaient la Constitution américaine. C'est ainsi que la plainte de Paxton a commencé...

"Notre pays se trouve à un carrefour important. Soit la Constitution est importante et doit être respectée, même si certains fonctionnaires la jugent peu pratique ou dépassée, soit il s'agit simplement d'un morceau de parchemin exposé aux Archives nationales. Nous demandons à la Cour de choisir la première solution."

Je suis tout à fait d'accord avec l'évaluation de Paxton.

Soit nous avons une Constitution, soit nous n'en avons pas, et si la Cour suprême choisit d'ignorer le sens évident de la Constitution dans ce cas, nous franchirons une ligne qui ne pourra jamais être franchie.

La Cour suprême aurait pu jeter un coup d'œil au procès de Paxton et le rejeter, mais cela n'a pas été le cas.

Au lieu de cela, l'affaire a été officiellement mise au rôle environ 12 heures plus tard.

Il y a eu beaucoup de confusion sur ce que cela signifie, et je vais donc essayer d'éclaircir ce point. Selon le site officiel du système judiciaire fédéral, une affaire est inscrite au rôle une fois que la Cour décide officiellement de l'accepter...

Si les juges décident d'accepter une affaire (d'accorder une demande de certiorari), l'affaire est inscrite au registre. Selon les règles de la Cour suprême, le requérant dispose d'un certain temps pour rédiger un mémoire, ne dépassant pas 50 pages, exposant ses arguments juridiques concernant la question sur laquelle la Cour a accordé le réexamen. Après le dépôt du mémoire du requérant, l'autre partie, connue sous le nom de défendeur, dispose d'un certain temps pour déposer un mémoire du défendeur. Ce mémoire ne doit pas non plus dépasser 50 pages.

Dans ce cas, il n'y a pas eu de demande de certiorari, car la Cour suprême a une compétence de première instance sur les controverses entre États.

Beaucoup de gens à gauche essaient encore de faire valoir que la Cour ne prendra jamais en compte les arguments de Paxton, mais l'affaire a déjà été acceptée et la Géorgie, le Michigan, la Pennsylvanie et le Wisconsin ont reçu l'ordre de déposer leurs réponses avant 15 heures, heure de l'Est, jeudi.

La balle est donc en train de rouler, et aucun souffle de la gauche ne pourra l'arrêter.

Mercredi, le Missouri et 16 autres États ont déposé un mémoire d'amicus curiae à l'appui des affirmations du Texas...

Le dossier de l'amicus curiae était dirigé par le Missouri. Les autres États dont les procureurs généraux ont signé sont tous républicains : Alabama, Arkansas, Floride, Indiana, Kansas, Louisiane, Mississippi, Montana, Nebraska, Dakota du Nord, Oklahoma, Caroline du Sud, Dakota du Sud, Tennessee, Utah et Virginie occidentale.

Par la suite, l'État de l'Arizona a déposé son propre mémoire d'amicus curiae en faveur du Texas. Voici quelques lignes de ce mémoire...

L'État de l'Arizona fera d'abord valoir que l'intégrité des élections est d'une importance primordiale. "Chaque électeur" lors d'une élection fédérale "a le droit, en vertu de la Constitution, de voir son vote compté équitablement, sans qu'il soit faussé par des votes frauduleux". Anderson v. United States, 417 U.S. 211, 227 (1974).

En outre, le président Trump a également demandé à participer à l'affaire, et il a tweeté à ce sujet mercredi...

Nous interviendrons dans l'affaire du Texas (et de nombreux autres États). C'est le plus important. Notre pays a besoin d'une victoire !

Donc, d'un côté de l'affaire, nous avons 19 États différents et le président des États-Unis.

Il est impossible que la Cour suprême puisse ignorer cela, même si les juges le voulaient.

Bien sûr, ce n'est pas parce que la Cour suprême va examiner l'affaire qu'elle va statuer d'une certaine manière.

En fin de compte, l'État du Texas et ceux qui soutiennent le Texas devront faire en sorte que l'affaire soit gagnée.

Selon le mémoire déposé par le Texas, trois questions principales doivent être abordées. Tout d'abord, il est allégué que des fonctionnaires de la Géorgie, du Michigan, de la Pennsylvanie et du Wisconsin ont violé la Constitution américaine en prenant des "mesures non législatives pour modifier les règles électorales" qui avaient été établies par les assemblées législatives de leurs États respectifs.  Mais la clause relative aux électeurs de la Constitution américaine donne aux législatures des États le pouvoir exclusif de déterminer la manière dont les électeurs sont sélectionnés, et il ne faut donc jamais modifier les règles électorales sans l'approbation du législateur. Dans un article que j'ai publié hier, j'ai partagé une liste de la Heritage Foundation qui contient quelques exemples de règles électorales modifiées de façon anticonstitutionnelle...

- Pennsylvanie : La plainte accuse la secrétaire d'État de Pennsylvanie, Kathy Boockvar, d'avoir, entre autres, "sans approbation législative, abrogé unilatéralement" les lois de Pennsylvanie qui exigent "la vérification des signatures pour les bulletins de vote par correspondance ou par procuration". Ces changements n'ont pas été "ratifiés" par le corps législatif de la Pennsylvanie.

- Géorgie : De même, la plainte décrit comment le secrétaire d'État géorgien, Brad Raffensperger, a également "sans approbation législative, abrogé unilatéralement la loi géorgienne régissant le processus de vérification des signatures pour les bulletins de vote par correspondance".

- Michigan : La plainte indique que le secrétaire d'État du Michigan, Jocelyn Benson, a "abrogé les lois électorales du Michigan relatives aux demandes de vote par correspondance et à la vérification des signatures".

- Wisconsin : Enfin, la commission électorale du Wisconsin a apporté des modifications similaires aux lois de l'État sans l'autorisation du corps législatif, ce qui "a affaibli ou supprimé les procédures de sécurité établies mises en place par le corps législatif du Wisconsin pour garantir l'intégrité des bulletins de vote par correspondance".

Deuxièmement, le Texas prétend que les électeurs et les bulletins de vote ont été traités très différemment dans les régions de gauche de la Géorgie, du Michigan, de la Pennsylvanie et du Wisconsin qu'ils ne l'ont été dans les régions de droite de ces États.  Voici un exemple de ce phénomène...

La secrétaire d'État de Pennsylvanie, Kathy Boockvar, a donné aux groupes d'activistes partisans un accès direct aux listes électorales officielles de la Pennsylvanie.

Les comtés de gauche ont illégalement "pré-contrôlé" en scannant et en pesant les bulletins de vote par correspondance afin de pouvoir les " traiter " avant l'élection.

Il s'agit là d'une violation manifeste de la clause de protection égale du quatorzième amendement, et il existe de nombreux autres exemples de ce type dans les quatre États en question.

Troisièmement, l'État du Texas allègue des "irrégularités de vote" généralisées, mais en fin de compte, celles-ci n'ont même pas besoin d'être prouvées. En effet, si le Texas parvient à prouver des violations de la clause électorale et/ou à prouver des violations de la clause de protection égale dans chacun des quatre États, la Cour suprême devrait statuer en leur faveur.

Que se passerait-il alors ?  Eh bien, il est probable qu'une telle décision de la Cour suprême jetterait notre nation dans un état de chaos total et absolu parce que Joe Biden ne serait plus le "vainqueur" de l'élection présidentielle.

Les votes électoraux en Géorgie, au Michigan, en Pennsylvanie et au Wisconsin n'appartiendraient soudainement plus à personne, et la Cour suprême devrait donner à ces États des directives sur la manière de procéder, et c'est un point que je vais aborder dans la deuxième partie de cette série...

 

***Le nouveau livre de Michael intitulé "Lost Prophecies Of The Future Of America" est maintenant disponible en livre de poche et pour le Kindle sur Amazon.***

À propos de l'auteur : Je suis une voix qui réclame des changements dans une société qui semble généralement se contenter de rester endormie. Je m'appelle Michael Snyder et je suis l'éditeur du blog The Economic Collapse, de End Of The American Dream et de The Most Important News, et les articles que je publie sur ces sites sont republiés sur des dizaines d'autres sites web importants dans le monde entier. J'ai écrit quatre livres qui sont disponibles sur Amazon.com, dont The Beginning Of The End, Get Prepared Now et Living A Life That Really Matters. (#CommissionsEarned) En achetant ces livres, vous contribuez à soutenir mon travail. J'autorise toujours librement et volontiers les autres à republier mes articles sur leur propre site web, mais en raison de la réglementation gouvernementale, j'ai besoin que ceux qui republient mes articles incluent cette section "À propos de l'auteur" avec chaque article. Afin de me conformer à cette réglementation, je dois vous dire que les opinions controversées exprimées dans cet article sont les miennes et ne reflètent pas nécessairement celles des sites web où mon travail est republié. Cet article peut contenir des opinions sur des questions politiques, mais il n'est pas destiné à promouvoir la candidature d'un candidat politique en particulier. Le contenu de cet article est uniquement destiné à des fins d'information générale et les lecteurs doivent consulter des professionnels agréés avant de prendre des décisions d'ordre juridique, commercial, financier ou sanitaire. Les personnes qui répondent à cet article en faisant des commentaires sont seules responsables de leurs points de vue, et ces points de vue ne représentent pas nécessairement ceux de Michael Snyder ou des opérateurs des sites web où mon travail est republié. Je vous encourage à me suivre sur les médias sociaux sur Facebook et Twitter, et toute façon de partager ces articles avec d'autres est d'une grande aide.

 

Source : Theeconomiccollapseblog.com

 

Informations complémentaires :

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...

You are a guest ( Sign Up ? )

or post as a guest

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow L'affaire la plus controversée de la Cour suprême depuis l'affaire Bush contre Gore va décider qui sera président pour les 4 prochaines années (Michael Snyder)