(Temps de lecture: 3 - 6 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Sur l'arrivée au pouvoir de Syriza, le Parisien révÈle :

-  qu'un jeune chef d'entreprise veut plus de libéralisme

- qu'une retraitée et un salarié des assurances considèrent que la Grèce a reçu beaucoup d'argent de Bruxelles, donc elle doit faire des réformes et poursuivre l'austérité (alors que l'argent de Bruxelles n'a servi qu'à rembourser la dette, les intérêts de la dette, et les banques en faillite, et que si Bruxelles a sauvé temporairement la Grèce c'est juste pour sauver les banques françaises et allemandes)

- qu'un retraité est sans opinion et qu'une secrétaire est la seule personne lucide pour qui la Grèce d'aujourd'hui est la France de demain

http://www.leparisien.fr/espace-premium/culture-loisirs/comprenez-vous-que-les-grecs-puissent-voter-pour-syriza-25-01-2015-4476343.php

 

En somme, ces avis illustrent bien :

- une parfaite ignorance de la situation actuelle en Grèce (revenu divisé par deux, misère, chômage, fin des services publics, mortalité infantile, famine, suicide...)

- un manque de compassion total pour ce qu'endurent nos amis Grecs

- un endoctrinement médiatique généralisé en pensant qu'ils ont trop dépensés, trop fraudés, trop reçus de Bruxelles, donc l'austérité est normale. En réalité, ils essaient de se convaincre que la situation en Grèce est méritée pour croire que cela n'arrivera jamais en France, illustration parfaite du déni.

Ces personnes à l'avis "léger" devraient effectuer un stage d'immersion en Grèce pendant plusieurs mois pour voir comment ils se débrouillent.

Pour information, la baisse des salaires + les coupes sociales + les hausses massives d'impôts = 50 à 60% de perte de revenu du jour au lendemain.

 

Source : Maître Confucius

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr : Le jackpot de Super Mario

55 Spartou