L'Union européenne souhaite rendre les populations caucasiennes plus accueillantes aux migrants en diffusant de l'hormone du bonheur chez ses citoyens

(Temps de lecture: 5 - 10 minutes)
5 of 5 (3 Votes)

Bienvenu chez les télétubbies,

Déjà ils mentaient sur leurs origines et leur but, de plus les gouvernements (et certains plus que d'autres) ont ouvertement manipulé les gens avec des techniques d'ingénierie sociales éprouvées pour les forcer à se 'vacciner' avec une 'technologie' d'ARNm expérimentale......,

Mamie Bobok Pfizer Twitter

Rappel 06.05.2022 : 4 milliards de doses : les pays baltes alertent l'UE sur la surproduction de vaccins ! (V. Joron)

Rappel 13.10.2022 : Un cadre de Pfizer admet sous serment : "Nous n'avons jamais testé le vaccin COVID contre la transmission" - (ZeroHedge)

Et donc à avoir un identifiant numérique unique de vaccin déjà, avec en vue, l'€uro numérique, et donc les monnaies digitales des banques centrales, la surveillance et toutes sortes de choses via la fin de l'argent liquide (ils ne se cachent pas, tout est officiel)

Le système est au bord du crash, avec leur politique 'stupide' on est aussi au bord du crash énergétique par CUPIDITÉ, et au bord de la guerre nucléaire mondiale pour des intérêts étrangers qui ne sont pas les nôtres (mais qui sont liés aux origines mêmes de l'union européenne qu'on a vu précédement), bref, la situation est désespérée et qu'est-ce qu'ils font ?

Ils remettent tout en cause ????

NON,

Ils vont injecter de l'hormone de l'amour chez les personnes, si avec ça vous n'êtes pas heureux, même sous l'hiver nucléaire....

Errare humanum est, perseverare diabolicum

Le mathématicien et philosophe Olivier Rey, auteur de « Leurre et malheur du transhumanisme » (Desclée de Brouwer), revient sur cette hormone, l'oxytocine, citée dans une revue scientifique, qui permettrait de vaincre l'hostilité entre les hommes.

Source : Lefigaro.fr

L'ocytocine est un neuropeptide sécrété par les noyaux paraventriculaire et supraoptique de l'hypothalamus et excrétée par l'hypophyse postérieure (neurohypophyse) qui agit principalement sur les muscles lisses de l'utérus et des glandes mammaires. Elle a aussi un rôle connu chez les êtres humains, notamment en ce qui concerne la confiance, l'empathie, la générosité et la sexualité2.

Son nom est dérivé du grec « ocy » pour ὠκύς, ôkus : « rapide », et de « tocine » pour τόκος, tokos : « accouchement ».

Elle est impliquée dans la reproduction sexuée, particulièrement pendant et après la naissance3. Elle est libérée en grande quantité (6x plus les 3 premiers mois de grossesse et jusqu'à 86x plus à la naissance)4 après la distension du col de l'utérus et de l'utérus pendant le travail, ce qui facilite la naissance, et après stimulation des mamelons ou l'allaitement. À la fois la naissance et l'éjection de lait proviennent d'un mécanisme de rétroaction maternelle positive.

Des études récentes ont commencé à suggérer que l'ocytocine pourrait avoir un rôle dans différents comportements, comme l'orgasme, la reconnaissance sociale, l'empathie, l'anxiété, les comportements maternels, etc.  d'où son surnom d'« hormone du plaisir », « hormone du bonheur »5, ou encore « hormone de l'attachement » mère-enfant. Dans certaines situations, l'ocytocine pourrait aussi induire des comportements « radicaux », voire violents pour la défense du groupe, par exemple face à un tiers refusant de coopérer. Elle deviendrait alors une source d'agressivité défensive (et non offensive)6. Cependant, de nombreuses données sur les comportements d’êtres non-humains et les résultats des études plus récentes sur l'homme restent encore fragiles7, en raison notamment de données en apparence contradictoires, d'interactions à plusieurs niveaux et d'obstacles méthodologiques8.

L'ocytocine est surtout synthétisée par le cerveau, mais plusieurs autres types de cellules que celles du système nerveux en sécrètent. La synthèse se fait en continu, mais avec des périodes d'activité plus importantes.

 

Source : Wikipedia.org

 

Informations complémentaires :

 
Ocytocine Europe Populations