(Temps de lecture: 3 - 6 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (6 Votes)

On vous avait prévenu là-dessus en juillet (vidéo ci-dessous, qu'ils ont tenté d'interdire), mais il est vrai que juste avant on avait un article qui indiquait la nécessité du port du masque, donc personnellement je mets ce satané masque partout où c'est obligatoire, mais comme vous allez le lire ça pose des questions, que je pense, on aurait tort d'ignorer.

Source : Phillip Schneider - Rédacteur du BLN

Une étude récente publiée dans la revue Cancer Discovery a révélé que l'inhalation de microbes nocifs peut contribuer au cancer du poumon à un stade avancé chez les adultes. L'utilisation à long terme de masques faciaux peut contribuer à la reproduction de ces dangereux agents pathogènes.
 
Les microbiologistes s'accordent à dire que le port fréquent d'un masque crée un environnement humide dans lequel les microbes peuvent se développer et proliférer avant de pénétrer dans les poumons. Ces microbes étrangers voyagent ensuite dans la trachée et dans deux tubes appelés bronches jusqu'à ce qu'ils atteignent de petits sacs d'air couverts de vaisseaux sanguins appelés alvéoles.
 
"On a longtemps cru que les poumons étaient stériles, mais nous savons maintenant que les commensaux buccaux - des microbes normalement présents dans la bouche - pénètrent fréquemment dans les poumons en raison d'aspirations inconscientes." - Leopoldo Segal, auteur de l'étude et directeur du programme sur le microbiome pulmonaire et professeur associé de médecine à la Grossman School of Medicine de l'université de New York
 
Selon l'étude, après avoir envahi les poumons, ces microbes provoquent une réponse inflammatoire dans les protéines connues sous le nom de cytokine IL-17.
 
"Étant donné l'impact connu de l'IL-17 et de l'inflammation sur le cancer du poumon, nous voulions déterminer si l'enrichissement des commensaux oraux dans les poumons pouvait entraîner une inflammation de type IL-17 et influencer la progression et le pronostic du cancer du poumon", a déclaré M. Segal.
 
En analysant les microbes pulmonaires de 83 adultes non traités atteints d'un cancer du poumon, l'équipe de recherche a découvert que les colonies de bactéries Veillonella, Prevotella et Streptococcus, qui peuvent être cultivées grâce au port prolongé d'un masque, se trouvent toutes en plus grande quantité chez les patients atteints d'un cancer du poumon à un stade avancé que chez ceux à un stade plus précoce. La présence de ces cultures bactériennes est également associée à une moindre chance de survie et à une croissance accrue des tumeurs, quel que soit le stade.
 
En outre, des recherches sur la culture de bactéries Veillonella dans les poumons de souris ont montré que la présence de ces bactéries entraîne l'émergence de cellules immunosuppressives ainsi que de cellules inflammatoires telles que la cytokine IL-17.
 
"Compte tenu des résultats de notre étude, il est possible que les modifications du microbiome pulmonaire puissent être utilisées comme biomarqueur pour prédire le pronostic ou pour stratifier les patients en vue d'un traitement." - Leopoldo Segal
 
Alors que de plus en plus de preuves se font jour concernant les effets à long terme des mandats de masques et des mesures de confinement, les médecins et les scientifiques commencent à se demander si ces mesures autoritaires font vraiment plus de mal que de bien. Un expert canadien en santé publique, le Dr Aji Joffe, a découvert dans une étude connexe que les mesures de confinement causent "au moins dix fois" plus de dommages que de bénéfices.
 
Dans un document de travail récent, des chercheurs des universités de Harvard, Duke et John Hopkins ont conclu que "pour l'ensemble de la population, l'augmentation du taux de mortalité suite à la pandémie COVID-19 implique une surmortalité stupéfiante de 0,89 et 1,37 million de décès au cours des 15 et 20 prochaines années, respectivement".
 
Depuis le début du port forcé des masques, les dermatologues ont inventé le terme "maskne" pour décrire l'apparition de boutons près de la bouche provoquée par des masques qui bouchent les pores avec de l'huile et des bactéries. Ces boutons peuvent être causés par des masques jetables ou en tissu.
 
Les dentistes ont également mis en garde contre un phénomène connu sous le nom de "bouche masquée", selon lequel les patients reviennent au cabinet dentaire avec une augmentation de la gingivite et des caries dentaires pouvant atteindre 50% en quelques mois seulement depuis le début des masques.
 
Cette découverte fait la lumière sur les preuves croissantes des dommages causés par le port prolongé de masques.
 
 
À propos de l'auteur

Phillip Schneider est un rédacteur de l'équipe de Blacklisted News. Pour en savoir plus sur son travail, vous pouvez suivre sa page Facebook, vous abonner au réseau social de libre expression Minds, ou soutenir ses efforts en devenant contributeur via Patreon.

Source : Blacklistednews.com

Informations complémentaires :

 
Cancer Poumon

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...

You are a guest ( Sign Up ? )

or post as a guest
Vous êtes ici : Accueil Arrow Sciences Arrow L'utilisation de masques à long terme peut contribuer au développement d'un cancer du poumon à un stade avancé, selon une étude (Blacklistednews.com)