La Corée du Sud préoccupée par l'éventuelle faillite des banques d'épargne

(Temps de lecture: 2 - 3 minutes)
0.0 of 5 (0 Votes)

Voilà qui est intéressant à la veille du grand refinancement de l'Europe ! Alors que le flux Kadhafi est out, la Corée a des ratés (lol) : )) Ce qui risque de mettre en avant un problème depuis longtemps mis sous le tapis et qui est la base du problème, "la politique de la dette", car justement toute logique, et qui moi m'a alerté dès 2006 ! (vidéo ci dessous)

A savoir dixit un illustre inconnu : "Le système des réserves fractionnaires" qui permet aux banques de créer ex nihilo de la monnaie en attribuant des prêts à l'économie, prêts qui ne sont pas garantis par des réserves. Irving Fisher en 1935, Ludwig von Mises, von Hayek ou encore plus récemment le prix Nobel d'économie 1988, Maurice Allais ont dénoncé ce système comme fou est destiné à la faillite. On fait remonter le début des problèmes actuels à la baisse des taux d'intérêt US en 2001/2003. C'est une erreur grossière. L'endettement total des USA est en constante augmentation (en proportion du PIB) depuis des décennies, ce qui est évidemment intenable. C'est la même chose d'ailleurs en Europe. Ce qui ne peux pas durer ne durera pas, et la crise qui s'annonce sera bien plus grave que la grande dépression des années 1930 ; la purge nécessaire est en effet d'une autre ampleur.

L'agence de régulation sud-coréenne du secteur financier s'inquiète actuellement d'une éventuelle faillite de certaines banques d'épargne, selon un rapport publié lundi par une compagnie locale.

La Commission des services financiers (CSF), agence régulatrice du secteur financier en Corée du Sud, "est préoccupée par une éventuelle faillite des banques d'épargne", a indiqué dans son rapport Lee Soo-jung, analyste de la compagnie SK Securities.

La CSF a suspendu jeudi pour une période de six mois les opérations de deux banques d'épargne en raison de leur pénurie de liquidité.

La CSF craint la contagion des problèmes de certaines banques d'épargne, et que celle-ci pousse les déposants à retirer leur argent, a souligné M. Lee dans son rapport.

Si le secteur fait face à des retraits massifs de dépôts, l'agence régulatrice pourrait suspendre les activités de davantage de banques, a ajouté M. Lee.

La CSF a suspendu durant six mois, du 17 février au 16 août, les opérations de la Caisse d'épargne de Pusan et de sa filiale Daejeon Savings Bank. Deux jours plus tard, les activités de trois autres filiales de la Caisse d'épargne ont été également suspendues.

Source : Chine-Information, P. Jovanovic