(Temps de lecture: 2 - 4 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)
Benyamin Netanyahou
Benyamin Netanyahou

Contrairement aux apparences, ce n’est pas en France qu’on trouve la droite la plus bête du monde : c’est en Israël.

En décidant de lancer des dizaines de raids contre Gaza, sous prétexte d’affaiblir le Hamas, c’est le Hamas qu’elle renforce.

En décidant de tuer des dizaines de Palestiniens, sous prétexte de « protéger » des Israéliens, c’est la paix qu’elle achève.

La droite de Benyamin Netanyahou

L’opération « Bordure de protection » ne protège en rien : elle n’est que bordel destructeur.

Cette droite imbécile, c’est celle de Benyamin Netanyahou, qui vient de déclarer sottement : « Il est temps de retirer les gants. »

Certes, il existe au sein du gouvernement des responsables pires que lui : à écouter Avigdor Lieberman et Naftali Bennett, ces Dupont et Dupond de l’extrême droite, il faudrait raser Gaza. Mais cela ne saurait l’exonérer de ses responsabilités.

Netanyahou sait que des raids aériens meurtriers pour répondre à des tirs de roquettes ratés (117 roquettes, aucune victime) n’ont jamais réussi à arranger quoi que ce soit.

Qu’ont produit, sinon des cadavres, les opérations « Plomb durci » en 2009 ou « Pilier de la défense » en 2012 ? Le Hamas a-t-il été chassé du pouvoir à Gaza ? Le processus de paix a-t-il été remis sur de bons rails ?

La mort devient routine

Pris dans ses jeux de cabinet, Netanyahou ne porte aucune politique. La paix est un concept sorti de son champ de réflexion, si tant est qu’elle y soit jamais entrée. L’occupation se durcit, les durs du Hamas se renforcent, et Tsahal tue : hommes, femmes, enfants.

Le projet de paix est oublié. L’objectif même de la création d’Israël – bâtir un havre de paix pour les juifs – s’est perdu dans les limbes. L’idée, de bon sens, qu’il est impossible de maintenir indéfiniment un autre peuple sous domination militaire s’est évaporée. Le rêve d’une coexistence avec les Palestiniens est considéré par la droite israélienne comme un début de trahison. La mort devient routine.

Dans un beau texte publié dans Libération, l’écrivain israélien David Grossman se désole de constater que ce pouvoir ne produit que du désespoir :

« La droite n’a pas seulement tué la gauche, elle a vaincu Israël. »

On ne saurait mieux résumer la situation.

 

Source : Rue89.nouvelobs.com

Informations complémentaires :