1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Est-ce que cette vague qui semble naître aux États-Unis emportera le monde avec lui ? Mondialistes contre souverainistes, c'est ça le vrai débat, ce n'est pas simplement 'droite' contre 'gauche'. Et ils ont raison, on ne peut pas arrêter une idée.

War On Terror

12 janvier 2021

Par Ron Paul

Les purges massives des médias sociaux de la semaine dernière - à commencer par l'interdiction permanente de Twitter et d'autres médias imposée au président Trump - ont été choquantes et effrayantes, en particulier pour ceux d'entre nous qui apprécient la liberté d'expression et le libre échange d'idées. Les justifications données pour réduire au silence de larges pans de l'opinion publique n'avaient aucun sens et le processus était tout sauf transparent. Nulle part dans les deux tweets "offensants" du président Trump, par exemple, un appel à la violence n'a été exprimé explicitement ou implicitement. C'était un exemple classique de condamnation d'abord, de verdict ensuite.

De nombreux Américains ont considéré cette attaque contre les comptes des médias sociaux comme une attaque des libéraux ou des démocrates contre les conservateurs et les républicains, mais ils passent à côté de l'essentiel. Le rétrécissement de l'opinion autorisée sur la place publique virtuelle n'est pas une conspiration contre les conservateurs. Comme l'ont fait remarquer des progressistes comme Glenn Greenwald, il s'agit d'une attaque plus large contre toute opinion qui s'écarte des paramètres acceptables de l'élite dominante, qui est composée à la fois de démocrates et de républicains.

Oui, c'est en partie une tentative d'effacer le mouvement Trump des pages de l'histoire, mais c'est aussi une tentative de faire taire toute critique du consensus politique émergeant dans l'ère Biden à venir qui pourrait venir des milieux progressistes ou anti-guerre.

Après tout, un coup d'œil sur les "experts" de Biden à venir montre qu'il s'agira des mêmes interventionnistes néoconservateurs ratés qui nous ont donné des listes hebdomadaires de personnes à tuer, des attaques de drones et des coups d'État sans fin à l'étranger, et même des assassinats de citoyens américains par le gouvernement américain à l'étranger. Les progressistes qui se plaignent de cette politique étrangère de "retour vers le futur" sont également sûrs de voir leur voix réduite au silence.

Ceux qui continuent à affirmer que les sociétés de médias sociaux sont des entreprises purement privées agissant indépendamment des intérêts du gouvernement américain ignorent la réalité. La fusion corporatiste de sociétés de médias sociaux "privées" américaines avec les objectifs de politique étrangère du gouvernement américain a une longue histoire et est profondément ancrée dans l'hyper-interventionnisme de l'ère Obama/Biden.

Il y a longtemps, "Big Tech" s'est associé avec le département d'État Obama/Biden/Clinton pour prêter ses outils aux objectifs de "soft power" des États-Unis à l'étranger. Qu'il s'agisse des tentatives de changement de régime en cours contre l'Iran, du coup d'État de 2009 au Honduras, du désastreux coup d'État mené par les États-Unis en Ukraine, du "printemps arabe", de la destruction de la Syrie et de la Libye, et bien d'autres encore, les grandes entreprises technologiques américaines étaient heureuses de s'associer au département d'État et aux services de renseignements américains pour fournir les outils permettant de donner du pouvoir à ceux que les États-Unis voulaient mettre au pouvoir et de faire taire ceux qui leur étaient défavorables.

En bref, les élites du gouvernement américain se sont associées avec les "grandes entreprises technologiques" à l'étranger pendant des années pour décider qui a le droit de parler et qui doit être réduit au silence. Ce qui a changé maintenant, c'est que ce déploiement de "puissance douce" au service de la puissance dure de Washington est rentré au pays.

Que faut-il donc faire ? Même les médias sociaux alternatifs favorables à la liberté d'expression sont attaqués par le Léviathan de la Big Tech et du gouvernement. Il n'y a pas de solution facile. Mais nous devons repenser aux dissidents de l'époque de la tyrannie soviétique. Ils n'avaient pas d'Internet. Ils n'avaient pas de médias sociaux. Ils n'avaient pas la possibilité de communiquer avec des milliers et des millions de personnes partageant les mêmes idées et aimant la liberté. Pourtant, ils ont fait preuve d'une créativité incroyable face à l'adversité pour continuer à faire avancer leurs idées. Parce qu'aucune armée - pas même la Big Tech en partenariat avec Big Government - ne peut arrêter une idée dont le temps est venu. Et la liberté est cette idée. Nous devons aller de l'avant avec créativité et confiance !

 

Lire aussi :

Facebook suspend Ron Paul suite à une chronique critiquant la censure des grandes entreprises technologiques

L'exode des grandes entreprises technologiques a commencé - Rejoignez-nous ! (Mise à jour)

Abonnez-vous à Activist Post pour obtenir des nouvelles sur la vérité, la paix et la liberté. Devenez un mécène de l'Activist Post pour aussi peu qu'un dollar par mois à Patreon. Suivez-nous sur SoMee, HIVE, Flote, Minds et Twitter.

Fournir, protéger et profiter de ce qui s'en vient ! Obtenez un numéro gratuit de Counter Markets dès aujourd'hui.

Livre électronique gratuit Comment survivre à l'apocalypse de l'automatisation du travail
Livre électronique gratuit Comment débuter avec le Bitcoin : Guide du débutant rapide et facile

 

Source : ActivistPost.com

 

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr : Traqués !

 

 

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...

You are a guest ( Sign Up ? )

or post as a guest
Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow La "guerre contre la terreur" revient à la maison (Activist Post)