1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Comme la Grèce... Loin des yeux, loin du cœur... Et vous vous dites que vous avez bien de la chance d'être loin de tout ça... Alors qu'en attendant il faudrait expatrier d'urgence un(e) Japonais(e) par famille d'accueil dans le monde, c'est la seule solution à ce cauchemar industriel. Malheureusement le temps ne semble pas être à la solidarité... Faut-il comprendre que les autorités attendent coupablement l'issue fatidique probable de tout ceci ?... Dans ce cas ce n'est rien d'autre qu'un génocide... D'ailleurs, pour mieux comprendre cette vidéo, je me permets juste un petit rappel...

Update 26.02.2016 : Fukushima : 5 ans après, Tepco avoue avoir menti sur la gravité de l'état des réacteurs...

La quantité d'eau de refroidissement injectéE dans le réacteur N° 2 a été augmentée après que la température se soit envoléE à plus de 73°C

Les travailleurs de l’usine nucléaire de Fukushima Daiichi disent qu'ils sont en train de reprendre le contrôle d'un réacteur après que sa température ait augmenté de façon spectaculaire cette semaine, jetant le doute sur les allégations du gouvernement indiquant que l'installation était stabilisée.

L'opérateur, Tokyo Electric Power [Tepco] a été obligé d'augmenter la quantité d'eau de refroidissement injectée dans le réacteur n° 2 après que sa température ait grimpé plus tôt cette semaine à 73,3° C

Mardi soir, la température avait chuté à 68,5° C au fond de la cuve de confinement du réacteur, où le combustible en fusion est censé avoir été accumulé après que trois des six réacteurs de Fukushima Daiichi ait souffert d’effondrement après la catastrophe du tsunami de l'an dernier.

La température au fond de la cuve du réacteur n° 2 avait augmenté de plus de 20° C en l'espace de quelques jours, bien qu'il soit resté en dessous de la limite des 93° C que la commission de réglementation du nucléaire des États-Unis établit comme un état de sécurité connu sous le nom « d'arrêt à froid ».

Tepco a déclaré qu'il avait également injecté de l'eau contenant de l'acide borique pour prévenir une réaction nucléaire en chaîne connue sous le nom re-criticité.

L'opérateur a déclaré que la hausse soudaine de la température ne remettait pas en question la déclaration du gouvernement en Décembre indiquant que les trois réacteurs endommagés avaient atteint l'arrêt à froid.

« La température de la cuve du réacteur semble être proche de culminer », a déclaré aux journalistes Junichi Matsumoto, un porte-parole de Tepco,

A la fin de l'année dernière, cependant, le ministre en charge de la réponse à la catastrophe de Fukushima, Goshi Hosono, a reconnu que les fonctionnaires n'avaient aucune idée de l'emplacement exact où se trouvait le combustible d'uranium fondu, mais supposait qu'il s’était déposé au fond des cuves de confinement.

Hosono a indiqué que la hausse de température peut avoir été déclenchée par le travail de remplacement d’un tuyau de refroidissement victime du gel dans le nord-est du Japon, ce qui a causé un certain nombre de fuites d'eau sur le site.

L'utilisation de plus grands volumes d'eau pour refroidir le réacteur n° 2 pose à Tepco le problème supplémentaire de l'accumulation de l'eau radioactive. L'utilitaire a dit avoir récemment traité plus de 220.000 mètres cubes d'eau contaminée à l'aide des installations de traitement, mais a ajouté que 95.000 mètres cubes - assez pour remplir 38 piscines olympiques - se sont accumulés dans les sous-sols des réacteurs.

TEPCO a commencé à injecter de l'eau dans les réacteurs surchauffés après que le tsunami du 11 Mars ait paralysé l'approvisionnement en alimentation de secours pour les systèmes de refroidissement.

L'accident de Fukushima Daiichi a conduit à la fermeture de tous, mais trois des 54 réacteurs du Japon sont en entretien de maintenance et devront faire face à de nouveaux stress tests visant à mesurer leur capacité à résister à des séismes puissants et des tsunamis.

Yomiuri Shimbun a déclaré cette semaine que le gouvernement avait prévu de redémarrer deux réacteurs à Ohi, dans l'ouest du Japon, avant que le dernier réacteur ne soit déconnecté à la fin d’Avril. Si le redémarrage ne se déroule pas d'ici là, le Japon sera sans un seul réacteur nucléaire.

Cependant le ministre du commerce, Yukio Edano, a déclaré qu'aucun délai n'avait été fixé pour redémarrer les réacteurs, certains experts disent qu’il serait judicieux d’attendre que l'enquête officielle sur l'accident de Fukushima ait été complétée.

Edano a reconnu qu’un redémarrage rapide serait difficile, compte tenu des préoccupations persistantes du public sur la sécurité de l'énergie nucléaire. « La seule norme est de savoir si nous pouvons gagner un certain niveau de compréhension de la part des populations locales et du public», a-t-il dit.

Traduction : Crashdebug

Source : guardian.co.uk

Informations complémentaires :

 

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...

You are a guest ( Sign Up ? )

or post as a guest
Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow La hausse des températures à Fukushima soulève des questions sur la stabilité de la centrale nucléaire