La “nouvelle norme” aujourd’hui : plus d’un Américain sur 5 menacé d’être réduit à la misère

(Temps de lecture: 5 - 9 minutes)
0.0 of 5 (0 Votes)

4dntvuhh2yeo4npyb3igdet73odaolf$micu0oo4kpjbsmme4dydr5vrjpajqwc.jpeg

L'austérité touche de plus en plus d'Américains, qui n'ont pas nos mesures sociales. Quelques années nous séparent des Etats-Unis heureusement.

D’après une nouvelle enquête commandée par la Fondation Rockefeller intitulée :” la sécurité économique en danger”, plus d’un Américain sur cinq a subi en 2009 une perte de revenus de 25 % ou plus au cours de l’année précédente. Ce rapport indique une augmentation constante de l’insécurité économique depuis les années soixante, et conclut que les pertes de revenus annuels de 25 % et plus ont augmenté de 49,9 % entre 1985 et 2009.

“Si on rapporte cette tendance au niveau de la population”, indique l’enquête, “environ 46 millions d’US-Américains vivaient dans l’insécurité économique en 2007, 28 millions de plus qu’en 1985″. Le directeur de l’équipe de recherche qui a élaboré ce rapport, le professeur Jacob Hacker de l’Université de Yale, explique : “Ce que nous constatons, en gros, c’est ce que nous appelons “la nouvelle norme”. L’accélération progressive du niveau d’insécurité économique”.

L’équipe de recherche a conçu ce qu’elle appelle “l’Indice de Sécurité Economique (ISE)”, qui mesure pour une année donnée le pourcentage d’US-Américains qui ont subi au moins une baisse de 25 % des revenus disponibles du ménage et qui n’ont pas de filet de protection financière pour remplacer la perte de revenu. Une telle baisse de revenus – due, en général, à la perte d’emploi ou à des frais médicaux importants, ou les deux à la fois – menace la population de se retrouver dans le dénuement.

Le rapport ne comprend pas l’année 2010, où le chômage longue durée est devenu endémique. L’ISE de cette année sera sans aucun doute considérablement plus élevé que pour 2009.

L’enquête souligne que 60 % de la population des Etats-Unis a connu au moins une fois une perte des revenus de 25 % et plus entre 1966 et 2006 et que des pertes aussi importantes sont devenues plus courantes dans toutes les tranches de revenus depuis le milieu des années 80.

“Ceux qui avaient les revenus les plus élevés et le plus de diplômes étaient les moins touchés” indique le rapport. “Les moins riches, ceux qui avaient le moins de diplômes, les Noirs et les Latinos sont ceux qui étaient le plus menacés.”

Pratiquement toutes les catégories, cependant, ont connu d’importantes hausses d’insécurité économique aux cours de ces dernières 25 années.

L’enquête indique également que la baisse du revenu moyen est en augmentation actuellement, de 38,2 % entre 1985 et 1995, elle est passée à 41,4 % entre 1997 et 2007. Et le niveau d’insécurité financière lié au chômage a augmenté au cours du dernier quart de siècle. En 1985, le taux de chômage était de 7,2 % et l’ISE de 12 %. En 2002, alors que le taux de chômage était de 5,8 %, l’ISE était de 17 %.

Le rapport explique la longue montée de l’insécurité économique jusqu’à la croissance explosive à la fois des dépenses de santé et de l’endettement des ménages, et l’augmentation qui dure depuis des dizaines d’années de la concentration des richesses tout en haut de l’échelle des salaires. Il indique également les conclusions du Congressional Budget Office qu’entre 1979 et 2006 le revenu moyen des ménages après impôts a augmenté de 21 % pour le troisième quintile (classes moyennes) mais augmenté de 112 % pour les 10 % les ménages les plus riches et de 256 % pour les 1 % les plus riches d’entre eux.

Cette forte augmentation de l’insécurité économique décrite dans le rapport de la Fondation Rockefeller est le résultat de l’offensive menée depuis une trentaine d’années par la classe dirigeante aux Etats-Unis contre les emplois, les salaires et le niveau de vie de la classe ouvrière. Cette attaque n’a fait que s’amplifier depuis l’éruption de la crise financière de septembre 2008, qui a conduit à la pire récession depuis les années trente. Sous la présidence d’Obama, la détermination à rejeter la responsabilité de la crise sur la classe ouvrière s’est intensifiée avec les réductions de salaires, les coupes sauvages et brutales dans les dépenses publiques au niveau local et national.

L’administration Obama a poursuivi le sauvetage de Wall Street lancé sous la présidence de Bush. Elle a ensuite annoncé l’intention des dirigeants de profiter du chômage massif pour baisser de façon permanente les salaires et aggraver les conditions de travail des salariés US américains en s’inspirant de ceux des ouvriers asiatiques au moment où la commission sur l’industrie automobile incitait General Motors et Chrysler à déposer le bilan l’an dernier. Cette mesure avait pour objectif d’imposer de nouvelles fermetures d’usine et des licenciements et de réduire considérablement la rémunération des travailleurs du secteur automobile nouvellement embauchés pour diviser par deux le salaire initial.

Puis, il y a eu la soi-disant “réforme” du système de santé, qui va diminuer les dépenses de santé pour les entreprises et l’Etat en limitant les offres de soins de santé et en réduisant les avantages sociaux de millions de travailleurs et de retraités. Depuis l’adoption de la loi sur le système de santé, l’administration a abandonné toute mesure de relance économique pour ne s’intéresser qu’à la réduction du déficit budgétaire en s’attaquant aux programmes sociaux vitaux dont dépendent des millions de personnes.

Le résultat de cette politique c’est qu’il y a eu une hausse record des bénéfices des entreprises, grâce essentiellement à la réduction des coûts de main d’œuvre aux licenciements et aux réductions de salaires et d’avantages sociaux. Dans de nombreux cas, les compagnies ont annoncé une nette augmentation des profits, alors que leur chiffre d’affaires et leurs recettes étaient en baisse.

Dans un article du 26 juillet, le New York Times annonce que les bénéfices des entreprises ont fait un bond de 40% entre la fin de l’année 2008 et le premier trimestre de 2010. Ajoutant que, d’ici l’année prochaine, les spécialistes prévoient que les marges bénéficiaires atteindront 8,9%, un chiffre record.

Le New York Times indique que parmi les S&P 500 (les 500 sociétés cotées en bourse aux US ) qui ont publié leur bilan pour le second trimestre, à savoir 175 en tout, plus d’une sur dix avait réalisé des bénéfices plus importants pour un chiffre d’affaire inférieur, près de deux fois plus qu’avant la crise actuelle. Parmi les compagnies qui ont annoncé des gains au cours du deuxième trimestre, leurs recettes ont augmenté en moyenne de 6,9% alors que les bénéfices ont fait un bond de 42,3%.

L’article cite Harley Davidson, le constructeur de motos qui, malgré un chiffre d’affaires en baisse, annonçait la semaine dernière des bénéfices de 71 millions de dollars, plus du triple des profits réalisés il y a un an. L’an dernier la compagnie avait supprimé 2000 emplois, plus d’un cinquième de ses effectifs, et compte supprimer 1400 à 1600 emplois supplémentaires d’ici la fin de l’année prochaine.

Les actions d’Harley ont grimpé de 13% le jour où la compagnie a publié son bilan trimestriel.

Parmi les autres compagnies qui ont amélioré leurs performances, on trouve: General Electric, JPMorgan Chase, Hasbro et Ford. Les activités de ce dernier en Amérique de Nord devraient lui faire empocher plus de 5 milliards de dollars en 2010, malgré une chute des revenus de 20 milliards de dollars depuis 2005. Entre 2005 et 2010, la compagnie a réduit la main d’œuvre en Amérique du Nord de près de 50%.

Le jour de la parution de l’article du NYT, le Wall Street Journal publiait également un article disant que les marchés financiers sanctionnent en général les compagnies qui annoncent des plans d’expansion et récompensent celles qui n’envisagent ni d’embaucher ni de licencier.

Cette politique de guerre des classes enrichit davantage l’aristocratie financière. Le Wall Street Journal de mardi dernier publiait la liste des PDG d’entreprise US les mieux payés au cours des dix dernières années.

Tout en haut de la liste figure Lawrence Ellison, PDG d’Oracle qui a encaissé 1,84 milliards de dollars ces dix dernières années.

Son revenu annuel de 84 millions de dollars a permis à Ellison d’accumuler une fortune estimée à 28 milliards de dollars. On peut se faire une idée du style de vie d’Ellison et de ses collègues PDG quand on sait que le PDG d’Oracle possède plusieurs avions de chasse, une propriété estimée à 200 millions de dollars en Californie, avec un lac artificiel, et des résidences à Malibu et à Rhode Island.

Les revenus de l’ensemble des PDG figurant sur la liste du Wall Street Journal sont de 13,5 milliards de dollars, une moyenne de 540 millions de dollars par PDG pour ces dix dernières années.

Cette cupidité et cette accumulation de richesses sont à l’opposé de l’insécurité économique, la pauvreté, l’absence de toit, et la famine croissantes pour des millions de travailleurs aux Etats-Unis et des milliards d’autres dans le monde entier.

Article : The “new normal”: More than one in five Americans at risk of destitution“, par Barry Grey , 29 juillet 2010, publié dans WSWS


Source : nos amis de
Futur Quantique