(Temps de lecture: 9 - 17 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (4 Votes)

Analyse passionnante sur les techniques et travaux avérés vieux de 100 ans de manipulation des foules, que l'on avait déjà vu avec Charles Sannat, et qui sont vraisemblablement utilisées de nos jours, et ici Ryan Matters revient (entre autres) sur la notion d'esprit de groupe, qui à mon sens est très important, pour comprendre pourquoi il est si dur de s'en détacher, et la notion d'"égrégore" pour que nous puissions notamment lutter ensemble, malgré les distances et le temps...

Pour le reste vous verrez ici confirmé, comment il est facile de manipuler les foules avec les bons mots et les bonnes techniques (comme en 1944 avec Goebbles) 'Répétez un mensonge assez longtemps, et pour les gens cela devient une conviction'.

C'est incroyable, mais regardez la situation actuelle et vous verrez que pour une bonne partie des gens ....

Ça fonctionne...

L'histoire ne se répète jamais exactement par contre elle bégaie......... (c) F. Asselineau.

Je vous ai mis d'autres liens sur les techniques de manipulations mentales que l'on connaît (pour tenter de les déjouer) en informations complémentaires en bas d'article.

Bonne lecture,

Amitiés,

f.

Propaganda Edward L Bernays

Par Ryan Matters

Edward L. Bernays était un consultant américain en affaires qui est largement reconnu comme le père des relations publiques. Bernays est l'un des hommes responsables d'avoir "vendu" la Première Guerre mondiale au public américain, en la présentant comme une guerre nécessaire pour "rendre le monde sûr pour la démocratie". Au cours des années 1920, Bernays a été consultant pour un certain nombre de grandes entreprises, les aidant à développer leurs activités grâce à des campagnes de marketing bien conçues visant à influencer l'opinion publique.

En 1928, Edward Bernays publie son célèbre livre, Propaganda, dans lequel il expose les théories qui sous-tendent ses efforts fructueux en matière de "relations publiques". Ce livre donne un aperçu du phénomène de la psychologie des foules, et expose des méthodes efficaces pour manipuler les habitudes et les opinions des gens.

Pour un livre vieux de près de 100 ans, Propaganda ne pourrait être plus pertinent aujourd'hui. En fait, sa pertinence témoigne de la nature immuable de la psychologie humaine.

L'une des principales conclusions du livre est que le contrôle des esprits est un aspect important de toute société démocratique. En effet, Bernays soutient que sans la "manipulation consciente et intelligente des habitudes et des opinions organisées des masses", la démocratie ne "fonctionnerait" tout simplement pas.

    Nous sommes gouvernés, nos esprits sont modelés, nos goûts formés, nos idées suggérées, en grande partie par des hommes dont nous n'avons jamais entendu parler. C'est le résultat logique de la façon dont notre société démocratique est organisée. Un grand nombre d'êtres humains doivent coopérer de cette manière s'ils veulent vivre ensemble dans une société qui fonctionne bien.

Selon Bernays, ceux qui "gouvernent" constituent une classe dirigeante invisible qui "comprend les processus mentaux et les modèles sociaux des masses".

Dans Propaganda, Bernays s'appuie sur les travaux de Gustave Le Bon, Wilfred Trotter, Walter Lippmann et Sigmund Freud (son oncle !), soulignant le pouvoir de la psychologie des masses et la façon dont elle peut être utilisée pour manipuler "l'esprit de groupe".

    Si nous comprenons le mécanisme et les motivations de l'esprit de groupe, n'est-il pas possible de contrôler et de régenter les masses selon notre volonté sans qu'elles le sachent !  

J'ai récemment exploré ce sujet dans un essai sur la façon dont les rituels occultes et la programmation prédictive sont utilisés pour manipuler la conscience collective, influençant les pensées, les croyances et les actions de grands groupes de personnes, aboutissant à la création de ce que les occultistes appellent des "égrégores".

Ici, j'ai extrait quelques idées clés de Bernays afin de montrer comment son livre Propaganda est, à bien des égards, le livre de jeu utilisé par la cryptocratie mondialiste pour traiter l'esprit de groupe des masses.

1. Si vous manipulez le leader d'un groupe, le peuple suivra.

Bernays nous dit que l'un des moyens les plus faciles d'influencer les pensées et les actions d'un grand nombre de personnes est d'abord d'influencer leur chef.

    Si vous pouvez influencer les leaders, avec ou sans leur coopération consciente, vous influencez automatiquement le groupe qu'ils dirigent.

En fait, l'un des principes les plus fermement établis de la psychologie des masses est que "l'esprit de groupe" ne "pense" pas, il agit plutôt selon des impulsions, des habitudes et des émotions. Et lorsqu'il décide d'une certaine ligne de conduite, sa première impulsion est de suivre l'exemple d'un leader de confiance.

L'être humain est, par nature, une espèce de groupe. Même lorsque nous sommes seuls, nous avons un profond sentiment d'appartenance à un groupe. Qu'ils le sachent consciemment ou non, la plupart des actes des gens sont un effort pour se conformer aux idéaux du groupe qu'ils ont choisi afin de ressentir un sentiment d'acceptation et d'appartenance.

Cette méthode consistant à influencer le leader et à regarder les gens le suivre a été largement utilisée au cours des dernières années. Un exemple notable qui vient à l'esprit est celui des modèles épidémiologiques terriblement inexacts créés par Neil Ferguson, qui ont servi de base aux politiques de confinement du président Boris Johnson.

Une fois que Johnson a été convaincu de la nécessité de verrouiller et de masquer, les gens ont volontiers suivi.

2. Les mots sont puissants et la clé pour influencer les émotions du groupe réside dans l'utilisation intelligente du langage.

Certains mots et phrases sont associés à certaines émotions, symboles et réactions. Bernays nous dit qu'en utilisant intelligemment et soigneusement le langage, on peut manipuler les émotions d'un groupe et influencer ainsi ses perceptions et ses actions.

    En jouant sur un vieux cliché, ou en en manipulant un nouveau, le propagandiste peut parfois faire basculer toute une masse d'émotions collectives.

L'utilisation astucieuse du langage a été employée tout au long de la pandémie de Covid-19 avec beaucoup d'effet. Un exemple évident en est la modification de la définition du terme "vaccin" pour inclure les injections utilisant la technologie expérimentale de l'ARNm.

Voyez-vous, le mot "vaccin" est associé dans l'esprit du public à une certaine image - celle d'une intervention médicale sûre, éprouvée, qui non seulement sauve des vies mais est absolument nécessaire.

Si les gouvernements avaient dit aux gens d'aller chercher leurs "thérapies géniques", la grande majorité du public s'interrogerait probablement sur les motifs d'une telle campagne ; il serait extrêmement sceptique, car l'expression "thérapie génique" n'est pas associée aux mêmes images, émotions et sentiments que le mot "vaccin".

Il en va de même pour le mot "pandémie", dont la définition a également été modifiée. Le mot "pandémie" est généralement associé dans la conscience collective à la peur, à la mort, au chaos et à l'urgence (en grande partie grâce à Hollywood et aux innombrables films sur les virus qu'elle a produits au fil des ans).

3. Tout moyen de communication est aussi un moyen de propagande.

Tout système de communication, qu'il s'agisse du téléphone, de la radio, de la presse écrite ou des médias sociaux, n'est rien d'autre qu'un moyen de transmettre des informations. Bernays nous rappelle que tout moyen de communication de ce type est également un canal de propagande.

    Il n'existe aucun moyen de communication humaine qui ne soit pas également un moyen de propagande délibérée.

Bernays poursuit en soulignant qu'un bon propagandiste doit toujours se tenir au courant des nouvelles formes de communication, afin de pouvoir les coopter comme moyens de propagande délibérée.

En effet, des systèmes que la plupart des gens associeraient à la liberté d'expression et à la démocratie ne sont autres que des moyens de faire circuler la propagande. Les fact-checkers de Facebook, la censure des Big Tech et les bannières Covid de YouTube entrent certainement dans cette catégorie.

Parmi les autres exemples, citons les récentes mises à jour d'algorithmes effectuées par divers moteurs de recherche (dont Google et DuckDuckGo) pour pénaliser les sites web russes. Bien que cela ne devrait pas être une surprise (Google s'est engagé dans ce type de "propagande de l'ombre" depuis de nombreuses années).

4. Répéter la même idée encore et encore crée des habitudes et des convictions.

Bien que Bernays qualifie cette technique d'utilisée par les "anciens propagandistes", il en reconnaît néanmoins l'utilité.

    L'une des doctrines de la psychologie de la réaction était qu'un certain stimulus souvent répété créerait une habitude, ou que la simple réitération d'une idée créerait une conviction.

Répéter la même idée ou le même "mantra" encore et encore est une forme de programmation neurolinguistique visant à inculquer certains concepts ou émotions dans le subconscient. En effet, on conseille souvent aux personnes qui se sentent tristes ou déprimées de se répéter une affirmation ou un dicton édifiant.

Il existe de nombreux exemples de cette technique simple, mais efficace, utilisée à bon escient au cours des dernières années. Pensez au "trust the plan" de Q, au favori des mondialistes, "build back better", ou à la répétition incessante de cette phrase tordue, "trust the science". On trouve dans cette catégorie les statistiques de décès et les chiffres de cas publiés 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, qui visent à donner l'illusion d'une pandémie.

Il existe également des exemples plus évidents, comme les présentateurs de journaux télévisés dans différentes régions qui lisent tous exactement le même script.

5. Les objets ne sont pas désirés pour leur valeur intrinsèque, mais plutôt pour les symboles qu'ils représentent.

Après avoir étudié les raisons pour lesquelles les gens prennent certaines décisions d'achat, Bernays a observé que les gens ne désirent souvent pas une chose pour son utilité ou sa valeur, mais plutôt parce qu'elle représente quelque chose d'autre qu'ils désirent inconsciemment.

    Un individu peut désirer une chose non pas pour sa valeur ou son utilité intrinsèque, mais parce qu'il en est venu inconsciemment à voir en elle le symbole de quelque chose d'autre, dont il a honte de s'avouer le désir.

Bernays donne l'exemple d'un homme qui achète une voiture. De l'extérieur, on pourrait croire que l'homme achète une voiture parce qu'il a besoin d'un moyen de transport, mais en réalité, il l'achète parce qu'il aspire à l'élévation du statut social qui accompagne la possession d'un véhicule à moteur.

Cette idée s'applique également aux événements de ces dernières années.

Par exemple, les masques sont un symbole de conformité. Tout le monde sait qu'ils ne fonctionnent pas, mais ils les portent parce qu'ils veulent s'intégrer et être considérés comme des citoyens honnêtes qui respectent les règles. Les injections de Covid-19 sont également un symbole et de nombreuses personnes choisissent de les recevoir parce qu'elles veulent éviter d'être traitées d'"anti-vaxxer" ou de "théoricien de la conspiration".

6. On peut manipuler les actions individuelles en créant des circonstances qui modifient les coutumes du groupe.

Enfin, Bernays nous dit que si l'on souhaite manipuler les actions d'un individu, la manière la plus efficace de le faire est de créer des circonstances qui engendrent le comportement souhaité.

    Quelles sont les véritables raisons pour lesquelles l'acheteur envisage de dépenser son argent pour une nouvelle voiture plutôt que pour un nouveau piano ? [...] Il achète une voiture, parce que c'est en ce moment la coutume du groupe d'acheter des voitures. Le propagandiste moderne se met donc au travail pour créer des circonstances qui modifieront cette coutume.

Par exemple, pourquoi tout d'un coup tout le monde est "solidaire de l'Ukraine" ? Selon Bernays, ce n'est pas parce qu'il y a une guerre en cours et que des innocents ont besoin de notre amour et de notre soutien, mais plutôt parce que c'est la nouvelle "coutume du groupe".

Le processus de modification des coutumes de groupe commence du haut vers le bas. Dans chaque nation ou clique sociale, il y a des dirigeants, des personnalités publiques et des personnes influentes. La manipulation des personnes les plus influentes finit par se répercuter dans l'esprit du public. C'est pourquoi lorsqu'une célébrité décide de porter quelque chose d'extravagant sur le tapis rouge, une toute nouvelle tendance peut naître du jour au lendemain.

De même, au début de la saga du Covid, puis de la guerre entre la Russie et l'Ukraine, les médias n'ont pas tardé à diffuser des histoires de célébrités qui "attrapaient le Covid" et invitaient les gens à rester chez eux, ou de personnalités publiques qui condamnaient les actions de la Russie et appelaient à des sanctions plus strictes (qui se sont avérées faire plus de mal à l'Occident qu'à la Russie).

Le livre de jeu de la propagande

Le monde est un endroit instable en ce moment. Les choses semblent changer rapidement et personne ne sait ce qui va se passer. Cependant, au milieu de ce chaos, il y a une chose qui n'a pas changé et qui ne changera probablement pas de sitôt : la psychologie humaine.

De ce fait, les tactiques utilisées pour manipuler les pensées, les croyances et les actions des gens n'ont pas changé non plus. En fait, la plupart d'entre elles ont été décrites en détail il y a 100 ans par Edward Bernays dans son livre Propaganda, publié en 1928.

C'est vrai, le livre de jeu du maître des marionnettes n'est pas un secret. Il est à la disposition de tous ceux qui veulent comprendre comment les pouvoirs en place cherchent à les influencer au quotidien.

(Propaganda d'Edward Bernays a été ajouté à notre Bibliothèque interdite. Lisez-le maintenant, ainsi que d'autres livres interdits).

 

Source : New Brave World

 

Informations complémentaires :