1 1 1 1 1 Rating 5.00 (5 Votes)

Quelque part sur la voie du développement de l'Amérique, les entreprises ont eu la chance d'être non seulement des "personnes", mais aussi de pouvoir sanctionner le type de messages qui pouvaient être diffusés dans le domaine public. Soyons clairs : ce type de contrôle des entreprises, qui frise le fascisme pur, n'a pas sa place dans une démocratie.

Fin De La Liberte Expression 03 06 2020

Rédigé par Robert Bridge via la Fondation pour la culture stratégique

Il n'est pas nécessaire de demander. Il n'y a pas besoin d'être poli. Il n'y a pas besoin de débattre. Il suffit de se référer au premier amendement de la Constitution américaine pour que ce droit humain fondamental, inscrit dans la loi il y a plus de 200 ans, soit rendu au peuple américain.

    Le Congrès ne fera aucune loi concernant l'établissement d'une religion, ou interdisant le libre exercice de celle-ci ; ou restreignant la liberté de parole, ou de la presse ; ou le droit du peuple à se réunir pacifiquement, et à demander au gouvernement la réparation de ses torts".

Comment se fait-il donc qu'un ordre aussi simple et sans ambiguïté soit devenu si irréalisable dans la réalité ?

La principale source de notre situation actuelle est que les Pères fondateurs n'avaient aucune idée du degré de domination des entreprises sur chaque centimètre carré de notre vie publique et privée. S'ils avaient été avertis de l'approche de pirates à l'horizon avec de sérieux axes politiques à broyer, il ne fait aucun doute qu'ils auraient ajusté les voiles de la Constitution pour préparer l'invasion. Hélas, une telle clairvoyance dépassait de loin les pouvoirs psychiques de tout individu à l'époque.

Aujourd'hui, la situation en matière de pouvoir des entreprises est devenue tellement incontrôlable que seule la "personne" de l'entreprise est véritablement dotée par son créateur du plein pouvoir de parole. Ces "arbitres de la vérité" omnipotents - c'est-à-dire leur vérité - sont désormais contrôlés par cinq royaumes (contre six auparavant grâce au mariage entre Viacom et CBS), à savoir Comcast, Walt Disney, News Corporation, Warner Media et ViacomCBS, qui ont chacun plusieurs dizaines de filiales obéissantes sous leur aile.

Nous devons maintenant nous demander : quelle est la probabilité que l'Américain moyen obtienne un semblant de "liberté d'expression" de la part de l'une de ces grandes sociétés de médias ? Alors que nous, les consommateurs, sommes tous dotés du "droit inaliénable" d'acheter librement des services auprès de l'une de ces vastes entités, notre capacité à faire diffuser nos voix individuelles sur l'une de leurs centaines de chaînes différentes est risible. Mis à part la lettre occasionnelle au rédacteur en chef ou la rubrique des invités, le "pouvoir du peuple" face à ces chefs d'entreprise est uniquement celui d'un spectateur passif émasculé. C'est une réalité que des hommes politiques populaires comme Ron Paul et Tulsi Gabbard et leurs fidèles disciples ont appris à leurs dépens.

Tout comme dans le domaine politique, la variété des messages disponibles est trompeusement large et dangereusement superficielle, tandis que le saint graal de la "ligne éditoriale" est obsessionnellement protégé de tous les apostats. Dans ces conditions médiévales, l'individu qui espère faire entendre sa voix dans le domaine public peut souhaiter prendre la voie des médias sociaux grâce à Google, YouTube, Facebook ou Twitter. Là aussi, notre nomade solitaire - surtout s'il est d'un tempérament plus conservateur - se heurtera à un mur impénétrable connu sous le nom de censure ou de "bannissement de l'ombre".

Derrière les murs de ces forteresses de la Silicon Valley, les ingénieurs singe avec des algorithmes d'une manière que nous, simples mortels, ne pouvons qu'imaginer. Pourtant, grâce à quelques courageux dissidents (ici et ici), ainsi qu'à des "mouchards" accidentels, nous avons réussi à apercevoir ce qui se cache derrière le rideau de fer. En un mot, cela donne une image peu reluisante qui n'a rien à voir avec les principes démocratiques. En même temps, Google, en tant que principal "arbitre de la vérité" de nos jours, a pris sur lui de réécrire littéralement les livres d'histoire selon l'évangile du libéralisme. Si vous n'y croyez pas, il vous suffit de faire une recherche sur Google sur les "inventeurs blancs américains" et cela vous dira tout ce que vous devez savoir.

Ces sociétés informatiques infiniment puissantes, qui se sont associées à des organisations anticonservatrices notoirement partiales, comme l'ADL et le Southern Poverty Law Center, n'ont aucune activité de censure de leurs utilisateurs. Ces plates-formes, protégées par la section 230 de la loi de 1996 sur la décence en matière de communications, sont conçues comme des véhicules permettant de publier des idées, aussi sauvages, voire conspiratrices, qu'elles puissent paraître à certains observateurs. En d'autres termes, les plateformes ne sont pas des éditeurs traditionnels dans le sens où elles sont légalement responsables du contenu qui apparaît sur leurs sites. Si elles interdisent ou modifient le sens du contenu, elles sont susceptibles de perdre les protections qui leur ont été accordées en vertu de l'article 230. Tant que l'utilisateur de la plate-forme ne fait pas appel à la violence, son point de vue, selon le premier amendement, a tout à fait le droit d'être entendu.

Ces privilèges dont jouissent les titans des médias sociaux ont été remis en question cette semaine lorsque nul autre que le président Donald Trump a vu ses posts sur les médias sociaux contestés par Twitter - à deux reprises.

Le leader américain a écrit sur Twitter à ses 80 millions de followers : "Il n'y a AUCUNE FAÇON (ZÉRO !) que les bulletins de vote par correspondance soient moins que substantiellement frauduleux. Les boîtes aux lettres seront cambriolées, les bulletins de vote seront falsifiés et même imprimés illégalement et signés frauduleusement...". Twitter a joint une note de service sous le message, conseillant aux lecteurs de "s'informer sur les bulletins de vote par correspondance", avec un lien qui "démystifie" ce que Trump avait écrit.

Le 29 mai, alors que les protestations contre la mort de George Floyd commençaient à devenir incontrôlables, Trump a averti dans un tweet que "Toute difficulté et nous prendrons le contrôle mais, quand le pillage commence, les tirs commencent." À cette occasion, Twitter a pris la mesure sans précédent de cacher son tweet derrière un message qui accusait Trump de "glorifier la violence".

Cela devrait être un signal d'alarme pour tous les Américains - d'autant plus que des millions de personnes luttent pour obtenir des informations précises sur le coronavirus, ou sur les émeutes - Si le président américain a du mal à garantir sa liberté d'expression, les chances pour le citoyen moyen sont pratiquement inexistantes.

Bien que M. Trump ait décidé de lever les protections dont bénéficient actuellement les mastodontes des médias sociaux, il reste à voir si cette mesure améliorera les chances de la liberté d'expression dans le pays de la liberté, ou si elle ne fera que la rendre encore plus clandestine. Quoi qu'il en soit, les perspectives ne sont pas prometteuses pour le premier amendement, et c'est là que se trouve la pire crise à laquelle le peuple américain est confronté aujourd'hui.

Source : Zerohedge.com

Informations complémentaires :

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...

You are a guest ( Sign Up ? )

or post as a guest

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow La Silicon Valley a effectivement interdit la liberté d'expression. Il est temps de la reprendre (Zero Hedge)