(Temps de lecture: 3 - 5 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (1 Vote)
Alexa 14 12 2013
Reuters

BEYROUTH (Reuters) - Le Proche-Orient est paralysé par la neige et la pluie verglaçante charriées par la tempête Alexa depuis mercredi, ce qui aggrave encore les conditions de vie des réfugiés syriens.

En Jordanie, les 80.000 réfugiés syriens du camp de Zaatari grelottent sous une pluie glacée, comme Khalil Atma qui vient de Sanamine, dans le sud de Syrie. Elle est avec ses deux filles dans une caravane non chauffée qui prend l'eau.

"On a quitté une tragédie pour une autre", dit-elle.

Les travailleurs humanitaires disent travailler sans relâche pour évacuer les réfugiés des camps inondés et distribuer nourriture et vêtements. Mais ils sont dépassés.

Au Liban, où vivent plus de 835.000 réfugiés syriens, ceux qui vivent sous des tentes sont particulièrement fragilisés.

En Turquie, les autorités ont distribué des couvertures supplémentaires et des vêtements d'hiver à une grande partie des quelque 200.000 réfugiés syriens dans les camps le long de la frontière, dit un porte-parole de l'agence de secours Afad.

En Syrie, des images diffusées sur Twitter montrent des rebelles cheminant dans la neige avec leurs armes automatiques et leurs grenades RPG. Sur les photographies de Homs ravagée par deux années de guerre civile, une épaisse couche de neige recouvre les ruines des immeubles.

Le Programme alimentaire mondial (Pam) a prévu de distribuer 10.000 litres de fioul domestique pour la cuisson et le chauffage aux familles déplacées qui vivent dans une dizaine de centres à Damas.

La neige a empêché la mise en place d'un pont aérien des Nations unies pour atteindre, à partir de l'Irak, les dizaines de milliers de personnes qui se trouvent dans les zones kurdes du nord-est de la Syrie.

AIDE DU HAMAS

Jérusalem et une partie de la Cisjordanie sont aussi sous un manteau blanc. L'armée israélienne est venue au secours de centaines de personnes immobilisées dans leur véhicule sur les autoroutes près de Jérusalem. Au moins 50 cm de neige sont tombés depuis mardi. Des milliers de foyers sont sans électricité, rapporte la presse israélienne.

En dépit d'Alexa, le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, a pu rencontrer le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, vendredi à Jérusalem pour tenter de relancer les négociations de paix avec les Palestiniens.

Le chef de la diplomatie américaine a également pu voir le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, jeudi à Ramallah en Cisjordanie. Mais la tempête l'a contraint à écourter cette rencontre pour pouvoir rentrer en Israël avant la fermeture des routes et des postes-frontières.

Dans la neige aveuglante, son convoi a pu se frayer un chemin grâce à une pelleteuse palestinienne. Le trajet, qui prend d'habitude 45 minutes, a duré plus de deux heures.

Dans la bande de Gaza, un tapis de neige a surpris les habitants qui se sont pris en photo. Le territoire palestinien a également été touché par des pluies torrentielles qui rendent les routes impraticables.

Des bateaux de pêche ont dû être utilisés pour évacuer 700 personnes de leur domicile et apporter de la nourriture, des couvertures et des lampes-torches à des centaines d'autres surprises par la montée des eaux.

Le Hamas, qui dirige de fait Gaza, a mis tous ses moyens à la disposition des équipes de sauvetage, y compris son bras armé habituellement chargé de lutter contre Israël.

"Gaza a survécu à deux guerres (contre Israël). Nous nous sortirons de cela", a déclaré Ismaël Haniyeh, le Premier ministre gazaoui.

En Turquie, deux jours de neige ont conduit à l'annulation de 240 vols internationaux jeudi dans les aéroports du pays, dit la compagnie aérienne Turkish Airlines.

Le détroit du Bosphore a pu rouvrir jeudi après une journée de fermeture. Cinq pétroliers attendaient de pouvoir entrer des deux côtés du détroit, rapporte l'agent maritime GAC.

Danielle Rouquié pour le service français, édité par Gilles Trequesser

 

Source(s) : Latribune.fr via maître Confucius

Information complémentaire :

Crashdebug.fr : Non, la comète ISON n'est pas morte