(Temps de lecture: 3 - 6 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (2 Votes)

C'est un article de Canada Free Press spoté par le blog des enculuminés que j'ai tenté de traduire. Vous verrez que le "Bancor" n'est pas loin, la nouvelle monnaie mondiale ! Remplaçant toutes les monnaies et même le dollar.

Bancor

Si le Fond Monétaire International impose sa volonté, le dollar américain sera remplacé par le « bancor » comme la réserve de devises mondiales. Selon un rapport publié le 13 avril, le FMI souhaite adopter un plan d'actions  qui permettrait d'élargir l'utilisation des SDRs (droits de tirages spéciaux) pour remplacer le dollar comme le grenier des valeur, et éventuellement créer une monnaie mondiale appelle le « bancor ».

«Bancor» est le nom proposé par John Maynard Keynes, l'économiste britannique qui a dirigé le monde bancaire de la Commission qui a créé le FMI au cours des négociations de Bretton Woods, et qui a précédé l'Organisation des Nations Unies.

La nouvelle monnaie mondiale serait délivrée par une nouvelle banque centrale mondiale qui aurait le pouvoir de lever des impôts pour des infractions diverses. La banque, selon les auteurs du rapport, "rendrait des comptes aux États Membres, mais resterait indépendante". Cette déclaration ressemble beaucoup aux défenseurs de la Réserve Fédérale qui a été créée par le Congrès, et est censée être responsable devant le Congrès, mais refuse de permettre au Congrès d'auditer ses activités ou même de répondre aux questions du Congrès au sujet des bénéficiaires des prêts en dollars.

Une banque centrale mondiale a longtemps été un objectif pour ceux qui prônent la gouvernance mondiale. Le Système scolaire de l'Amérique n'a pas réussi à enseigner aux élèves les conflits du long-siècle entre ceux qui veulent une autorité mondiale en matière d'administration et ceux qui n'en veulent pas.

Les écoles peinent à enseigner que Woodrow Wilson et ses collègues ont créé la Société des Nations, ou pourquoi cette institution a échouée. Les écoles n'expliquent jamais que bon nombres des mêmes personnes qui ont promu la Société des Nations, ont poursuivi leurs efforts par des organisations non-gouvernementales telles que le Council on Foreign Relations jusqu'à ce que Franklin Roosevelt ait été élu président.

Les écoles crédite Roosevelt d'avoir aider à créer l'Organisation des Nations Unies, mais ils n'ont jamais expliqué que Roosevelt a fait entrer dans son administration des dizaines de personnes du Council on Foreign Relations pour rédiger son «New Deal», ainsi que les plans de l'Organisation des Nations Unies.

Les écoles n'enseignent pas que le président Kennedy avait prévu de remettre la puissance militaire américaine à l'Organisation des Nations Unies afin de donner au gouvernement le pouvoir mondial émergent pour faire appliquer ses politiques de gouvernance mondiale. Les gens qui refusent d'accepter cette déclaration sont invités à lire «La liberté de la guerre : le Programme des États-Unis de désarmement général et complet dans un monde pacifique », ministère de l'état Publication 7277, publié en septembre 1961.

Les gens qui croient que le monde doit être régi par une autorité mondiale ont travaillé pour atteindre cet objectif depuis plus d'un siècle. Ils sont implacables, ils sont entraînés, ils sont convaincus qu'ils connaissent le mieux la façon dont les gens devraient vivre. Ils croient que toutes les nations et toutes les sociétés doivent être contrôlées par une élite, l'intelligentsia de bienfaisance qui peuvent assurer la justice sociale par l'application de ce qui est devenu connu comme le développement durable.

Ces gens sont plus près d'atteindre leur but que jamais auparavant dans l'histoire.

Woodrow Wilson a cru que son pouvoir politique serait suffisant pour imposer la Société des Nations. Il a sous-estimé la détermination des amoureux de la liberté comme Henry Cabot Lodge et les autres sénateurs qui ont refusés de ratifier le traité qui a créé la Ligue. Roosevelt supposait que la dévastation du monde lors la Seconde Guerre serait suffisant pour inaugurer l'ère d'un gouvernement mondial sous l'autorité de l'ONU et il avait raison, jusqu'à ce que la réalité politique écrase son rêve socialiste utopique d'une communauté mondiale.

Les plans de Kennedy en 1961 pour un désarmement général et complet se sont évaporés en 1962, lorsque l'URSS a commencé à construire des sites de missiles et de lancement à Cuba. Il est devenu clair que, malgré tous les discours globale de voisinage chaleureux et floue, les Soviétiques avaient pleinement l'intention d'acquérir la puissance militaire pour écraser les États-Unis. Heureusement, le Président Kennedy a confronté la puissance militaire soviétique à la  puissance militaire américaine et les Soviétiques ont reculé.

Ce fait historique est une puissante leçon que doivent apprendre les dirigeants actuels et futurs que cette nation ne peut pas prendre le risque face aux menaces militaires avec rien de moins que la puissance militaire supérieure. Ceux qui cherchent à dissoudre les menaces avec la rhétorique à double barillet de télésouffleurs sont une menace plus dangereuse aux Etats-Unis que n'importe quel ennemi extérieur.

Ceux qui préconisent la gouvernance mondiale ont changé leur tactique, mais pas leur but. Ils ont fait de grands progrès grâce à une série de traités, et notamment par la mise en œuvre d'Action 21 et le concept de développement durable. L'érosion de la liberté qui est inévitable dans tout système de gouvernance mondiale a été peinte en vert, emballée dans un paquet marqué de la justice sociale, et vendue à une génération d'Américains désireux de faire du monde un meilleur endroit.

La monnaie mondiale proposée par le FMI n'est que le dernier pas vers cette vision utopique ultime poursuivie depuis si longtemps. La liberté qui s'élève, qui a alimentée la grandeur de l'Amérique ne peut pas exister dans un système de gouvernance mondiale. La liberté individuelle, accordée par le Créateur et garantie par la Constitution des États-Unis est, au mieux, diminuée par la gouvernance mondiale, et au pire, complètement niée.

La gouvernance mondiale sous quelque forme que ce soit doit être rejetée.

Source : Canada Free Press, Le Blog des Enculuminés

Traduction : Folamour, Corrections : Doudou


Informations complémentaires :

http://www.loretlargent.info/reflexions/le-bancor-une-monnaie-mondiale-comme-solution-a-la-crise/3007/