1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Et sans parler des complicités de nos gouvernements successifs avec des groupes terroristes depuis 1984, la situation est logiquement même pire que ce que décrit cet enseignant.... (Informations complémentaires), plus de news ce matin (comme tous les matins ; )))) chez nos amis des Moutons enragés.

Education National Islamisme

(c) Flickr patrick janicek

Par Zlata Tikhaya

Intervenant sur Europe 1 ce mardi, Jean-Pierre Obin, ancien inspecteur général de l'Éducation nationale, a dénoncé la «lâcheté» du système éducatif sur la question de l'islamisme.

Après la décapitation de Samuel Paty, professeur à Conflans, vendredi dernier, la polémique ne s’étouffe pas au sein de la société française. Jean-Pierre Obin, ancien inspecteur général de l'Éducation nationale, s’est aussi exprimé à ce sujet sur Europe 1 pour fustiger le «déni» et «l’aveuglement» d'une «partie des enseignants et des responsables» par rapport à l'islamisme.

«On a dans l'Éducation nationale, dans l’administration et jusque dans les classes, une partie des enseignants et responsables qui sont dans le déni ou la complaisance idéologique par rapport à l’islamisme», lance-t-il, interrogé sur Europe 1.

Seize ans d’aveuglement

Selon Obin, les événements auraient pu être prévenus plus tôt, en 2004 ou bien en 2015.

«Pendant si longtemps on a laissé l’islamisme pénétrer la société et l’école alors que chacun pouvait être averti de ce qu’il se passait», s’alarme l’ancien inspecteur général.

Il évoque particulièrement le rapport de 2004 sur «les signes et manifestations d'appartenance religieuse dans les établissements scolaires» rédigé par des inspecteurs généraux de l'Éducation nationale, qui n’aurait pas été pris en compte.

Les attentats de 2015 sont, d’après Jean-Pierre Obin, un autre repère. Car après ces actes terroristes, «un très grand nombre de collégiens et de lycéens avaient perturbé les minutes de silence».

«Il a fallu attendre 2015 pour se rendre compte à quel point la jeunesse, et en particulier la jeunesse scolarisée, était pénétrée par cette idéologie de l'islamisme», selon l'ancien inspecteur général.

La première responsabilité est «politique»

Obin estime que «la première des responsabilités [dans l'assassinat de Samuel Paty] est politique».

«C'est la responsabilité des ministres, des gouvernements qui savaient depuis une vingtaine d'années et ont poussé la poussière sous le tapis pour ne pas avoir à traiter cette question difficile», déclare-t-il.

D’après l'ancien inspecteur général, c’est cette «lâcheté» et cet «aveuglement» qui ont entraîné «l’imprégnation d'une partie de la jeunesse musulmane par l'idéologie islamiste».

Source : Sputnik.com via Moutons Enragés.fr

Informations complémentaires :

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...
You are a guest ( Sign Up ? )

or post as a guest

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Lâcheté : cet ex-inspecteur général de l'Éducation nationale alertait dès 2004 contre les dérives de l’islamisme (Sputnik)