1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Selon une étude révélée par « Le Figaro », l’impact économique pèserait plus lourd en années de vie perdues que ce qu’ont apporté les mesures sanitaires.

Confinement Morts

Le poids du confinement exprimé en années de vie. Ce mardi, nos confrères du Figaro révèlent une étude du think tank Génération Libre qui compare les effets bénéfiques ou néfastes des différentes périodes de confinement exprimées en années de vie gagnées ou perdues. Le directeur de Génération Libre prévient que « l'objet n'est pas de dire s'il fallait ou non confiner le pays, mais de proposer une première tentative d'évaluation des conséquences du confinement qui réconcilie l'économie et la santé ».

« Opposer les deux n'a aucun sens, ajoute-t-il, car elles sont intimement liées : lorsque la situation économique se dégrade, les personnes dont le niveau de revenu diminue perdent aussi en espérance de vie. » Pour estimer le nombre d'années de vie gagnées, l'étude mesure « l'effet d'une réduction des interactions sociales sur la circulation du virus » sur une population représentative du pays par rapport à une vie sociale normale.

Ainsi, l'étude estime qu'environ 100.000 morts ont été évitées grâce aux « politiques de limitation des libertés » combinées à l'adaptation des comportements (gestes barrières, masques, etc.). Pour parvenir en années de vie gagnées, il convient de multiplier ces chiffres par le nombre d'années moyen que les personnes, dont la mort n'a pas pu être évitée, auraient pu espérer vivre, soit cinq années. La politique sanitaire aurait ainsi permis de sauver 500.000 années de vie.

1,2 million d'années de vie perdues à cause de la crise économique

Les effets néfastes, eux, sont mesurés à travers l'impact des confinements sur l'économie et le niveau de revenus de la population en se basant sur le modèle selon lequel niveau de revenus et espérance de vie sont corrélés. Le think tank rappelle alors qu'« un quart des ménages a déclaré que sa situation financière s'est dégradée depuis le début du confinement ». D'après l'étude, « 5 millions de personnes auraient connu une perte de revenus depuis le premier confinement, et 1 million auraient basculé dans la pauvreté ».

Parmi les différents scénarios de sortie de crise, les auteurs de l'étude estiment que la perte de revenus se résorbera en cinq ans. En prenant en compte l'impact économique de la crise et des restrictions, ils estiment à environ 1,2 million le nombre d'années de vie perdues. « J'espère qu'il y aura par la suite d'autres évaluations plus précises qui viendront alimenter le débat, estime le directeur général de Génération Libre, mais pourvu que nous prenions le réflexe d'analyser davantage les conséquences de long terme de nos choix politiques. »

 

Source(s) : Lepoint.fr via Moutons Enragés.fr

 

Information complémentaire :

Crashdebug.fr : Les confinements liés au COVID pourraient entraîner un million de décès supplémentaires au cours des 15 prochaines années, selon les scientifiques (ZeroHedge)

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...
You are a guest ( Sign Up ? )
or post as a guest
Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Le confinement aurait détruit plus d’années de vie qu’il n’en a sauvé (Lepoint.fr)