1 1 1 1 1 Rating 5.00 (5 Votes)
Fourtillan FS
Jean-Bernard Fourtillan au Défi de la vérité. - FS

Le professeur Jean-Bernard Fourtillan a relevé le Défi de la vérité, notre nouvelle émission FranceSoir.

Son internement forcé avait causé beaucoup d'émoi et nourri de nombreuses rumeurs, interprétations, craintes et théories. Le voilà libre, et c'est tout naturellement qu'il a répondu à l'invitation de FranceSoir de livrer sa vérité. Au micro de Richard Boutry, qui lui offre l'occasion de raconter ce qu'il lui est arrivé, de s'exprimer, mais le confronte aussi sans complaisance aux questions qui fâchent et entourent son action, le pharmacologue, persécuté injustement pour les uns, simplement confronté aux garde-fous institutionnels qui protègent patients et citoyens, pour les autres, relève "le Défi de la vérité".

Poursuivi pour avoir révélé des vérités dérangeantes, ou victime d'un état psychique réellement perturbé ? "Exalté" ou martyrisé ?

Alors que Noël approche et que les cabales vont faire trêve quelques jours, il nous a paru légitime de lui offrir l'opportunité de s'expliquer, en exclusivité pour FranceSoir, afin que chacun se fasse son avis.

 

Source  : FranceSoir.fr

 

Informations complémentaires :

 

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.
  • This commment is unpublished.
    Korrben62 · 2 months ago
    Mais enfin arrêtez , voici le fameux brevet déposé en 2004 par l'institut pasteur, publié en 2010. Lisez le , nulle part il n'est fait mention du SARS-COV-2 mais du SARS-COV ou SRASS. Et puis décoder le génome d'un ne fait pas de vous son créateur. Quand l’institut Pasteur a déposé un brevet pour avoir décodé le génome humain et donc devenu son "inventeur" il n'en est pas pour autant devenu son créateur ? https://worldwide.espacenet.com/patent/search/family/034680402/publication/EP1694829B1?q=EP%201694829B1


    Dans l'affaire de l'essai clinique "sauvage" du fonds Josefa mené à l'abbaye Sainte-Croix près de Poitiers, le tribunal administratif donne raison à l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Les requêtes déposées par le Pr Jean-Bernard Fourtillan sont rejetées.
    Dans ses conclusions, le rapporteur public avait estimé début juillet qu'un essai clinique non autorisé devait être interdit.
    La première requête rejetée portait sur une demande d'annulation de la décision de l'ANSM du 19 septembre 2019 d'interdire "une recherche impliquant la personne humaine, mise en oeuvre par l'association "Fonds Josefa" et la société Sodeval". La seconde requête rejetée concernait la demande d'annulation de la décision de l'ANSM du 27 septembre 2019 "portant suspension de la fabrication à l'administration des patchs contenant de la Valentonine par l'association "Fonds Josefa" jusqu'à leur mise en conformité".
    Selon l'ASNM, l'essai visait à tester des molécules dont "la qualité, les effets et la tolérance ne sont pas connus".

    L'ANSM avait alors saisi la justice "sur ces pratiques illégales". Bernard Celli, directeur de l'inspection à l'ANSM, indiquait à l'époque que le pôle Santé du parquet de Paris avait été saisi. L'information judiciaire reste à ce jour ouverte.

    Pour M. Celli, les faits relèvaient "d'une atteinte grave au code de la santé publique et au code pénal".

    Le rejet de ces deux requêtes par le tribunal administratif de Poitiers constitue un revers pour le professeur Fourtillan dans les batailles judiciaires en cours.

    Ces rejets interviennent après une première victoire du Pr. Fourtillan dans un procès en diffamation contre le président de l'ANSM. Bernard Celli avait été reconnu coupable par le tribunal de Bordeaux du "délit de diffamation publique envers particuliers" pour avoir parlé de "pratiques charlatanesques" au sujet de l'essai et avait été condamné à une amende 1.000 euros avec sursis.

    Le parquet de Paris a ouvert en septembre 2019 une information judiciaire sur ces essais clandestins, découverts et dénoncés par l’Agence nationale de sécurité du médicament, notamment pour "tromperie" et "abus frauduleux de l’ignorance ou de la faiblesse d’une personne vulnérable".

    Un peu plus tôt, en juin 2019, le conseil de l'Ordre des médecins de la Vienne a également déposé plainte pour « exercice illégal de la médecine » à l'encontre du professeur Fourtillan pour ces mêmes essais cliniques.

    Il a été arrêté dans le Gard et placé en détention provisoire car il était sous le coup d’un mandat d’amener dans cette affaire. Le préfet du Gard a ordonné son placement à l’hôpital d’Uzès, sur avis médical. RIEN A VOIR avec la COVID ou HOLD-UP. Il n'a donc ni gagné ni perdu , l'instruction est encore en cours !!!

Jcm Avatar
Say something here...

You are a guest ( Sign Up ? )

or post as a guest

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités françaises Arrow Le Défi de la vérité : Jean-Bernard Fourtillan (FranceSoir)