(Temps de lecture: 7 - 14 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 4.40 (5 Votes)

Merci à @Helene sur Twitter, aussi je vous partage l'info, parce que des retours que j'ai et qui se confirme (même mon pompiste le dit) le litre de 95/E10 devrait être à 3€ à la fin de l'année. Voilà, donc lisez l'article prenez-en connaissance, mais tel que je le vois venir gros comme une maison, ils sont capables de se tirer une DEUXIÈME balle dans la tête, oui, avec l'Union européenne et Ursula vvon der Leyen aux commandes c'est possible, probable, voir inévitable, donc s'ils 'franchissent' ce pas, ils sont capables de geler instantanément tout le trafic de pétrole brut russe dans le monde. Je vous laisse estimer les conséquences, mais je pense que par idéologie ils sont prêt à ça.

Je rappelle utilement que le but des États-Unis est d'affaiblir l'Union européenne (peut-être même avec une guerre thermonucléaire locale limitée en Europe) pour rester une puissance hégémonique (alors qu'ils sont GRAVES en déclin) face à la Russie, l'Inde et la Chine, les Brics.

C'est ce que j'en déduis, et je ne suis pas le seul..... n'oubliez pas que le complexe militaro-industriel américain se 'nourrit' de ces guerres incessantes (d'où leur réaction militaire immédiate lors des attentats du 11-Septembre 2001), en plus alimentées vraisemblablement avec la planche à billets des contribuables américains (je veux dire l'argent n'est pas magique) et je ne vois pas autrement comment ils peuvent aligner un budget de 768.200.000.000 us$ 768 md$ de dépenses militaires par an, alors que la Russie en a quelque chose comme 61.000.000.000 us$ 61 md$, je peux me tromper, mais je crois intimement que les États-Unis d'Amérique n'ont jamais été totalement réellement en 'paix' dans leur histoire.

La Guerre pour eux à tous les niveaux...... c'est un Business Model.... Les États-Unis d'Amérique n'ont pas d'alliés, ils n'ont que des vassaux.... mais on a les moyens intellectuels, etc. de résister et tel aurait dû être notre destin de proposer une alternative au tout capitalisme À VUE À COURT TERME QUEL QUE SOIT LES CONSÉQUENCES anglo-saxonnes.....

Mais je vous rassure, tout cela est un 'secret de polichinelle'..... ; ))))

Bonne soirée.

Amitiés,

f.

Petrolier Assurance
Sans assurance, ces gros machins ne peuvent sillonner les océans. | Angelos Tzortzinis / AFP

L'arme fatale n'est pas celle que l'on croit.

Le 31 mai, après des semaines de tractations rendues compliquées par les exemptions exigées par certains pays comme la Hongrie de Viktor Orbán, les membres de l'Union européenne s'entendaient enfin sur l'imposition d'un embargo massif sur le pétrole russe.

Réclamé à cor et à cri par l'Ukraine, qui y voit l'un des moyens les plus efficaces pour assécher les finances de Moscou et enrayer financièrement sa machine de guerre, cet embargo pourrait ne pas avoir tout à fait l'effet escompté – et compliquer encore un peu plus, comme l'a noté la secrétaire au Trésor de Joe Biden Janet Yellen, la situation économique globale.

Car la Russie a déjà largement redirigé ses flux de pétrole vers d'autres pays, ravis de pouvoir acheter à vil prix un pétrole russe sur lequel ils ne crachent nullement: l'Inde et la Chine, notamment, ont déjà largement remplacé les autres vieux clients boudant désormais le brut de l'Oural.

«Un embargo européen sur le brut, s'il ne consiste qu'en cela, ne provoque en fait qu'un allongement des chaînes d'approvisionnement», déclarait ainsi récemment au Wall Street Journal Alan Gelder, analyste pour Wood MacKenzie. Mais justement: l'embargo européen ne consiste pas uniquement en l'arrêt des importations par le continent du brut russe.

Un certain manque d'assurance

Dans le texte adopté par les membres de l'UE se cache la sanction qui, plus que l'embargo, peut durablement faire mal aux exportations de pétrole de l'Oural – donc aux finances de Moscou : l'interdiction pour les compagnies européennes d'assurance et de réassurance, en conjonction avec leurs homologues britanniques, de signer des contrats avec les compagnies dont les navires transportent du pétrole russe.

Car comme l'expliquait récemment Reuters, ces assurances sont extrêmement coûteuses, et obligatoires pour tout navire transportant du pétrole d'un point à l'autre du globe. Or, les compagnies d'assurance comme celles de réassurance sont presque exclusivement occidentales.

À terme, c'est ainsi l'intégralité des flux mondiaux de pétrole russe qui pourraient être impactés par la décision de l'Union européenne. Selon Reuters, la Russie pourrait chercher à faire assurer les navires transportant son brut auprès de compagnies d'assurance locales, ou d'autres nations ne lui ayant pas imposé de sanctions particulières.

Mais ces firmes n'ont généralement pas les reins assez solides pour d'aussi gros contrats. Quant à la réassurance, indispensable aux compagnies d'assurance, elle devrait sans doute reposer sur le bon vouloir d'États souverains, qui devraient se porter financièrement garants de la sécurité desdits tankers.

Rien d'impossible à tout cela en théorie, certes. Mais ces grosses complications devraient très largement freiner la capacité russe à exporter son pétrole, et donc assécher quelque peu les finances de Moscou.

Il y a malheureusement un revers à la médaille: bien que les pays de l'OPEP songent à augmenter la production pour compenser le manque de pétrole russe dans les flux mondiaux, tout ceci pourrait contribuer à court terme à faire flamber un peu plus les cours du pétrole, donc à alimenter une inflation qui ne cesse de battre des records, en Europe comme ailleurs.

 

Source : Korii.slate.fr via @Helene sur Twitter

 

Informations complémentaires :

Crashdebug.fr : Ukraine on fire (VOSTFR)
Crashdebug.fr : Ukraine on fire (VOSTFR)