1 1 1 1 1 Rating 5.00 (2 Votes)

(Jovanovic) Je publie ici le mail d'un lecteur. Je précise que j'ai pu recouper de mon côté avec mes autres sources qui me parlent, elles, de mars-avril.

« Par mon travail, je suis en contact avec des banques (ibériques notamment) qui, depuis quelques mois, cherchent à acheter « tout ce qui aurait de la valeur, pourvu que ce ne soit pas du papier ou des titres... » Ces banques s'adressent aux fonds d'investissement et achètent immeubles, collections artistiques, terrains et même du mobilier (!!!) pour sauver tout ce qui peut l'être. Ils sont en panique et un ami, analyste économique assez haut placé dans l'une de ces banques, m'a confié qu'ils prévoyaient un scénario catastrophe pour février-mars 2014. Ses conclusions sont identiques aux vôtres : individuellement il faut acheter de l'argent et de l'or et prévoir un point de chute, une maison et bout de terrain pour s'y réfugier car selon lui, tout ceci va très mal se terminer. »

À recouper aussi avec l'article de Zero Hedge ci-dessous, pointé aussi par ..., et que j'ai tenté de traduire ce matin...

Source(s) : www.jovanovic.com via Maître Confucius

Foulle 1929
Une foule de personnes s’est rassemblée en dehors du New York Stock Exchange à la suite du krach de 1929.

Ils disent que ceux qui oublient les leçons de l'histoire sont condamnés à les répéter.

En tant que stagiaire de l'histoire du marché, j'ai vu la maxime se confirmer à nouveau en temps réel. Le balancement du cycle de la peur est à nouveau à l'avidité. Le trop prudent devient le trop zélé. Et au sommet, l'histoire est toujours identique : trop de crédit, trop de spéculation, la suspension de l'incrédulité, et la propagation de l'idée que ce temps est différent.

Il n'importe pas si c’est l'expansion des chemins de fer qui a été à la tête du krach de 1893, ou l'excitation au-dessus de la consolidation de l'industrie sidérurgique en 1901, ou le mélange de la spéculation et de la banque au début de 1907. Ou si cela implique une expansion épique du crédit hypothécaire, d'activité IPO, ou de stimulus de la banque centrale. Ce qui ne peut finalement pas continuer pour toujours.

Les faiblesses du cœur et de l'esprit humain signifient que les oscillations existeront toujours. Notre compréhension rudimentaire des forces des sciences économiques, en retour, reflète de façon ultime finalement les erreurs des personnes investissant, achetant et évitant les décisions, ce qui signifie que les décisionnaires de la régulation ne vaincront jamais les caprices du cycle économique.

Alors non, ce temps n'est pas différent. Les détails peuvent avoir changé, mais les thèmes demeurent les mêmes.

En fait, le marché boursier en ce moment trace un dessin d’un modèle sinistrement semblable à celui qui a mené à l’infâme krach des marchés des années 1929. Le modèle, illustré par Tom McClellan du rapport des marchés McClellan, a été porté à sa connaissance par le devin du diagramme bien connu Tom Demark, indiqué ci-dessous.

20131206 1929

DJIA : Dow Jones Industrial Average

Excusez-moi de jeter un froid sur le rêve fiévreux dans lequel Wall Street être tombé ces derniers mois, d’un apogée apparent qui a le sentiment haussier aux niveaux les plus hauts, les créances de marge aux niveaux les plus hauts, les bears capitulant à gauche et à droite, avec un marché qui dépend de plus en plus du crédit de courtage, du stimulus de la Réserve Fédérale, et d'un fantasme que la rentabilité des sociétés ne sera jamais de nouveau sous pression.

Sur une pure base de prix analogue, il est temps de commencer à s'inquiéter.

Fondamentalement, il est temps de commencer à s'inquiéter aussi, avec l'évolution du PIB qui s’arrête (les conseillers macro-économiques projettent une évolution au quatrième trimestre de juste 1,2%), les Américains abandonnant la population active à un rythme effrayant, des entreprises retenant toujours la dépense de capitaux, et les dépenses de consommation personnelle s'élevant à des niveaux associés aux récentes récessions, nous avons passé le point de diminuer le rendement marginal dopé à la morphine de l’argent bon marché de la Fed.

Tout ce que nous faisons maintenant est de pousser sur la ficelle proverbiale. Les trillions inutilisés dans les réserves bancaires s’empilent. Le marché du logement a calé après la chandelle des taux de l'emprunt-logement qui a causé « des accès de colère  » plus tôt cette année, allant de 3,4% à 4,6% entre mai et août. Le marché des obligations du trésor est faussé, alors que la le Fed, effectivement, monétise une part croissante de la dette nationale. Les économies des marchés émergents sont de plus en plus vulnérables à une crise monétaire, une fois que la diminution progressive va finalement commencer.

Le Fed le sait. Mais ils sont emprisonnés entre ces risques et donner aux marchés – le point brillant dans la reprise post-2009 – de sérieux retraits de liquidités.

Mais les détails de la période préparatoire au krach 1929 fournissent un vrai contexte à glacer les os au regard de ce qui se passe en ce moment.

L'enthousiasme de la Fed dirigée par Bernanke pour éviter les erreurs qui ont empiré la Grande Dépression - un serrage mal calculé des conditions monétaires - l'a amené à répéter les erreurs qui l'ont causé en premier lieu : à savoir, continuer à abaisser les taux d'intérêt par l'intermédiaire d’achats de bons du Trésor, bien intégrés dans une expansion économique et un marché haussier justifiés par une inflation faible voire nulle.

(Note marginale ici : Comme l’a écrit l'économiste Murray Rothbard de l'école autrichienne dans la Grande Dépression Américaine, les prix ont baissé alors, comme maintenant, en raison des gains dans la productivité et l’efficacité.)

Voici le joueur : la Fed (principalement la Fed de New York sous Benjamin Strong) était profondément à genoux dans le soulagement quantitatif vers la fin des années 1920, en augmentant la masse monétaire et en abaissant les taux d'intérêt par l’intermédiaire d’achats directs de bons. Wall Street alors, tel que maintenant, était euphorique.

Cela a mal fini.

Les décisionnaires de la Fed se sentaient comme des héros alors qu’ils violaient ce locataire central des opérations bancaires centrales comme décrit, en 1873, par le rédacteur d'économie Walter Bagehot dans sa fameuse rue Lombard : Qu'ils devraient prêter librement aux banques solvables, à un taux d'intérêt punitif dans les échanges, pour garantir une bonne qualité collatérale. Le stimulus de la banque centrale devrait seulement être une mesure de bouche-trou employée pour refouler la panique, un prêteur de dernier ressort ; et ne pas agir en tant que véhicule de délivrance économique par l'intermédiaire de la planche à billets.

Elle est maintenant violée de nouveau, pendant que les erreurs de l'histoire sont répétées une fois de plus. Bernanke sera là pour voir les résultats de ses erreurs et de sa justification mal orientée, indiquant que le soulagement quantitatif fonctionne parce que les cours des actions sont plus élevés, ignorant l’évidence que l’« effet de richesse » ne fonctionne pas.

Strong est mort en 1928, manquant la gueule de bois, avec son obsession des taux d'intérêt bas et de l’expansion du crédit causé après qu’il eut vanté en 1927, que ses politiques donneraient des « petits coups de whisky au marché boursier ».

 

Source(s) : Zerohedge.com via Maître Confucius

Traduction : ~ folamour ~

Correction : Chalouette

 

Informations complémentaires :

Etc., etc.

Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Jcm Avatar
Say something here...
You are a guest ( Sign Up ? )
or post as a guest
Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Le fantôme de 1929 réapparaît, portez attention aux signaux