(Temps de lecture: 6 - 12 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

Bonsoir, ça concerne les États-Unis, mais l'expérience récente, et passée, montre que c'est exactement pareil en France, sauf que chez nous la collaboration et la délation sont quasiment un sport national. Mais cependant s'il y a toujours eu une majorité de collaborateurs, il y a aussi toujours eu des 'résistants' à l'envahisseur, et là aussi cette scission entre les Français(es) remonte à très loin en fait.

Delation

Par Hannah Cox

Dans le roman dystopique 1984, le gouvernement s'appuyait sur l'utilisation de télé-écrans et d'informateurs pour faire respecter son régime massif et répressif. Et bien qu'il s'agisse d'une fiction, les événements de notre société moderne y ressemblent étrangement.

Il y a une tendance troublante qui émerge : Les Américains sont encouragés et même incités à dénoncer leurs concitoyens au gouvernement pour une myriade de raisons.

Par exemple, les fonctionnaires fédéraux ont annoncé cette semaine qu'ils prévoyaient de s'appuyer sur des informateurs pour déterminer quelles entreprises appliquaient leur nouveau mandat (inconstitutionnel) en matière de vaccins. L'administration Biden a utilisé l'administration de la santé et de la sécurité au travail (OSHA) du ministère du Travail pour mettre en œuvre cette règle sans l'approbation du Congrès. En substance, le décret stipule que les entreprises se verront infliger de lourdes amendes par l'agence si elles n'exigent pas que leurs employés soient vaccinés. Mais même l'administration reconnaît qu'il y a des limites à sa capacité à faire appliquer une telle règle.

Extrait du site web de l'OSHA :

    L'OSHA fédérale est une petite agence ; avec nos partenaires des États, nous disposons d'environ 1850 inspecteurs responsables de la santé et de la sécurité de 130 millions de travailleurs, employés sur plus de 8 millions de sites dans tout le pays - ce qui correspond à environ un agent de conformité pour 70.000 travailleurs.

Vous pouvez donc faire le calcul. Le gouvernement n'a aucun moyen d'attraper la grande majorité des entreprises si elles font fi de ce nouveau mandat... à moins que les employés ne décident de dénoncer leurs propres entreprises.

Dans un autre exemple, une nouvelle loi texane sur l'avortement paie les citoyens pour qu'ils identifient et intentent des poursuites contre les prestataires de services d'avortement dans l'État. La législation a été rédigée de cette manière parce que le gouvernement ne peut pas mener ces actions lui-même, car cela serait illégal en vertu de l'arrêt Roe v. Wade. Mais la constitution du Texas contient une clause d'application par les citoyens et c'est sur elle que les législateurs ont choisi de s'appuyer. Ce plan d'attaque a bien sûr suscité de nombreuses inquiétudes quant à la possibilité que des tactiques similaires soient utilisées dans d'autres États pour contourner des éléments tels que la protection de la liberté d'expression et le deuxième amendement.

Et au Tennessee, le corps législatif a dû adopter un projet de loi visant à protéger les médecins lors d'une session spéciale COVID-19 cet automne. La raison ? Le conseil médical de l'État a tenté de mettre en place un système permettant aux résidents de dénoncer les médecins pour "diffusion de fausses informations sur les vaccins COVID". L'idée était de leur retirer leur licence médicale. Vous savez, parce que réduire le nombre de médecins pendant une pandémie est une excellente politique publique.

Un regard sur l'histoire

Ces questions sont graves. Comme les défenseurs d'un gouvernement limité l'ont mis en garde depuis un certain temps, l'imbrication du gouvernement et des soins de santé pourrait finalement conduire le gouvernement à déterminer qui bénéficie des soins de santé, quels types de services les médecins peuvent fournir, et à porter atteinte à l'autonomie corporelle des patients. Nous n'avons peut-être pas encore le monopole gouvernemental sur les soins de santé que les progressistes souhaitent désespérément, mais on pourrait dire que nous assistons déjà à bon nombre de ces violations des droits.

Il y a aussi, bien sûr, des violations flagrantes de la liberté d'expression, du marché libre et de la Constitution. Les médecins ne perdent pas le droit d'avoir leur opinion parce qu'ils sont médecins. Le gouvernement n'a absolument aucune autorité pour obliger les entreprises à imposer des décisions en matière de santé à leurs employés. Et que cela vous plaise ou non, l'avortement est la loi du pays jusqu'à ce que la droite puisse rassembler le soutien nécessaire pour renverser Roe v. Wade. Saper l'état de droit en créant un système permettant aux citoyens de se traquer, de se harceler et de se poursuivre en justice n'est pas une façon de conduire une société. Et nous devrions tous frémir en pensant à ce que cela pourrait donner si d'autres États s'appuient sur ce précédent. Les droits pourraient commencer à disparaître très rapidement si nous adoptons une culture dans laquelle les Américains se dénoncent les uns les autres pour de telles violations légales.

C'est peut-être la partie la plus inquiétante de tout : inciter les citoyens à dénoncer leurs voisins.

Livre recommandé par Activist Post : Snitch Culture : Comment les citoyens deviennent les yeux et les oreilles de l'État.

Les gouvernements de l'histoire (y compris le nôtre) ont souvent utilisé cette tactique pour faire appliquer des lois horribles qu'ils n'auraient eu aucune chance de faire respecter sans l'aide de citoyens prêts à vendre leurs semblables.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, par exemple, dans sa conversation au coin du feu du 26 mai 1940, l'ancien président Franklin Delano Roosevelt a insinué que les Américains allemands et italiens étaient probablement des sympathisants nazis et des espions travaillant pour leur pays d'origine et a encouragé les Américains à être "vigilants". Les Américains ont répondu en appelant le FBI avec plus de 2900 rapports de soupçons de sabotage en une seule journée du mois de mai. Selon l'Associated Press, "après Pearl Harbor, plus de 11.000 germano-américains et 120.000 nippo-américains ont été rassemblés et placés dans des camps d'internement pour la durée de la guerre".

Pendant cette même guerre, nous avons bien sûr assisté aux atrocités de l'Holocauste en Allemagne et dans d'autres régions d'Europe. Ces atrocités ont été rendues possibles non seulement par les citoyens complaisants qui les ont laissées se produire, mais aussi par les personnes qui ont rejoint le gouvernement dans ses efforts. Selon le US Holocaust Memorial Museum :

    Au sein de l'Allemagne nazie, de nombreux individus sont devenus des participants actifs ou semi-actifs des politiques raciales et antisémites nazies visant d'abord à l'isolement, l'appauvrissement et l'émigration forcée des Juifs allemands pendant les années 1930, puis pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), à l'anéantissement des Juifs européens. Il s'agit de fonctionnaires effectuant leur "travail normal", tels que les fonctionnaires des finances chargés de traiter l'impôt sur la fortune juive prélevé en 1938 ou d'inventorier les biens saisis à la suite des déportations de guerre ; les employés de bureau qui conservent des dossiers contenant des documents énumérant la "race" ou la "religion" et les adresses utilisées lors des rafles de police ; les enseignants de tous les niveaux d'enseignement dont les cours comportent des contenus racistes et antisémites. Des citoyens ont choisi d'être "impliqués" en dénonçant volontairement leurs collègues et voisins à la police en raison de leurs prétendues transgressions en tant que Juifs, "amis des Juifs", anti-hitlériens ou homosexuels. Les adolescents jouent également un rôle dans de nombreuses communautés lorsqu'ils profitent de leur nouveau pouvoir pour harceler en toute impunité leurs camarades de classe juifs et leurs parents - des adultes auxquels on apprend généralement aux jeunes à s'en remettre - contribuant ainsi à l'isolement du groupe ciblé. De nombreux Allemands ordinaires se sont investis dans la persécution en cours après avoir acquis des entreprises, des maisons ou des biens juifs vendus à prix d'or, ou après avoir bénéficié d'une concurrence commerciale réduite, les Juifs ayant été chassés de l'économie.

D'un point de vue historique, il est facile de voir comment les violations massives des droits de l'homme commencent souvent par la volonté des gens de livrer leurs voisins au gouvernement.

Les Américains souhaitent-ils vraiment adopter ces exemples et celui de la Chine moderne ? Le système de crédit social du parti communiste chinois est un autre exemple de gouvernement autoritaire utilisant la volonté des habitants de se dénoncer les uns les autres pour mettre en place un système de surveillance ridicule. Dans le cadre de ce système, les Chinois sont notés sur la base d'un large éventail d'activités - du non-paiement d'amendes au retard pour prendre un train - et peuvent perdre des "privilèges" de la part de l'État si leur score tombe en dessous d'un certain seuil.

C'est vous qui décidez

Malgré tout son espionnage, sa technologie et le nombre incroyable de personnes qu'il emploie, le grand gouvernement ne pourrait pas fonctionner sans la complaisance et la coopération enthousiaste des gens ordinaires. Il est tout simplement trop grand. Il y a trop de lois. Et la grande majorité du temps, les gens peuvent toujours enfreindre ces lois sans se faire prendre.

C'est pourquoi les gouvernements s'appuient souvent sur des personnes qui font leur travail à leur place - des personnes qui se fient à leurs propres instincts autoritaires et curieux et qui dénoncent volontiers leur voisin pour la moindre infraction.

Nous savons que ce type de personne est répandu dans notre société. Souvent appelé "Karen" dans la pop-culture, nous ne manquons malheureusement pas de ce type de personnalité. Et si nous pouvons nous moquer de leurs pitreries et de leur comportement, le résultat final de leurs actions est rarement drôle. Au contraire, ces individus tuent des gens lors d'interactions avec la police, leur volent leur entreprise et les font licencier à cause de leurs choix personnels en matière de santé.

Comme le disait le politicien romain Tacitus, "Plus l'État est corrompu, plus les lois sont nombreuses." Un simple regard sur le nombre incroyable de lois en vigueur aux États-Unis devrait vous renseigner sur l'état de notre gouvernement. Mais sans notre consentement, notre complaisance, et surtout notre aide, toute cette folie s'arrête. Si nous voulons limiter le gouvernement, nous devons nous engager dans la résistance et refuser d'aider le gouvernement à mener à bien ses injustices.

 

Source : FEE.org

Hannah Cox est responsable du contenu et ambassadrice de marque pour la Fondation pour l'éducation économique.

 

Informations complémentaires :