(Temps de lecture: 13 - 25 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (3 Votes)

J'attendais cette deuxième partie avec impatience, car cette série d'articles de Derrick Broze, nous permettent de dresser rapidement les perspectives que veut nous imposer Davos. Aussi à vous de tout faire pour saboter leur plan, et les expliquer aux autres. Et comme vous allez le voir, dans ces plans foireux pour l'Humanité, on retrouve toujours.... les mêmes.... Personnellement, si on me le demande, j'ai des solutions par rapport à ça, mais je ne peux les donner en public.

Update 15.03.2022 : Jacques Attali et ses sbires mondialistes planifiaient déjà la dépopulation mondiale avec un vaccin (ou autres) dès 1977 (Christine Deviers Joncour)

Amitiés,

f.

Magic Leap

Par Derrick Broze

Avant de lire cet article, nous vous recommandons de lire la première partie : Une vision dystopique de l'avenir

Alors que le Forum économique mondial annonce la nécessité d'un "Grand récit" pour unir les gens autour de leurs idéaux technocratiques, le public apprend que le WEF et ses partenaires ont l'intention de construire un monde virtuel dystopique connu sous le nom de Metaverse.

À la mi-novembre, Klaus Schwab, président exécutif du Forum économique mondial, s'est assis avec Mohammad Abdullah Al Gergawi, ministre des Affaires du Cabinet des Émirats arabes unis, pour annoncer le lancement du Grand récit. Cette annonce représente la prochaine phase du programme "Great Reset" du WEF.

"Nous sommes ici pour développer le Grand récit, une histoire pour l'avenir", a déclaré Schwab lors d'un panel intitulé "Narrating the Future". "Nous sommes réunis aujourd'hui pour élaborer un grand récit ; une histoire pour l'avenir". Je cite Son Altesse le cheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum, vice-président et Premier ministre des Émirats arabes unis, et dirigeant de Dubaï, lorsqu'il a déclaré : "L'avenir appartient à ceux qui peuvent l'imaginer, le concevoir et l'exécuter. Nous sommes ici maintenant pour imaginer l'avenir, le concevoir, puis l'exécuter."

L'un des sujets brûlants abordés lors du lancement de The Great Narrative était la quatrième révolution industrielle (4IR).

La 4IR est un projet de Klaus Schwab qui a été annoncé pour la première fois en décembre 2015. La 4IR est le panopticon numérique du futur, où la surveillance numérique est omniprésente, et où l'humanité utilise la technologie numérique pour modifier nos vies. Souvent associé à des termes tels que l'"Internet des objets", l'"Internet des corps", l'"Internet des humains" et l'"Internet des sens", ce monde disposera de la technologie 5G et 6G alimentant des villes intelligentes où les emplois et les tâches habituellement effectués par les humains sont gérés par l'intelligence artificielle et les robots. Dans cette vision, l'humanité est également étiquetée avec une technologie portable qui interagit avec l'IA et les villes intelligentes.

Bien sûr, pour Schwab et d'autres mondialistes, le 4IR se prête également à une planification plus centrale et à un contrôle descendant. L'objectif est une société de suivi et de traçabilité où toutes les transactions sont enregistrées, où chaque personne possède une identité numérique qui peut être suivie, et où les mécontents sont exclus de la société grâce à des scores de crédit social.

Le Metaverse est un autre sujet abordé à The Great Narrative. Les concepts de la Quatrième révolution industrielle et du Metaverse sont inextricablement liés. Cet article est une brève exploration du concept et des entreprises qui tentent de donner vie à cet univers virtuel.

Comprendre le Metaverse

La grande majorité du public n'a pris conscience de ce terme que récemment, suite à l'annonce du changement de nom de Facebook en Meta, une ode au désir de Mark Zuckerberg de faire évoluer l'Humanité vers le monde virtuel connu sous le nom de Metaverse.

En juillet, Mark Zuckerberg a expliqué ses plans pour le Metaverse dans une interview avec The Verge, déclarant qu'il imagine un avenir où les gens portent des lunettes ou des lentilles de contact qui montrent une réalité virtuelle où ils peuvent interagir avec leurs amis et l'environnement.

"Je pense que si nous pouvons aider à construire le prochain ensemble de plateformes informatiques et d'expériences à travers cela d'une manière qui est plus naturelle et nous permet de nous sentir plus présents avec les gens, je pense que ce sera une chose très positive", a déclaré Zuckerberg à The Verge. Il a également expliqué que pour lui, "le Metaverse n'est pas seulement la réalité virtuelle", mais plutôt un "environnement persistant et synchrone où nous pouvons être ensemble" en utilisant la réalité virtuelle, la réalité augmentée, le PC, les appareils mobiles et les consoles de jeu. Zuckerberg espère que le Metaverse ne sera pas seulement "une sorte d'hybride entre les plateformes sociales que nous voyons aujourd'hui, mais un environnement dans lequel vous êtes incarné".

À peu près au même moment où Zuckerberg a fait ses déclarations, Sheryl Sandberg, PDG de Facebook, a déclaré au New York Times qu'elle espérait qu'un jour, "les gens organiseront des services religieux dans des espaces de réalité virtuelle" et "utiliseront la réalité augmentée comme outil éducatif pour enseigner à leurs enfants l'histoire de leur foi."

Alors que l'on parle beaucoup du changement de nom et du potentiel de ce que pourrait être le Metaverse, l'origine du nom vient du roman populaire de science-fiction Snow Crash. Dans Snow Crash, le personnage principal, Hiro Protagonist, évolue dans un paysage futuriste où les gens entrent et sortent d'un univers alternatif composé de réalité augmentée et de réalité virtuelle.

Si Snow Crash n'est pas le premier ou le seul roman à imaginer une réalité alternative où les humains utilisent la technologie pour interagir avec un monde virtuel et le monde physique augmenté par des affichages tête haute, Snow Crash a été le premier à utiliser le terme Metaverse. Extrait de Snow Crash :

    "Donc Hiro n'est pas du tout ici. Il se trouve dans un univers généré par ordinateur que ce dernier dessine sur ses lunettes et envoie dans ses écouteurs. Dans le jargon, cet endroit imaginaire est connu sous le nom de Metaverse. Hiro passe beaucoup de temps dans le Metaverse."

Malgré les promesses utopiques des dirigeants de Meta, les plans de Zuckerberg visant à faire passer le public de la réalité réelle à une réalité virtuelle simulée ont fait l'objet de nombreuses critiques. Tom Valovic, de CounterPunch, a décrit les plans du Metaverse de la manière suivante :

    "Je tiens à ne pas mâcher mes mots pour décrire ce qu'est réellement ce coup technologique : rien de moins qu'une tentative de fabriquer une autre "réalité" que la réalité physique dans laquelle nous vivons actuellement. Cette nouvelle réalité n'est accessible, bien sûr, qu'aux clients payants et à ceux qui sont en mesure de la comprendre et de la payer. C'est une technologie conçue par les élites et pour les élites et qui laisse implicitement derrière elle une grande partie de l'humanité."

    "Le Metaverse semble faire partie d'un effort plus large pour mettre en œuvre une gouvernance technocratique et s'accorde parfaitement avec l'agenda du Forum économique mondial (WEF). Cette organisation est le porte-parole officiel de la classe milliardaire.

    La première vague du nouveau caractère invasif du transhumanisme viendra des dispositifs dits "portables", c'est-à-dire les bandeaux, les lunettes de réalité virtuelle, les accessoires corporels, les implants cutanés et autres. La phase suivante consistera à tenter de connecter physiquement nos corps à une réalité alternative électronique où la vie privée et l'autonomie individuelle seront inexistantes."

Valovic a raison dans son estimation de la vision du WEF. Pour la classe milliardaire et ses organisations fantoches, comme le WEF et les Nations Unies, le Metaverse offre la possibilité de réquisitionner toute vie dans des prisons numériques où les gens peuvent être facturés pour des services et des produits dans le domaine numérique. En outre, le public sera probablement nourri de l'idée qu'être dans le Metaverse est meilleur pour la planète, ou qu'il n'y a pas de virus à craindre dans le Metaverse. Bien sûr, la possibilité qu'un virus numérique infecte le matériel et les logiciels du Metaverse - ainsi que les esprits qui y sont connectés - est plus que terrifiante.

Si l'on comprend les véritables plans et intentions de ceux qui poussent l'Humanité vers le Metaverse, il n'est pas difficile d'imaginer un monde qui ressemble à celui du film hollywoodien de 2009, Surrogates. Dans ce film, Bruce Willis joue le rôle d'un agent du FBI qui enquête sur un décès impliquant un substitut, un avatar humanoïde dans lequel les gens choisissent de vivre plutôt que dans leur propre corps. Alors que dans Surrogates, l'avatar est un être physique alternatif, dans le Metaverse, l'avatar est un être numérique. Quoi qu'il en soit, le résultat final est que la plupart des gens choisissent de vivre dans leurs substituts plutôt que dans leurs vrais corps humains. Est-ce ce que nous verrons avec le Metaverse ? L'avenir nous le dira.

Si les technocrates parviennent à leurs fins, nous aurons un monde physique composé de villes intelligentes où vous ne posséderez rien et serez heureux, la vie privée et l'individualité faisant partie du passé. Les villes intelligentes pourront potentiellement enfermer les gens dans leurs maisons et fermer les services essentiels pendant les périodes de confinements climatique ou les poussées de la dernière variante du COVID. Pendant ce temps, dans votre maison intelligente, vous pourriez ignorer les problèmes du monde physique en portant des lunettes, des lentilles de contact ou, éventuellement, un implant qui vous branche directement dans le Metaverse.

Une fois les habitants du monde bien calés dans leur lit numérique, les technocrates pourraient achever leur prise de contrôle totale des ressources naturelles, de l'économie et de l'humanité elle-même.

Donner vie au Metaverse

Bien que Meta soit considérée comme la force motrice de la création du Metaverse, elle n'est pas la seule entreprise à travailler sur cette vision. Comme l'a récemment noté CBS, il y a "5 entreprises qui construisent notre avenir en réalité virtuelle". En plus de Meta, Google, Microsoft, Apple, Valve et Magic Leap contribuent à ce cauchemar potentiellement dystopique.

Si la plupart de ces noms sont bien connus du commun des mortels, Magic Leap est une entreprise avec laquelle nous devrions nous familiariser davantage. Il est fort probable que Magic Leap joue un rôle majeur dans l'introduction du Metaverse dans le monde de l'entreprise, puis, ils l'espèrent, dans l'adoption massive par les consommateurs. Si la société est moins connue des consommateurs, elle a suffisamment de poids pour attirer des conseillers comme Neal Stephenson, l'auteur de Snow Crash. En fait, Stephenson est le "Futuriste en chef" de Magic Leap, où il peut désormais travailler avec le secteur technologique pour donner vie à son concept de Metaverse.

Magic Leap a été fondé en 2010 dans le but d'apporter la réalité augmentée et la réalité virtuelle aux masses. En 2017, Magic Leap a lancé ses "lunettes de réalité mixte" dans l'espoir de lancer enfin l'Humanité dans le Metaverse. Cependant, comme pour la plupart des tentatives précédentes - Occulus Rift de Facebook, Google Glass et HoloLens de Microsoft - le concept n'a pas été couronné de succès.

Magic Leap n'a pas répondu aux attentes au cours de la dernière décennie et il a été rapporté qu'entre fin 2019 et juin 2020, la valorisation de l'entreprise a chuté de 6,4 milliards de dollars à 450 millions de dollars, soit une perte de 93%. De l'avis général, Magic Leap était un échec.

Puis, en octobre 2021, Magic Leap a levé 500 millions de dollars auprès d'une source non identifiée. Magic Leap déclare que cet investissement aidera l'entreprise à se concentrer sur la fourniture des "meilleures solutions de réalité augmentée (AR) de sa catégorie", notamment le Magic Leap 2 d'ici 2022. Peggy Johnson, PDG de Magic Leap, a déclaré que cet investissement était "une étape importante pour faire avancer la mission de Magic Leap, qui est de transformer notre façon de travailler."

Peggy Johnson elle-même fait également partie du rebranding de Magic Leap. Elle a rejoint l'entreprise en tant que PDG actuel en août 2020 avec pour objectif d'"accélérer le passage de l'entreprise vers le marché des entreprises" après l'échec de l'acceptation des consommateurs. Johnson a déclaré que Magic Leap se concentrera désormais sur "la construction d'une entreprise robuste dans des secteurs allant de la santé et de la fabrication à la défense et au secteur public."

Les précédents employeurs de Mme Johnson donnent un aperçu de son expérience et de ses relations. Avant de rejoindre Magic Leap, elle a été vice-présidente exécutive du développement commercial chez Microsoft de septembre 2014 à août 2020. Dans son rôle chez Microsoft, elle semble avoir été l'une des principales personnes impliquées dans le partenariat de Microsoft avec le projet ID2020, étant notamment citée sur la première page du site Web d'ID2020.

Le projet ID2020 est une tentative de créer une identification numérique pour chaque personne sur la planète. Les partenaires du projet ID2020 sont Microsoft, GAVI (financé par la Fondation Bill et Melinda Gates) et la Fondation Rockefeller. C'est pendant le mandat de Johnson chez Microsoft qu'un partenariat officiel avec le projet ID2020 a été annoncé lors du Forum économique mondial en 2018. En faisant cette annonce, Johnson a également noté : "C'est l'été dernier que Microsoft a fait un premier pas, en collaborant avec Accenture et Avanade sur un prototype d'identité basé sur la blockchain sur Microsoft Azure."

Il est intéressant de noter que Peggy Johnson siège actuellement au conseil d'administration de BlackRock, un poste qu'elle occupe depuis mars 2018. BlackRock a été sous le feu des critiques l'année dernière pour ses investissements immobiliers, mais aussi pour son action dans Moderna, Inc.

Le fait que Johnson ait une expérience de travail avec des entreprises comme Microsoft, BlackRock, le WEF, ID2020 et d'autres acteurs majeurs du programme The Great Reset est probablement l'une des raisons pour lesquelles elle a été choisie pour aider à inaugurer le Metaverse.

Les déclarations de Mme Johnson lors d'interviews récentes donnent un aperçu de sa propre réflexion sur le concept de réalité virtuelle et augmentée. Sur sa page LinkedIn, elle a récemment évoqué sa première année en tant que PDG de Magic Leap.  "Il y a un an, au milieu d'une pandémie mondiale, j'ai rejoint Magic Leap en tant que PDG, inspirée par la vision de l'entreprise qui consiste à amplifier le potentiel humain grâce au pouvoir de la réalité augmentée (RA)", a écrit Mme Johnson.

Mme Johnson explique ensuite comment Magic Leap prévoit de conquérir d'abord l'environnement de travail des entreprises, avant de s'attaquer à la technologie grand public. Elle présente quelques-unes des entreprises avec lesquelles Magic Leap s'est associé :

    "Nous nous sommes associés à Ericsson pour améliorer les processus de travail dans les usines, en augmentant l'efficacité et la collaboration. Les ophtalmologistes de Heru ont utilisé notre technologie pour développer une solution de réalité augmentée pour les examens de la vue, remplaçant une machine de diagnostic coûteuse et encombrante par un outil de diagnostic de la vue plus abordable. Et Farmers Insurance a récemment utilisé Magic Leap pour former à distance des experts en sinistres nouvellement embauchés pendant la pandémie, éliminant ainsi la nécessité de voyages taxant l'environnement."

Dans une interview de février 2021, Johnson s'est également exprimé du bout des lèvres sur le "capitalisme des parties prenantes", un élément clé du programme Great Reset du WEF. "Ce n'est pas parce que nous sommes une petite entreprise que nous ne pouvons pas respecter les principes autour du capitalisme des parties prenantes", a déclaré au podcast Leadership Next.

Quelques jours avant la publication de cet article, Peggy Johnson a pris la parole au Web Summit et a révélé quelques détails supplémentaires sur les projets de Magic Leap. Johnson a déclaré à l'audience que nous sommes déjà dans les premières étapes du Metaverse. Selon Johnson, à mesure que les mondes physique et numérique fusionnent en un seul, les gens pourraient moins prendre l'avion et moins participer à la réalité physique, en général.

"Vous vous souvenez de l'époque où les médecins n'utilisaient pas la RA pour vous opérer ?", prétend Johnson, quelqu'un pourrait demander. "Vous ne voudrez pas de cette ancienne expérience, vous ne voudrez de cette nouvelle expérience que parce qu'elle sera si exacte et précise."

Lors du Web Summit, Johnson a déclaré que, pour elle, l'objectif était de "nous libérer" du fait de regarder nos écrans vers le bas, et que les utilisateurs regardent plutôt le monde qui les entoure. Cependant, malgré le fait que de nombreux partisans du Metaverse poussent à une immersion totale dans la réalité virtuelle et augmentée, Johnson a affirmé que ce n'était pas son objectif. "Je ne veux pas vivre dans un monde totalement occulté où je pénètre dans un autre monde pendant des heures", a-t-elle déclaré. "Je veux vivre dans mon monde physique et avoir ce monde augmenté pour moi. C'est là où je pense que nous allons et c'est la vraie promesse du Metaverse."

Si Johnson elle-même n'a peut-être pas l'intention de faire du Metaverse une réalité globale qui supplante la réalité physique, c'est exactement ce que les Zuckerberg, Microsofts et WEF du monde entier souhaitent pour le Metaverse.

La toile des technocrates qui travaillent à la construction de cette réalité devrait être une cause d'alarme pour tout esprit pensant. Meta, Microsoft, Google, Apple, le Forum économique mondial, Amazon et d'autres ont absolument l'intention de combler le fossé entre la réalité virtuelle et la réalité physique. Le Metaverse sert leur vision ultime de dominer l'humanité via la technologie numérique et d'effacer la vie privée et l'individualité.

La seule chose qui s'oppose à cette dystopie technocratique, ce sont les cœurs et les esprits libres du monde. Nous devons rejeter cet effort et nous efforcer plutôt de nous reconnecter au monde physique qui nous entoure. Alors que les technocrates ont tenté d'utiliser le COVID-19 comme une méthode pour couper les liens humains afin que nous ayons envie de quelque chose qui ressemble au Metaverse, nous devons dépasser cette propagande et nous reconnecter à nos semblables et à l'abondante nature. Il est temps de se battre pour notre humanité avant que la classe des prédateurs n'abolisse complètement notre lien physique entre nous et avec la planète.

Derrick Broze, rédacteur pour The Last American Vagabond, est journaliste, auteur, conférencier et activiste. Il est le co-présentateur de Free Thinker Radio sur 90.1 Houston, ainsi que le fondateur de The Conscious Resistance Network & The Houston Free Thinkers.

https://www.thelastamericanvagabond.com/category/derrick-broze/

 

Source : The Last American Vagabond

 

Informations complémentaires :