Le Pentagone traque Julian Assange, le fondateur insoumis de Wikileaks, afin de museler son site

(Temps de lecture: 3 - 6 minutes)
0.0 of 5 (0 Votes)

 

L'éternel problème du pot de terre contre le pot de fer. Le moins que l'on puisse faire c'est de médiatiser l'affaire, afin que le sort de Bradley Manning et Julian Assange ne passe pas inaperçu... surtout après ce qu'ils ont fait pour nous informer...

Des hommes valeureux qui veulent que les choses enfin changent, qui défient même le Pentagone et la Maison Blanche, cela existe !  

Le soldat Bradley Manning a déclaré avoir transmis des câbles diplomatiques à des pirates informatiques, ainsi que la vidéo des troupes américaines tuant des Irakiens (vidéo sur site)


Interview de Julian Assange

guardian.co.uk, Vendredi 11 Juin 2010 19.02 BST

 Chris McGreal  à Washington      

l'histoire de l'article- Vidéo ici : Les images  Wikileaks d'une attaque d'hélicoptères Apache qui ont tué des civils en Irak .


Collateral Murder

 

Les responsables américains sont à la recherche de Julian Assange, le fondateur de Wikileaks dans une tentative de faire pression sur lui afin de ne pas publier des milliers de documents confidentiels et potentiellement extrêmement embarrassants, et des câbles diplomatiques qui offrent des évaluations non filtrées des gouvernements du Moyen-Orient et de leurs dirigeants.

The Daily Beast, une communication des nouvelles des États-Unis et le site Web d'opinion, a indiqué que Les enquêteurs du Pentagone tentent de traquer Julian Assange - Un citoyen australien qui se déplace fréquemment entre les pays - après l'arrestation d'un soldat américain la semaine dernière qui est présumé avoir donné à un pirate informatique du site une vidéo classée des troupes américaines tuant des civils à Bagdad.

Le soldat, Bradley Manning, a affirmé également avoir donné à Wikileaks 260.000 pages de documents confidentiels de câbles diplomatiques et des évaluations des Renseignements Secrets.

Les autorités américaines craignent que leur divulgation puisse "causer des dommages graves à la sécurité nationale", dit le Daily Beast, qui est publié par Tina Brown, ancien rédacteur en chef de Vanity Fair et la Nouvelle-magazine Yorker.

Manning, 22 ans, a été arrêté en Irak le mois dernier après avoir été remis aux autorités américaines par un ancien pirate informatique, Adrian Lamo, qui se vantait de la fuite de la vidéo et des documents.

En tant que spécialiste du renseignement de l'armée américaine, Manning a eu accès aux plans des champs de bataille en Afghanistan et en Irak, aussi bien qu’un vrai diplomate à l’intérieur des gouvernements du Moyen-Orient. 

Dans un de ses messages à Lamo, obtenu par le magazine Wired, Manning a déclaré :

"Hillary Clinton et plusieurs milliers de diplomates du monde entier vont avoir une crise cardiaque quand ils se réveilleront un matin et trouveront un répertoire entier de la politique étrangère classé et disponible."

Bien qu'il soit probable que Wikileaks ait enfreint les lois américaines et ait déchiffré la vidéo en provenance de Bagdad et la publication de documents secrets, le ton du fonctionnaire américain qui a parlé au Daily Beast sonnait plus désespéré que menaçant : "Nous aimerions savoir où il est, nous aimerions sa coopération dans ce domaine,"a dit le fonctionnaire; 

Il est vrai qu’en tout cas, nous ne savons pas clairement quelles sont les mesures juridiques que les responsables américains pourraient utiliser pour empêcher la publication des câbles. Assange a créé tout un tissu de protection - avec des serveurs dans plusieurs pays, notamment la Suède, qui a des lois fortes protégeant les whisteblowers

La réponse de Wikileaks à cette nouvelle des Américains tentant de traquer Assange, lue sur Twitter, est que "tout signe d'un comportement inacceptable du Pentagone ou de ses agents envers cette presse n’en obtiendra qu’un faible écho," a-t-il dit. 

Après que Manning ait été arrêté, Wikileaks a déclaré dans un message Twitter : les allégations que "nous avons envoyé 260.000 câbles classés à l’ambassade américaine sont, autant que nous pouvons le dire, incorrectes».

Avant son arrestation, Manning a dit à Lamo, qu’il était d’une part motivé à céder la vidéo et les documents, ce afin qu’ils soient classés au regard de l’autre face de l’injustice... 

Les messages de Manning, obtenus par Wired, révélaient que 15 Irakiens étaient arrêtés par la police irakienne pour des affiches "anti-irakienne" dénonçant simplement une évaluation de la corruption du gouvernement.

«J'ai immédiatement pris cette information et couru au bureau  de l'armée (des États-Unis) expliquer à l’agent ce qui se passait. Il ne voulait pas entendre tout cela :

 "Il m'a dit de me taire et d'expliquer comment nous pourrions aider la police irakienne à trouver plus de détenus", a écrit Manning.

"Tout a commencé à déraper après çà et j'ai vu les choses différemment. Je m'étais toujours demandé comment les choses avançaient et quelle était l'avancée des investigations pour parvenir à la vérité." Mais je me suis trouvé alors si activement impliqué dans quelque chose à quoi j'étais complètement opposé. 

Le Pentagone a refusé de commenter le contenu des documents classés.


Source : Mediapart



La force de conviction c'est ce qui fait des fois la différence...


Folamour,