Les Britanniques au régime minceur

(Temps de lecture: 2 - 3 minutes)
0.0 of 5 (0 Votes)

image_britain.jpg

Après avoir imprimés des centaines de milliards de livres l'addition promet d'être salée pour nos amis Britanniques

Le gouvernement britannique a annoncé lundi une baisse de 6,2 milliards de livres (7,2 mds euros) de dépenses publiques

Cette mesure est la première d'un vaste mouvement de réduction du déficit public d'Albion, dont la mise en oeuvre devrait intervenir à l'automne.


Le chancelier de l'Echiquier, G. Osborne (à gauche), et le secrétaire d'Etat au Trésor, D. Laws (à droite), le 24-5-2010

AFP - Dan Kitwood - WPA POOL

Tous les ministères sont concernés, à l'exception de la santé, la défense et l'aide au développement.

Le nombre de "quangos" (quasi organisations non gouvernementales), organismes
para-publics qui s'étaient multipliés sous les travaillistes et qui sont présentés par beaucoup comme du gaspillage, sera fortement réduit.

Des coupes sombres sont à prévoir dans les services informatiques, mais aussi dans les approvisionnements. La seconde classe prendra le pas sur la première classe dans les déplacements des officiels, et la marche à pied sera conseillée si cela s'avère possible. Le Trésor aurait identifié une manne d'économies potentielles dans la facture "déplacements" des ministères, qui atteint 3 milliards de livres chaque année, dans les dépenses publicitaires du gouvernement (1 milliard de livres par an) et de fournitures de bureau (580 millions)
Les recrutements sont gelés.

Les précisions de la presse

Le Sunday Times a estimé qu'entre 300 000 et 700 000 emplois devraient disparaître dans les ministères et services publics dans les prochaines années.

Selon la presse, le ministère du Commerce serait l'un des plus sévèrement touchés avec 900 millions de livres d'économies prévues, tandis que 200 millions proviendraient de coupes dans le financement des universités.  


Côté recettes, l'Independent on Sunday croit savoir que le budget du 22 juin prévoierait de ponctionner 8 milliards de livres sur les banques, par le biais de nouvelles taxes ce qui "est presque trois fois supérieur au projet d'origine".

La philosophie du projet

En un mot, il s'agit d'"envoyer une onde de choc" dans les ministères, et d'instaurer "des contrôles draconiens" sur les dépenses, a résumé lors d'une conférence de presse commune avec le chancelier de l'Echiquier (ministre de l'Economie), George Osborne, le secrétaire d'Etat au Trésor David Laws, rallié comme le reste des libéraux démocrates à ces mesures de rigueur.

"C'est la première fois que ce gouvernement annonce des décisions difficiles sur les dépenses publiques", et "ce n'est pas la dernière", a reconnu George Osborne. Ce premier train de mesures sera en effet suivi de l'annonce le 22 juin d'un nouveau budget pour l'année fiscale qui s'achève fin mars 2011, puis à l'automne par une revue complète des dépenses publiques. Le ministre a remarqué que le Royaume-Uni était, parmi les 27 pays de l'UE, "celui qui a le plus gros déficit", avec 156,1 milliards de livres sur l'année budgétaire achevée fin mars, soit 11,1 % de son PIB.

La résorption du déficit public abyssal est une priorité du gouvernement et une "grande partie" des économies prévues y sera affectée.


Source : France 3

Informations complémentaires :

Le Parisien : Le gouvernement britannique donne un premier coup de hache dans les dépenses
Le NouvelObs :
Le gouvernement britannique détaille le plan d'austérité
Tsr.ch :
Le gouvernement britannique a présenté les détails du plan d'austérité de 6,2 milliards de livres