(Temps de lecture: 9 - 17 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (6 Votes)

Au cours de l'été 2020, une discussion critique a failli éclater entre les progressistes d'une part, qui étaient catégoriques sur le fait que si "une seule vie" pouvait être sauvée grâce à un verrouillage économique généralisé et omniprésent, il était impératif pour tout le monde de mettre l'économie à plat, et d'autre part, les pragmatiques, des penseurs rationnels qui ont fait valoir que le coût économique de ces verrouillages finirait par être bien plus élevé que le coût humain immédiat en termes de vies perdues, d'autant plus que les vies touchées seraient bien plus jeunes que les victimes potentielles du covid 19, dont la plupart ont 70 ou 80 ans. Le stratège du crédit de la Deutsche Bank, Jim Reid, l'a bien résumé comme suit :

    ... si le coronavirus n'a pratiquement pas entraîné de surmortalité dans les cohortes d'âge les plus jeunes, ce sont les couches les plus jeunes de la société qui sont le plus touchées par les fermetures économiques qui ont entraîné des dizaines de millions de chômeurs milléniaux.

M. Reid a ensuite affirmé que puisque "ce sont les jeunes qui souffriront le plus de l'impact économique du Covid-19 pendant de nombreuses années à venir, nous nous demandons comment l'histoire jugera la réponse mondiale". À cela, cependant, nous avons répondu que puisque la crise économique résultant du Covid-19 a contribué à anéantir les chances de réélection de Donald Trump et a également déclenché une véritable manne financière pour la monnaie hélicoptère ainsi que la plus grande série de renflouements d'entreprises insolvables et zombies de l'histoire, "nous sommes convaincus que le tsunami du risque moral mondial - qui laissera des dizaines de millions de jeunes travailleurs sans emploi - permettra aux banquiers centraux de dormir sur leurs deux oreilles".

Malheureusement, comme nous l'avons dit en haut lieu, cette discussion a "presque" eu lieu, même si elle n'a finalement pas eu lieu parce qu'à chaque fois qu'une tentative de discours rationnel émergeait, elle était rapidement et violemment réprimée par les armées de transmetteurs de la vertu qui étaient également incités financièrement à maintenir le statu quo de verrouillage (comme les banquiers) et qui s'en remettraient instantanément aux "scientifiques" comme étant la seule classe d'experts qui mérite d'émettre un avis sur le débat critique de "l'excès de décès par maladie maintenant" par rapport à "l'excès de décès par suite d'arrêts économiques plus tard".

Eh bien, avec un an de retard environ, des scientifiques de Duke, Harvard et Johns Hopkins ont finalement rédigé un article qui pourrait bien choquer tous les partisans de la vertu, car sa conclusion est stupéfiante : en bref, le document de travail du NBER ("The Long-Term Impact Of The Covid-19 Unemployment Shock On Life Expectancy And Mortality Rates") constate que si environ 400.000 décès liés au covid ont été enregistrés jusqu'à présent (au milieu d'un débat approfondi sur ce qu'est un "décès lié au covid", puisque même les victimes d'accidents sont comptabilisées comme des victimes du covid),  sans parler des dizaines de milliers d'autres personnes souffrant de comorbidités terminales), les implications économiques à long terme des confinements liés au covid sont désastreuses, ce qui entraîne un chômage lié à la COVID-19 "qui est entre 2 et 5 fois plus important que le choc de chômage typique" et se traduit par un "3.0% d'augmentation du taux de mortalité et une baisse de 0,5% de l'espérance de vie au cours des 15 prochaines années pour l'ensemble de la population américaine".

En fin de compte, comme le constatent les scientifiques Bianchi et Song...

    Pour l'ensemble de la population, l'augmentation du taux de mortalité suite à la pandémie COVID-19 implique une augmentation stupéfiante de 0,89 et 1,37 million de décès supplémentaires au cours des 15 et 20 prochaines années, respectivement.

C'est mauvais ; là où la situation est encore pire pour les progressistes du monde entier, c'est la conclusion du rapport selon laquelle le "choc touchera de manière disproportionnée" les femmes, en particulier d'origine hispanique, les Afro-Américains, les personnes nées à l'étranger, les adultes moins éduqués et les personnes âgées de 16 à 24 ans - en bref toutes les classes raciales et sociales qui sont la préoccupation première des "progressistes" - alors que "les hommes blancs pourraient subir de lourdes conséquences à plus long terme" (nous doutons que les progs s'en préoccupent trop).

En bref, tout le monde sera touché par les confinements liés au covid, les Noirs, les Hispaniques et les femmes en premier, puis les hommes blancs pendant une période beaucoup plus longue. Et, dans le processus, près d'un million de décès supplémentaires auront lieu, qui n'auraient pas eu lieu autrement.

Nous nous demandons comment ces mêmes progressistes, qui ont exigé un blocage économique total - parce que c'est la seule façon de sauver ne serait-ce qu'une seule vie - vont se sentir maintenant que les scientifiques déclarent explicitement que leurs politiques préférées vont entraîner près d'un million de décès supplémentaires simplement à cause des fermetures économiques. Ou, comme Reid l'avait déjà prévenu en juillet 2020 - quand personne ne s'était donné la peine d'écouter - "les jeunes seront ceux qui souffriront le plus de l'impact économique du Covid-19 pendant de nombreuses années, nous nous demandons comment l'histoire jugera la réponse mondiale".

Voici quelques détails supplémentaires tirés du document du NBER :

    Si le compromis entre l'endiguement de la pandémie de COVID-19 et l'activité économique a été analysé à court terme, il n'existe actuellement aucune analyse concernant l'impact à long terme de la récession économique liée au COVID-19 sur la santé publique. De plus, la plupart des documents qui s'intéressent à la relation entre la pandémie COVID-19 et l'activité économique soutiennent, à juste titre, que les mesures de confinement peuvent sauver des vies au prix d'une réduction de l'activité économique, mais ils n'envisagent pas la possibilité qu'une grave détresse économique puisse également avoir des conséquences importantes sur le bien-être humain (Gordon et Sommers (2016) et Ruhm (2015). Cette lacune s'explique sans doute par le fait que les modèles macroéconomiques actuels ne tiennent pas compte de la possibilité que l'activité économique puisse affecter les taux de mortalité des agents de l'économie.

Ce qui montre simplement à quel point la macroéconomie en tant que soi-disant "science" est idiote, car si les économistes sont vraiment déconcertés par cette "lacune", ils devraient peut-être se pencher sur les millions de petites entreprises et de travailleurs des services au chômage qui resultent de la crise du covid. Quoi qu'il en soit, poursuivons le document :

    Entre fin mars-début avril, la plupart des États américains ont imposé des confinements et des fermetures d'entreprises, ce qui a entraîné une fermeture généralisée des entreprises. Le taux de chômage est passé de 3,8% en février 2020 à 14,7% en avril 2020, avec 23,1 millions d'Américains au chômage.  Malgré une baisse à 6,7% en novembre 2020, le taux de chômage moyen sur l'année est comparable au taux de chômage de 10% au plus fort de la Grande Récession de 2007-2009 et il est proche du maximum historique de l'après-guerre atteint au début des années 1980 (10,8%). Il est important de noter que les pertes d'emploi liées à la COVID-19 touchent de manière disproportionnée les femmes, en particulier celles d'origine hispanique, les Afro-Américains, les personnes nées à l'étranger, les adultes moins éduqués et les personnes âgées de 16 à 24 ans.  En fait, le taux de chômage sous-estime l'ampleur de la contraction économique car de nombreux travailleurs potentiels ont abandonné la main-d'œuvre (en particulier les femmes).

Nous avançons rapidement à la conclusion :

    Les effets à long terme de l'augmentation du chômage liée à la COVID-19 sur le taux de mortalité aux États-Unis n'ont pas été caractérisés dans la littérature. Ainsi, dans un dernier temps, nous calculons une estimation de l'excès de décès associé au choc du chômage COVID-19. Cela correspond à la différence entre le nombre de décès prévus par le modèle avec et sans le choc du chômage observé en 2020. Pour l'ensemble de la population, l'augmentation du taux de mortalité suite à la pandémie COVID-19 implique une surmortalité stupéfiante de 0,89 et 1,37 million de décès au cours des 15 et 20 prochaines années, respectivement.

    Ces chiffres correspondent à 0,24% et 0,37% de la population américaine projetée aux horizons de 15 et 20 ans, respectivement. Pour les Afro-Américains, nous estimons à 180.000 et 270.000 le nombre de décès excédentaires au cours des 15 et 20 prochaines années, respectivement. Ces chiffres correspondent à 0,34% et 0,49% de la population afro-américaine projetée aux horizons de 15 et 20 ans, respectivement. Pour les Blancs, nous estimons à 0,82 et 1,21 million le nombre de décès excédentaires au cours des 15 et 20 prochaines années, respectivement. Ces chiffres correspondent à 0,30% et 0,44% de la population blanche projetée aux horizons de 15 et 20 ans, respectivement. Ces chiffres sont répartis à peu près également entre les hommes et les femmes.

Et la pièce de résistance accablante que tout signal de vertu s'empressera de brûler avant de lire.

    Dans l'ensemble, nos résultats indiquent que, sur la base des données historiques, la pandémie de COVID-19 pourrait avoir des conséquences durables sur la santé humaine par son impact sur l'activité économique. Nous interprétons ces résultats comme une forte indication que les décideurs politiques devraient prendre en considération les graves conséquences à long terme d'une récession économique d'une telle ampleur sur la vie des gens lorsqu'ils délibèrent sur les mesures de reprise et de confinement liées au COVID-19. Il ne fait aucun doute que les confinements sauvent des vies, mais ils contribuent également au déclin de l'activité réelle qui peut avoir de graves conséquences sur la santé. Les décideurs politiques devraient donc envisager de combiner les mesures de confinement avec des interventions politiques destinées à réduire la détresse économique, à garantir l'accès aux soins de santé et à faciliter une réouverture économique efficace dans le cadre des politiques de soins de santé afin de limiter la propagation du SRAS-CoV-19.

Il va sans dire que plus les mesures de confinement se prolongeront, plus le nombre de décès ne fera qu'augmenter, quelles que soient les races et les classes sociales.

Mais attendez, il y a encore plus !

Comme nous l'avons signalé la semaine dernière, une nouvelle étude de Stanford, revue par des pairs, a remis en question l'efficacité des confinements et des ordonnances de rester à la maison (qu'elle appelle NPI, ou interventions non pharmaceutiques) pour combattre le Covid-19. L'auteur principal de l'étude (un professeur associé du département de médecine de Stanford), a constaté que "l'étude n'a pas trouvé de preuves pour soutenir que les NPI étaient efficaces pour prévenir la propagation" et que "nous ne trouvons pas de preuves solides soutenant un rôle pour des NPI plus restrictifs dans le contrôle de la COVID au début de 2020".

Alors, les politiques précipitées des États de gauche en réponse à la pandémie - pour déclencher de vastes blocages, écraser les économies et déclencher un chômage et une pauvreté de masse conduisant à une augmentation des décès dus au désespoir - ont-elles vraiment donné des résultats ? En bref, la réponse est non...

Confinements Usa

... alors que la réponse plus longue que nous connaissons maintenant grâce au rapport NBER, est oui : ils ont considérablement aggravé la situation des Afro-Américains, des Hispaniques et des femmes (et oui, même des hommes blancs) pendant au moins les deux prochaines décennies.

En d'autres termes, si les mesures de confinement n'ont peut-être même pas conduit à une amélioration tangible de l'arrêt de la propagation du covid, elles entraîneront certainement des centaines de milliers, voire des millions, de décès supplémentaires au cours de la prochaine décennie.

Ce qui soulève la question suivante : maintenant que des "scientifiques respectés" ont enfin quantifié le nombre "stupéfiant" de décès supplémentaires résultant des mesures de confinement, est-il temps d'avoir enfin la discussion - que personne n'a osé avoir depuis environ un an - sur l'analyse coûts-bénéfices entre les mesures de confinement économique généralisées, qui entraîneront plus d'un million de décès prématurés, et le confinement de l'économie chaque fois qu'il y a ne serait-ce qu'un modeste rebondissement des cas de covid ?

Covid Flowchart 1

... selon le schéma covid que nous avons créé il y a plusieurs mois, et qui pourrait n'avoir aucun impact positif sur l'arrêt effectif de la propagation du covid ?

 

Source : ZeroHedge

Informations complémentaires :

 
 
 
 
 

 

 

Vous êtes ici : Accueil Arrow Actualités internationales Arrow Les confinements liés au COVID pourraient entraîner un million de décès supplémentaires au cours des 15 prochaines années, selon les scientifiques (ZeroHedge)