(Temps de lecture: 9 - 17 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 4.33 (6 Votes)

Normalement vous avez déjà eu l'info par les médias mainstream, donc, ils font des conneries monumentales, et c'est NOUS toutes et tous qui allons en payer le prix... Eux, les politiques, les gens qui jouent en Bourse, les personnes 'aisées', etc., (comme d'habitude) ne sentiront RIEN passer, par contre l'inflation provoquée par les planches à billets successives de la BCE depuis 10 ans va continuer à faire monter les prix (plus l'effet de la raréfaction qui est EN plus accru à cause de la guerre en Ukraine). Alors que concomitamment (comme depuis 10 ans) les salaires, les pensions, les rentes ne seront toujours pas augmentés (car ils disent qu'il n'y a pas d'inflation), or, les chiffres alternatifs parlent de 9,64% d'inflation, ce qui fait avec l'énergie, et l'alimentation (il faudra toujours m'expliquer pourquoi la nourriture est 15% plus chère en France que chez nos voisins européens) que cela va MÉCANIQUEMENT nous broyer en deux, des gens vont être foutus à la rue par millions parce qu'ils ne pourront PLUS faire face à leurs charges. Je ne sais pas si je suis un cas isolé, mais vous avez vu le montant des factures gaz (là aussi il faudrat m'expliquer (sérieusement) pourquoi le gaz est coté sur le pétrole alors que c'est une ressource à part c'est 'du gaz naturel') + électricité ???

On parle de l'eau aussi ? Hein l'eau c'est con, mais vous avez vu le prix...??? 2,9€ pour prendre un bain de 500l (je suis large), c'est normal ça ? l'eau est le bien de toutes et tous, elle ne doit pas être confiée à des intérêts privés qui cherchent par n'importe quel moyen a dégager des profits

Certes nous sommes une petite maison, mais je ne sais pas, a un moment ça ne va plus être possible, c'est tout....

Voilà les conséquences bien réelles de ces politiques ATLANTISTES totalement débiles et sacrément dangereuses... NOUS NE SOMMES PAS LES ÉTATS-UNIS ! ET accessoirement ON LES EMMERDE ! (désolé, je fais des efforts, mais des fois je n'y arrive juste plus).

Amitiés, ; )

f.

Speed Limit

Par Tyler Durden

Avant l'invasion russe de l'Ukraine, la Russie fournissait au monde un baril de brut sur dix consommés. Mais alors que les États-Unis, le Canada et l'Australie ont imposé des embargos sur le brut russe et que certains acheteurs en Europe interrompent leurs achats, le marché mondial du pétrole est confronté à l'une des pires perturbations depuis la crise pétrolière de 1973, lorsque les membres de l'Organisation des pays arabes exportateurs de pétrole (OPEP), menés par l'Arabie saoudite, ont déclaré un embargo pétrolier sur les pays occidentaux pour leur soutien à Israël pendant la guerre du Kippour.

Le choc des prix de l'énergie du milieu des années 1970 a conduit à la réduction des limites de vitesse maximales nationales de 70 mph à 55mph. La réduction de 21% de la vitesse correspondait à des économies de consommation d'essence.

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a proposé des mesures similaires pour atténuer le choc pétrolier consécutif à l'invasion de l'Ukraine par la Russie et aux embargos sur le brut russe.

L'AIE a déclaré que les économies occidentales pourraient réduire la demande quotidienne de pétrole de 2,7 millions de barils en quatre mois en limitant la façon dont les gens conduisent, indiquant que la réduction de la vitesse sur les autoroutes pourrait presque compenser la perte de 3 millions de barils par jour de la production russe pour avril.

    "Ces efforts permettraient de réduire la pression sur les prix ressentie par les consommateurs du monde entier, d'atténuer les dommages économiques, de réduire les revenus des hydrocarbures de la Russie, et de contribuer à faire évoluer la demande de pétrole vers une voie plus durable", a déclaré l'AIE.

L'AIE a dévoilé un plan d'action en dix points qu'elle espère voir les pays occidentaux mettre en œuvre pour réduire la demande de pétrole.

1 - Réduire les limitations de vitesse sur les autoroutes d'au moins 10 km/h

Impact* : Permet d'économiser environ 290 kb/j de pétrole pour les voitures, et 140 kb/j supplémentaires pour les camions.

2 - Travailler à la maison jusqu'à trois jours par semaine, si possible.

Impact : Un jour par semaine permet d'économiser environ 170 kb/j ; trois jours permettent d'économiser environ 500 kb/j.

3 - Dimanches sans voiture dans les villes

Impact : Chaque dimanche économise environ 380 kb/j ; un dimanche par mois économise 95 kb/j.

4 - Rendre l'utilisation des transports en commun moins chère et encourager la micromobilité, la marche et le vélo.

Impact : Économie d'environ 330 kb/j

5 - Alterner l'accès des voitures privées aux routes des grandes villes

Impact : Économie d'environ 210 kb/j

6 - Augmenter le covoiturage et adopter des pratiques permettant de réduire la consommation de carburant

Impact : Économie d'environ 470 kb/j

7 - Promouvoir une conduite efficace pour les camions de marchandises et la livraison de biens

Impact : Économie d'environ 320 kb/j

8 - Utiliser les trains à grande vitesse et les trains de nuit au lieu des avions lorsque cela est possible

Impact : Économie d'environ 40 kb/j

9 - Éviter les voyages d'affaires en avion lorsque des options alternatives existent

Impact : Économie d'environ 260 kb/j

10 - Renforcer l'adoption de véhicules électriques et plus efficaces

Impact : Économie d'environ 100 kb/j

Le choc pétrolier d'aujourd'hui pourrait être une réédition de la crise pétrolière du milieu des années 1970, car il pourrait suggérer que le contrôle des prix est la prochaine étape. Le Premier ministre italien, Mario Draghi, a déclaré vendredi que des contrôles de prix pourraient être mis en place sur les marchés du gaz naturel, ce qui signifie probablement que l'essence sera la prochaine étape.

Mark Twain a écrit un jour : "L'histoire ne se répète pas, mais elle rime souvent." Les baby-boomers qui se souviennent du milieu des années 1970 et de la douleur causée par un choc des matières premières comprennent probablement que la tourmente d'aujourd'hui est loin d'être terminée.

Ce qui nous guette, c'est la stagflation ; ce qui nous guette au-delà, c'est bien pire.

 

Source : ZeroHedge

 

Informations complémentaires :