Les Etats-Unis vont déployer des missiles THAAD à Guam

(Temps de lecture: 2 - 4 minutes)
0.0 of 5 (0 Votes)

Pendant ce temps...

anti_missile_thaad_04_04_2013.jpg

WASHINGTON (Reuters) - Les Etats-Unis vont déployer dans les semaines qui viennent un système de missiles antibalistiques THAAD sur l'île de Guam, dans l'océan Pacifique, à la suite des menaces proférées par la Corée du Nord, a annoncé mercredi le Pentagone.

Le système THAAD (Terminal High Altitude Area Defense), qui équipe l'armée américaine depuis 2008, est conçu pour intercepter les missiles balistiques de moyenne portée. Il comprend un lanceur de missiles mobile, des missiles intercepteurs, un radar et un système de mise à feu intégré.

"Les Etats-Unis restent vigilants face aux provocations nord-coréennes et se tiennent prêts à défendre le territoire américain, nos alliés et nos intérêts nationaux", a déclaré une porte-parole du Pentagone, précisant qu'il s'agit d'une mesure "de précaution".

Pyongyang s'est déclaré en état de guerre en raison des manœuvres militaires communes entre la Corée du Sud et les Etats-Unis et a notamment menacé de frapper les îles du Pacifique de Guam et Hawaii ainsi que le continent américain.

Intervenant devant l'université de défense nationale à Washington, le nouveau secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, a évoqué un danger "clair et réel" à propos des menaces nord-coréennes.

"Certaines actions entreprises ces dernières semaines (par Pyongyang, ndlr) présentent un danger clair et réel", a dit le chef du Pentagone, qui a parlé de menaces visant les intérêts de la Corée du Sud et du Japon. Chuck Hagel a également évoqué des menaces directes à l'encontre de Guam, de Hawaï et de la côte Ouest des Etats-Unis.

La tension est montée d'un cran ces derniers jours dans la péninsule coréenne où Pyonyang, furieux de la tenue de manœuvres militaires américano-sud-coréennes, a proféré des menaces contre Séoul et Washington.

La Corée du Nord a également annoncé le redémarrage du réacteur nucléaire de Yongbyon et fermé l'accès à la zone industrielle mixte de Kaesong, à la frontière entre les deux Corées.

Phil Stewart et David Alexander; Tangi Salaün et Jean-Loup Fiévet pour le service français

 

Source : Reuters.fr

Informations complémentaires :