(Temps de lecture: 3 - 6 minutes)
1 1 1 1 1 Rating 5.00 (5 Votes)

Là aussi, quelle couverture offrent les médias main stream français de ce qui se passe au Chili... ? Rien, nada... Comme je l'ai déjà dit ils ne mentent pas toujours effrontément, comme pour le vol de la sécurité sociale, ils « omettent » de parler des sujets, ce qui fait qu'ils n'existent pas dans la sphère publique... Pourtant la réalité est là....

Chili 04 11 2019

Alors que des millions de personnes se rassemblent à Santiago et que des familles entières marchent contre les privatisations et la montée des inégalités, les médias main stream sont occupés à défendre le président milliardaire du Chili.

par Mnar Muhawesh

Le président chilien de droite Sebastian Piñera a récemment déclaré la guerre. Il ne parlait pas d'un gouvernement étranger, mais de son propre peuple. Il a même commandé des chars et des militaires dans les rues.

On estime que 20 manifestants ont été tués et plus de 500 blessés.

Depuis le 14 octobre, des millions de Chiliens sont descendus dans la rue, secouant ce qui est normalement l'un des pays les plus stables d'Amérique latine.

Les Chiliens sont bouleversés par l'augmentation des taxes sur les transports publics, l'inégalité croissante des revenus et un système de retraite en panne.

Beaucoup exigent la démission de Piñera, même après qu'il ait essayé d'apaiser les manifestants.

Le Chili est devenu le point zéro du modèle économique néolibéral où la puissante classe milliardaire bénéficie d'allégements fiscaux tandis que la classe ouvrière paie les dettes publiques.

En moyenne, un travailleur chilien gagne environ 9000 dollars par an.

Le président chilien Piñera vaut 2,4 milliards de dollars.

Piñera prend des leçons de l'ancien dictateur chilien Augusto Pinochet, soutenu par les États-Unis, pour garder son autorité.

L'État se comporte comme une force de sécurité pour les industries privatisées du pays. Des manifestants désarmés sont confrontés à une force militaire brutale. Les soldats et la police tirent à bout portant sur les manifestants.

En plus des personnes tuées ou blessées, plus de 5000 autres ont été détenues.

Plusieurs détenus ont officiellement déclaré avoir été torturés par les forces de sécurité.

Les médias américains ont qualifié les manifestations d'"émeutes" et de "violentes".

Et ont qualifié les manifestants de "maux de tête" pour le président Piñera, blâmant les morts et le chaos sur le peuple plutôt que sur les forces de sécurité.

Les forces de sécurité sont entraînées par les militaires américains et israéliens depuis des décennies. Des émeutes et des pillages ont eu lieu, mais la plupart des protestations sont non-violentes.

Avec des millions de personnes réunies à Santiago et des familles entières qui marchent ensemble pour un avenir meilleur, pourquoi les médias ne montrent-ils qu'une seule version de l'histoire ?

Photo en vedette | Une femme pose ses mains, couvertes de peinture rouge pour symboliser le sang, sur un drapeau chilien en l'honneur de ceux qui sont morts au milieu de jours de protestations pour de meilleurs salaires, pensions, écoles, logements et soins médicaux, entre autres revendications, lors d'un concert musical anti-gouvernemental à Santiago, Chili, 27 oct. 2019. Esteban Felix | AP

Mnar Muhawesh est fondateur, PDG et rédacteur en chef de MintPress News, et intervient régulièrement sur le journalisme responsable, le sexisme, le néoconservativisme dans les médias et les start-ups de journalisme.

 

Source : Mintpressnews

 

Informations complémentaires :